Communiqué

Cette page Web a été archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

La commissaire à la protection de la vie privée octroie 27 390 $ à l'Université de Victoria aux fins d'une étude pour évaluer les répercussions des technologies de localisation sur la protection de la vie privée

Ottawa, le 27 janvier 2005 – La commissaire à la protection de la vie privée du Canada, Jennifer Stoddart, est fière d'annoncer que le Commissariat à la protection de la vie privée du Canada (CPVP) octroie 27 390 $ au Département de science politique de l'Université de Victoria, par le biais du programme de contributions du CPVP, afin qu'il mène une étude sur les répercussions sur la protection de la vie privée des technologies de localisation utilisées au Canada.

« Les services de localisation ne cessent de s'intégrer à la vie de tous les jours en raison de l'accroissement de la mobilité et de l'importance accrue qui est accordée à la livraison efficiente et opportune a indiqué Mme Stoddart. Des milliers de Canadiennes et de Canadiens qui font partie de la population active mobile pourraient faire l'objet d'une surveillance constante de la part de leurs employeurs », a-t-elle fait remarquer.

Le projet se penchera sur les questions de protection de la vie privée qui pourraient se poser concernant l'éventuelle mise en place au Canada d'appareils de localisation dans les téléphones cellulaires pour améliorer les services d'urgence 911. Le projet tentera de cerner les technologies actuelles et émergentes qui sont utilisées au Canada, et formulera des observations sur les risques qu'elles posent en matière de protection de la vie privée. Par ailleurs, les répercussions les plus graves sur la protection de la vie privée seront analysées, et des recommandations seront formulées sur la manière de traiter de ces risques par l'entremise des lois fédérales et provinciales.

« Je suis très reconnaissant de cette aide et je tiens à féliciter le CPVP d'avoir contribué à cette importante initiative. Ce financement contribuera à la poursuite des recherches afin de saisir les répercussions sur la protection de la vie privée au regard des services de localisation. J'ai bon espoir que le rapport qui en découlera aidera directement la commissaire dans son analyse des risques associés à ces nouvelles technologies », a fait savoir M. Colin Bennet, président du Département de science politique de l'Université de Victoria.

Dans le secteur commercial, la technologie de localisation est notamment utilisée par des exploitants de parcs de camions et de taxis ainsi que par des services de messagerie et de livraison. En outre, plusieurs agences de location de voitures ont installé des systèmes mondiaux de localisation (GPS) sur leurs voitures.

L'étude sur les technologies de localisation est financée dans le cadre du programme de contributions, que le CPVP a lancé en juin 2004, afin de favoriser et de perfectionner la capacité nationale du Canada en matière de recherche sur les questions de protection de la vie privée et de nouvelles technologies. Ce projet est l'une des dix initiatives de recherche financées par le Commissariat.

— 30 —

Pour de plus amples renseignements, prière de communiquer avec :

Renée Couturier
Directrice, Communications et sensibilisation du public
Commissariat à la protection de la vie privée du Canada
Tél. : 613-995-0103
rcouturier@priv.gc.ca

Dr. Colin Bennett
Département de science politique
Université de Victoria
Tél. : (250) 721-7495
chairpol@uvic.ca

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes (obligatoire) : Erreur 1 : Ce champ est obligatoire.

Remarque

Date de modification :