Sélection de la langue

Communiqué

Cette page Web a été archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

La commissaire à la protection de la vie privée octroie 50 000 $ à l'École nationale d'administration publique (ÉNAP) aux fins d'une étude sur l'utilisation des caméras de surveillance

Ottawa, le 27 janvier 2005 – La commissaire à la protection de la vie privée du Canada, Jennifer Stoddart, est fière d'annoncer que le Commissariat à la protection de la vie privée du Canada (CPVP) octroie 50 000 $ à l'École nationale d'administration publique (ÉNAP), par le biais des programmes des contributions du CPVP, afin qu'elle mène une étude dont l'objectif est de cerner les perceptions, les enjeux, les incidences sur la protection de la vie privée et les pratiques exemplaires quant à l'utilisation au Canada des caméras de surveillance.

« Les technologies de surveillance n'ont cessé de prendre de l'ampleur au cours des dernières années. Le Commissariat suit attentivement ces technologies, en particulier en ce qui concerne la surveillance vidéo, afin de mesurer leurs répercussions sur le droit à la vie privée des Canadiennes et des Canadiens », a déclaré Mme Stoddart. « Je suis ravie de prendre part à ce partenariat qui permettra de recueillir des informations supplémentaires sur l'incidence de cette technologie sur la société canadienne ».

Cette recherche menée par l'ÉNAP s'articulera autour de deux étapes. Dans un premier temps, elle visera à combler diverses lacunes sur le plan des connaissances théoriques et pratiques en la matière, notamment en ce qui concerne les perceptions et les motifs des acteurs impliqués dans l'utilisation des caméras au Canada, les conséquences individuelles et sociales de la surveillance vidéo. Dans un deuxième temps, elle alimentera la réflexion et générera les actions des principaux intervenants à l'égard de l'élaboration de politiques ou des directives ou de la mise en place de la surveillance vidéo.

« De nombreuses villes canadiennes ont maintenant recours aux caméras de surveillance, a déclaré Mme Jennifer Stoddart. Nous espérons que ce projet établira et comblera le manque de connaissance des citoyennes et des citoyens ainsi que des conseils municipaux en ce qui a trait à l'emploi de ces systèmes de surveillance dans le respect du droit à la vie privée. »

« La présente étude, financée par le programme des contributions du CPVP, porte sur l'utilisation de  la vidéosurveillance au Canada, phénomène qui croît rapidement et dont il faut se préoccuper en raison des menaces qu'elle peut représenter pour la vie privée et des impacts sociaux qui peuvent l'accompagner », a déclaré Christian Boudreau, professeur à l'ÉNAP.

Le projet de recherche de l'ÉNAP est financé par le biais du programme des contributions, que le CPVP a lancé en juin 2004, afin de favoriser et développer une capacité nationale de mener des recherches portant sur des questions relatives à la protection de la vie privée et aux nouvelles technologies. Ce projet est l'une des dix initiatives de recherche financées par le CPVP.

— 30 —

Pour de plus amples renseignements, prière de communiquer avec :

Renée Couturier
Directrice, Communications et sensibilisation du public
Commissariat à la protection de la vie privée du Canada
Tél. : 613-995-0103
rcouturier@priv.gc.ca

Christian Boudreau, Ph.D.
Professeur / Rechercheur principal
École nationale d'administration publique
Tél : (418) 641-3000 poste 6741
Christian_Boudreau@enap.ca

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes (obligatoire) : Erreur 1 : Ce champ est obligatoire.

Remarque

Date de modification :