Communiqué

Cette page Web a été archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Un sondage révèle les inquiétudes des Canadiennes et des Canadiens face à l'incidence sur leur vie privée des mesures de réduction de coûts des entreprises

OTTAWA, le 27 avril 2009 — Les Canadiennes et les Canadiens craignent que les mesures de réduction des coûts prises par les entreprises pendant le ralentissement économique ne nuisent à leur droit à la vie privée, selon un nouveau sondage réalisé pour le compte du Commissariat à la protection de la vie privée du Canada.

Le sondage révèle que 87 % des Canadiens et Canadiennes sont préoccupés par le fait que des entreprises pourraient décider de consacrer moins de ressources à la protection des renseignements personnels de leurs clients en ces temps d’incertitude économique.

« Les lois canadiennes sur la protection des renseignements personnels stipulent que les entreprises doivent protéger adéquatement les renseignements personnels qu’elles ont en leur possession, même pendant les périodes difficiles sur le plan économique », a fait savoir la commissaire à la protection de la vie privée du Canada, Jennifer Stoddart. Nous sommes rassurés par le fait que de nombreuses entreprises nous ont fait part de leur engagement à l’égard de la protection de la vie privée, qu’elles perçoivent comme un avantage concurrentiel. »

« Il se peut que les risques pour les renseignements personnels soient plus élevés que jamais pendant un ralentissement économique, car les criminels chercheront sans aucun doute des moyens de tirer profit des faiblesses », a-t-elle ajouté en soulignant que le gouvernement du Canada a récemment avisé les entreprises et les consommateurs de s’attendre à une hausse des activités frauduleuses.

Selon la police, les groupes criminels organisés perçoivent désormais l’utilisation frauduleuse de renseignements personnels, comme des noms, des dates de naissance et des renseignements liés à des cartes de crédit, comme une activité très lucrative. Partout dans le monde, la cybercriminalité est devenue une entreprise qui rapporte des milliards de dollars.

La commissaire a ajouté que les mesures de réduction de coûts des entreprises pourraient s’avérer improductives lorsqu’il est question de la protection de la vie privée et de la sécurité. « Des études ont démontré qu’il est beaucoup moins coûteux de mettre en place de bonnes mesures de sécurité dès le départ que de réparer les dommages causés par une atteinte à la sécurité des données attribuable à des mesures de sécurité inadéquates », a-t-elle affirmé.

Alors que le sondage révèle que les Canadiennes et les Canadiens ont des inquiétudes quant à la façon dont les entreprises protègent leurs renseignements personnels, il indique également que bien des gens ne prennent pas certaines mesures de base qui permettent de se protéger contre le vol d’identité et d’autres genres de fraude mettant en cause des renseignements personnels.

La moitié des Canadiennes et des Canadiens (50 %) transportent des documents de nature délicate, comme leur carte d’assurance sociale et leur certificat de naissance, dans leur portefeuille ou leur sac à main. Seulement 18 % des répondants ont déjà demandé une copie de leur rapport de solvabilité dans le but d’en vérifier l’exactitude. Par ailleurs, moins du tiers des Canadiens (30 %) utilisent des mots de passe pour protéger l’information contenue dans des appareils numériques portatifs.

Sur une note plus positive, la plupart des gens (92 %) affirment qu’ils vérifient l’exactitude de leurs relevés bancaires et de leurs relevés de cartes de crédit et 85 % des répondants déchiquettent ou détruisent les documents qui contiennent des renseignements personnels.

Le Commissariat à la protection de la vie privée a vivement recommandé au gouvernement fédéral d’élaborer une stratégie exhaustive pour lutter contre le vol d’identité. L’adoption de la loi sur le vol d’identité qui a été présentée avant la dernière élection fédérale constituerait une première étape importante; la commissaire a également demandé la mise en œuvre d’autres mesures, y compris une loi anti-pourriel.

L’enquête d’EKOS a étudié les opinions des Canadiennes et des Canadiens portant sur un large éventail d’enjeux liés à la protection de la vie privée, dont la technologie, la sécurité nationale et les atteintes à la sécurité des données. Le site Web du Commissariat contient plus de détails sur les résultats du sondage et sur la façon dont les entreprises peuvent protéger les renseignements personnels (www.priv.gc.ca).

Le Commissariat à la protection de la vie privée du Canada est mandaté par le Parlement pour agir à titre d’ombudsman, de défenseur et de gardien du droit à la protection de la vie privée des Canadiennes et des Canadiens.

Pour consulter le rapport final: Les Canadiens et la vie privée (version PDF)

— 30 —

Pour obtenir d’autres renseignements ou pour toute demande d’entrevue avec les médias, communiquez avec :

Anne-Marie Hayden,
Commissariat à la protection de la vie privée du Canada
Tél. : 613-995-0103
Anne-Marie.Hayden@priv.gc.ca

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes (obligatoire) : Erreur 1 : Ce champ est obligatoire.

Remarque

Date de modification :