Texte d'opinion paru dans le Korean Times

Cette page Web a été archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Protéger la vie privée dans une économie électronique mondiale

L'article suivant a été publié dans le Korea Times au moment de la réunion ministérielle de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) sur l'avenir de l'économie du Net, qui a eu lieu du 17 au 18 juin 2008 à Séoul, Corée. La commissaire à la protection de la vie privée du Canada, Jennifer Stoddart, ainsi que des représentants d'autres gouvernements, de l'industrie et de la société civile et des universitaires ont participé à cette réunion.


Au cours de la dernière décennie, Internet a entraîné une révolution de l'information qui a refaçonné nos modes de vie. Notre façon de penser, de lire, de parler, de faire des achats, d’apprendre et de créer ne sera plus jamais la même. Au sein de la communauté internationale à laquelle nous appartenons, nous avons à peine commencé à exploiter le potentiel de ce réseau mondial de réseaux.

Mais cette économie électronique présente aussi des désavantages, des conséquences que même plusieurs experts n'avaient pas prévues. La pression de la compétition économique mondiale a fait en sorte – et ce, de manière très concrète – que les industries se sont transformées en industries de l'information et que toutes les économies nationales se démènent pour s'adapter au monde numérique. Des industries entières – médias, divertissement, édition, voyages – ont dû s'adapter à la réalité de l'univers en ligne.

L'augmentation du nombre de consommateurs en ligne n'a pas seulement créé davantage de compétition – elle a fondamentalement changé la façon dont les entreprises perçoivent l'information. Les organisations commerciales se considèrent maintenant comme grandement désavantagées lorsqu'elles ne recueillent pas le plus grand nombre de données possibles sur leurs clients et leurs marchés. Elles sont fortement motivées à élargir et à exploiter leurs fonds de données – en particulier les renseignements personnels de leurs clients.

Mais les entreprises ne sont pas seules à convoiter les stocks toujours plus vastes de renseignements personnels. L'environnement virtuel est un site idéal pour la fraude et le vol. Plusieurs des éléments qui font d'Internet un outil puissant pour communiquer, apprendre et faire des affaires – ouverture, anonymat et portée mondiale des réseaux – ouvrent également la voie à d'éventuelles vulnérabilités. Selon des recherches publiques, plusieurs personnes s'inquiètent de ce qui advient de leurs renseignements personnels lorsqu'elles sont en ligne.

Le défi de l'insécurité

Le citoyen-consommateur qui s'avère un internaute averti est naturellement préoccupé par le nombre de manchettes au sujet d'attaques par hameçonnage sophistiquées et d'atteintes à la protection des données de grande envergure ainsi que par la prolifération du vol d'identité. Il est tout à fait justifié que les gens soient préoccupés par la sécurité de leurs renseignements personnels. Au moment où les entreprises ont commencé à exploiter la valeur des données personnelles, les criminels ont fait de même – ce n'est pas une coïncidence.

De toute évidence, les gens doivent se sentir en sécurité lorsqu'ils sont en ligne, que ce soit en qualité de consommateur, de citoyen, de travailleur ou d'étudiant. Il faut qu'ils soient assurés que leurs renseignements personnels seront protégés et leur vie privée, respectée. Il importe toutefois de reconnaître que la protection de la vie privée de certains groupes de la société représente un défi de taille.

À titre d'exemple – très éloquent, d'ailleurs – nous sommes désormais en présence de la première génération véritablement branchée : des enfants qui grandissent en ligne. Google a toujours fait partie de l'univers de ces jeunes; ces derniers trouvent que le courriel est « démodé »; ils s'échangent des données telles que des chansons, des photos et des vidéos de la même façon que les anciennes générations s'échangeaient des cartes de baseball ou des magazines de bandes dessinées.

Aussi, cette génération qui maîtrise si bien la technologie est également préoccupée par la protection de la vie privée et les façons de se protéger en ligne – contre le cyberharcèlement, l'intimidation, le vol d'identité, etc. Les gouvernements doivent investir davantage d'efforts pour s'assurer d’entendre et de comprendre les préoccupations des jeunes et d’en tenir compte.

