Sélection de la langue

Recherche

Communiqué

Cette page Web a été archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

L’anonymat n’est guère protégé, selon des chercheurs de cinq pays

Un nouvel ouvrage sonne l’alarme sur la protection de l’anonymat dans un monde envahi par la technologie; des chercheurs présentent leurs conclusions lors d’un événement organisé par le Commissariat à la protection de la vie privée.

OTTAWA, le 8 avril 2009 – Les nouvelles technologies minent notre capacité de protéger notre anonymat – une tendance que renforcent des lois partout dans le monde, d’après une nouvelle étude menée par des universitaires du Canada, des États-Unis, du Royaume-Uni, des Pays-Bas et de l’Italie.

Dévoilée aujourd’hui lors d’un événement spécial organisé par le Commissariat à la protection de la vie privée, l’étude révèle le peu de protection accordée à l’anonymat et la préférence grandissante pour des lois et politiques exigeant l’identification des personnes.

Par exemple, certains commerçants demandent et consignent des renseignements personnels tels que des numéros de permis de conduire quand les consommateurs retournent ou échangent des articles. Les renseignements personnels sont recueillis et conservés plus souvent et, dans certains cas, ils sont communiqués aux autorités à l’insu des personnes et sans leur consentement.

« Motivés par leur curiosité, leur côté humain et leur respect du caractère inviolable de la personne, les auteurs de cet ouvrage décrivent l’état du respect de la vie privée au Canada et dans le monde, tel qu’il est aujourd’hui et tel qu’il sera demain », déclare la commissaire à la protection de la vie privée du Canada, Jennifer Stoddart.

« Plusieurs des enjeux qu’ils soulèvent rejoignent des priorités clés du Commissariat, notamment l’incidence des nouvelles technologies sur le droit à la vie privée. Une meilleure compréhension de la manière dont la protection de la vie privée est amoindrie aidera les gens à poser les bonnes questions et à mettre au défi les initiatives futures qui auraient une incidence négative sur la protection de la vie privée. »

Les auteurs d’un nouvel ouvrage intitulé Lessons from the Identity Trail: Anonymity, Privacy and Identity in a Networked Society ont participé à « On the Identity Trail », un projet de recherche concertée qui s?est penché sur l’incidence de la technologie sur la protection de la vie privée, l’identité et l’anonymat.

Le Commissariat à la protection de la vie privée a collaboré au projet « On the Identity Trail » en menant plusieurs grandes activités de sensibilisation, y compris des séances d’information et des cours de formation offerts à des étudiants.

Le professeur Ian Kerr, titulaire d’une chaire de recherche en éthique, droit et technologie à l’Université d’Ottawa, était le chercheur principal du projet « On the Identity Trail ». La co-directrice de la publication est Valerie Steeves, professeure adjointe au département de criminologie et de la faculté de droit de l’Université d’Ottawa, dont le principal domaine de recherche est l’incidence de la technologie sur les droits de la personne.

« Au départ, plusieurs d’entre nous avions le sentiment que les lois qui régissent les nouvelles technologies mettent en cause notre aptitude à garder l’anonymat », déclare le professeur Kerr. « Il s’avère que nous avions raison. »

L’étude a réuni des professionnels d’horizons très divers, entre autres des éthiciens, des scientifiques, des avocats, des ingénieurs et des décideurs.

« Le produit final est plus riche et plus étoffé parce qu’il résulte de l’apport de nombreuses disciplines », affirme la professeure Steeves.

Lessons from the Identity Trail: Anonymity, Privacy and Identity in a Networked Society est publié par l’Oxford University Press et peut être consulté au http://www.idtrail.org/content/view/799.

Le balado est disponible sur demande.

– 30 –

Renseignements :

Anne-Marie Hayden,
Commissariat à la protection de la vie privée du Canada
Tél. : 613-995-0103
ahayden@priv.gc.ca

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Erreur 1: Aucune sélection n’a été faite. Vous devez choisir au moins une réponse.
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes (obligatoire) :

Remarque

Date de modification :