Rapport annuel au Parlement 2012-2013 concernant la LPRP - page 11

1.0 Message de la commissaire
population canadienne serait en droit d’exiger qu’on
accorde plus d’attention aux pratiques de traitement
de l’information afin d’éviter les atteintes au départ.
Parmi les autres exemples d’intérêt figurant dans le
présent rapport, mentionnons la collecte non justifiée
de renseignements personnels par deux ministères
fédéraux à partir de la page Facebook personnelle
d’une militante pour les droits des Premières
Nations; l’utilisation abusive du dossier médical
confidentiel d’un membre des Forces canadiennes
par un ex‑conjoint, et l’utilisation d’une base de
données d’application de la loi par un employé de la
Gendarmerie royale du Canada afin de vérifier les
antécédents d’une personne à qui il envisageait de
louer un appartement.
Une décennie marquée par le changement
Le Commissariat a fait état d’atteintes semblables
au cours de la dernière décennie, soit depuis que
j’occupe le poste de commissaire, mais l’utilisation
sans cesse croissante de la technologie a une
incidence considérable sur les problèmes observés.
Les efforts déployés par le gouvernement fédéral afin
de moderniser ses services ainsi que ses procédés et
outils de travail s’accompagneront inévitablement
d’une augmentation du nombre de renseignements
personnels recueillis, conservés et communiqués à
l’aide d’appareils et de plate‑formes électroniques.
L’innovation est essentielle et elle peut offrir
de nombreux avantages, mais elle peut aussi
introduire des vulnérabilités dans les processus. Le
gouvernement doit veiller à ce que les politiques
et les procédures en matière de protection de la vie
privée évoluent en conséquence. Nous ne devrions
jamais oublier les valeurs humaines et les décisions
individuelles que la technologie cherche à appuyer.
La protection de la vie privée s’inscrit dans un souci
d’autonomie, de dignité et d’intégrité à l’égard des
citoyens que servent les gouvernements; il ne s’agit
pas d’une fin en soi.
Les progrès technologiques considérables réalisés au
cours de la dernière décennie ont été accompagnés
d’une volonté, à l’échelle internationale, de renforcer
la sécurité nationale et publique. Depuis mon entrée
en poste, le Commissariat s’efforce de faire valoir
que ni la sécurité ni la protection de la vie privée ne
constitue un droit absolu, et qu’aucune des deux ne
devrait être mis de côté ou abandonné au profit de
l’autre.
En 2011, les gouvernements canadien et américain
ont convenu de mettre en place une série d’initiatives
visant à faciliter le commerce et à accroître la
sécurité. Un grand nombre de ces initiatives
prévoient l’échange d’une plus grande quantité de
renseignements sur les déplacements des personnes
entre les deux pays. Compte tenu des répercussions
sur la protection de la vie privée que ces initiatives
sont susceptibles d’entraîner, le Commissariat
s’est engagé à surveiller de près leur évolution.
Vous trouverez, dans le présent rapport, le fruit de
quelques‑unes de nos réflexions sur des enjeux clés.
3
1...,2,3,4,5,6,7,8,9,10 12,13,14,15,16,17,18,19,20,21,...122
Powered by FlippingBook