Besoin de coopération internationale

À titre de commissaire à la protection de la vie privée du Canada, je me suis engagée à protéger et à promouvoir le droit à la vie privée des Canadiennes et des Canadiens. Mais dans le monde branché dans lequel nous vivons aujourd'hui, ce mandat national nécessite une approche mondiale. Je crois fermement que protéger la vie privée, améliorer la sécurité et développer la confiance des utilisateurs sont des objectifs que nous devons tous nous fixer. Et cela ne pourra pas se faire individuellement dans chaque pays – la circulation internationale des données est trop importante; les technologies évoluent trop rapidement; et les défis que représentent les questions de juridictions sont trop grands. Le seul moyen de progresser de façon efficace dans un environnement aussi complexe est de travailler de concert sur les enjeux en matière de sécurité et de protection de la vie privée. Les défis relatifs à la protection de la vie privée sur Internet ont émergé à l'échelle internationale et ils exigent une réflexion et des solutions mondiales.

C'est pourquoi je reconnais la grande importance de la prochaine Réunion ministérielle de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) sur le futur de l'économie Internet qui se tiendra à Séoul les 17 et 18 juin. En compagnie d'universitaires et de représentants d'autres gouvernements, de l'industrie et de la société civile, je participerai à cette réunion, une occasion inestimable pour divers intervenants d'explorer des modes de coopération possibles.

Nous devons aussi nous pencher davantage sur la sécurité de l'information. Il est de plus en plus évident que la protection de la vie privée et la sécurité sont inextricablement liées. La communauté de la protection des données doit faire preuve de plus d'ouverture en vue de collaborer avec des partenaires non traditionnels comme des organisations anti-pourriel ainsi que des organismes chargés de la cybersécurité et de l'application de la loi. Une protection adéquate de la vie privée est susceptible de faciliter l'expansion de l'économie Internet et du développement économique.

Au sein d'une communauté mondiale et branchée, nous devrions investir des efforts pour atteindre un niveau fondamental de protection de la vie privée partout sur la planète. Il ne s'agit pas nécessairement d'adopter une norme ou une approche mondiale unique en vue de protéger la vie privée – une idée erronée qui rend souvent plus difficiles les entretiens entre pays sur les moyens les plus efficaces d'aborder les questions de protection de la vie privée. Il faut plutôt encourager les pays à adopter différentes approches de la protection de la vie privée. Les environnements locaux dans lesquels baigne l'information sont tous uniques en termes social, culturel, économique et technologique. Les décideurs doivent abandonner leur approche comparative et légaliste tout comme l'industrie doit mettre de côté ses préjugés face à la compétition et à la technologie. Le chauvinisme peut considérablement entraver la protection de la vie privée. Les résultats comptent plus que les lois locales ou nationales – et pour obtenir des résultats, un dialogue mondial honnête s'impose.

Rôle de l'OCDE dans la protection de la vie privée à l'échelle mondiale

L'OCDE a joué un rôle d'importance cruciale dans l'élaboration de solutions mondiales aux problèmes de protection de la vie privée et de sécurité. J'ai eu l'honneur de travailler avec le Groupe de travail de l'OCDE sur la sécurité de l'information et la protection de la vie privée aux côtés de collègues de la KISA (l'Agence de sécurité de l'information de la Corée). Le travail de ce groupe est essentiel pour assurer la protection adéquate de la circulation mondiale de l'information, le moteur de l'économie Internet. L'OCDE a réalisé de réels progrès pour encourager la coopération entre les différentes approches des pays membres et pour susciter l'intérêt d'autres organisations internationales telles que le groupe de Coopération économique de la zone Asie-Pacifique (APEC). Il n'en demeure pas moins qu'il est urgent d'en faire plus pour que la portée de la discussion atteigne d'autres régions et d'autres économies.

La prochaine Réunion ministérielle de l'OCDE se tiendra à Séoul – le lieu et le moment sont tout à fait opportuns. La région de l'Asie-Pacifique, et la Corée en particulier, constitue une force en essor dans l'économie mondiale et donne l'élan à bien des innovations dans les nouveaux médias et l'économie Internet. De plus, la Corée et d'autres pays d'Asie ont leurs propres points de vue du concept de protection de la vie privée et des défis en matière de protection des données – et nous pourrons tous en tirer profit. Nul doute que le débat, les discussions et les réflexions à venir seront des plus stimulants.

Observations pour « Le futur de l'économie Internet – favoriser la confiance »

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes (obligatoire) : Erreur 1 : Ce champ est obligatoire.

Remarque

Date de modification :