Table of Contents Table of Contents
Previous Page  11 / 23 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 11 / 23 Next Page
Page Background

__________________________________________________________________________________________________________

30, rue Victoria, 1

er

étage, Gatineau (Québec) K1A 1H3 • Sans frais : 1-800-282-1376 • Télécopieur : (819) 994-5424

ATS : (819) 994-6591

www.priv.gc.ca

• Suivez-nous sur Twitter : @priveeprivacy

7

L’économie des renseignements personnels

« Toutes les entreprises deviennent des courtiers en information. Une société de

téléphone n’est plus juste une entreprise de téléphonie. »

-Intervenant

« Je n’ai rien contre le profit, mais dites moi ce qu’il advient de mes

renseignements. »

- Membre d’un groupe de discussion

« La plupart des Canadiens estiment qu’il est à tout le moins relativement

probable que quelqu’un utilise leur carte de crédit ou de débit (78 %), vole leur

identité (78 %) ou ait accès à leurs renseignements personnels sur leur ordinateur

ou un appareil mobile (74 %). »

-

Sondage auprès des Canadiens sur la protection de la vie privée de 2014

Ce thème de l’économie des renseignements personnels et le thème de la surveillance et des services

gouvernementaux sont ceux qui ont suscité le débat le plus animé dans les groupes de discussion et les

réunions des intervenants.

Les membres des groupes de discussion se sont dits préoccupés de n’exercer qu’un contrôle insuffisant sur

leur information en ligne. Ils ignoraient quel usage était fait de leurs renseignements personnels et par qui. Ils

jugeaient que les politiques de protection étaient généralement incompréhensibles. Ils savaient qu’on offre

des services gratuits en ligne en échange de renseignements personnels et que les entreprises exploitent

l’information ainsi recueillie pour personnaliser leur contenu et faire, par exemple, du marketing sur mesure.

Certains acceptaient cette pratique, mais d’autres pensaient qu’il devrait être possible d’avoir une activité en

ligne sans que ce soit l’occasion de recueillir des renseignements sur eux et de les vendre. Le vol d’identité

était considéré par la très vaste majorité des gens comme le plus grand risque lié à l’activité en ligne.

Le gros des discussions des intervenants a porté sur la valeur des renseignements personnels et la dynamique

du troc entre la communication de renseignements personnels et l’obtention de produits et services. Certains

estimaient que l’industrie est avantagée dans la relation de pouvoir entre particuliers et organismes et que,

comme l’activité en ligne est de moins en moins un choix pour les gens, il faut réglementer davantage cette

sphère commerciale. D’autres faisaient valoir les avantages du modèle d’activité en ligne pour la personne et

la société : accès à des services gratuits et novateurs, commodité, croissance économique, prévention de la

fraude, économies d’échelle, etc.

On s’interrogeait sur l’efficacité et l’utilité du modèle de consentement inscrit dans la LPRPDE dans un

contexte de métadonnées, d’Internet des objets et de mobilité. On s’accordait à dire presque unanimement

que la formule du consentement laisse à désirer en grande partie parce que les particuliers ne sont pas

suffisamment informés pour exercer un contrôle et donner un consentement éclairé. D’aucuns pensaient que,

même si les gens étaient mieux informés, on pourrait devoir songer à d’autres mesures pour une meilleure

responsabilisation et un cadre de gouvernance plus solide si on veut que les gens aient véritablement le

contrôle de leurs renseignements personnels. En revanche, certains se disaient d’avis que le modèle du

consentement procure aux gens les bons outils pour exercer un contrôle à condition de faire respecter

pleinement aussi bien l’esprit que la lettre de la LPRPDE.