Communiqué

Un sondage révèle que les nouvelles technologies suscitent des inquiétudes liées à la vie privée de plus en plus grandes chez les Canadiens et les Canadiennes

Les résultats d’un sondage indiquent que la population canadienne évite de télécharger des applications ou d’utiliser certains sites Web et services en raison d’inquiétudes liées à la vie privée

Ottawa, le 4 avril 2013 — Selon un nouveau sondage réalisé pour le compte du Commissariat à la protection de la vie privée du Canada, un nombre important de Canadiens et de Canadiennes ne croient pas avoir une bonne compréhension des risques d’atteinte à la vie privée que posent les nouvelles technologies et n’ont pas confiance en leur capacité de protéger leurs renseignements personnels. Ces inquiétudes ont également une incidence sur les choix des consommateurs.

Les résultats du sondage téléphonique, qui a été mené auprès de 1 513 résidents de toutes les régions du Canada, révèlent que 56 % des répondants ne croient pas avoir une bonne compréhension de l’incidence des nouvelles technologies sur leur vie privée. Le nombre de Canadiens qui n’ont pas confiance en leur capacité de protéger leurs renseignements personnels a augmenté de manière constante depuis l’an 2000. Sept Canadiens sur dix avouent aussi avoir l’impression que leurs renseignements personnels sont moins bien protégés au quotidien qu’il y a dix ans.

Cette baisse de confiance témoigne de l’éventail de craintes qu’entretiennent les Canadiens et les Canadiennes au sujet de la communication de leurs renseignements personnels en ligne. Beaucoup d’entre eux disent être très inquiets de publier des renseignements concernant leur emplacement (55 %) et leurs coordonnées (51 %). La majorité (55 %) dit avoir décidé de ne pas installer ou d’enlever une application en raison de la quantité de renseignements personnels demandée, et 68 % des Canadiens disent avoir choisi de ne pas utiliser un site Web ou un service parce qu’ils ne se sentaient pas à l’aise avec la politique de confidentialité.

« Les Canadiens et les Canadiennes commencent à comprendre que les renseignements qu’ils affichent en ligne peuvent en dire long sur eux et être utilisés à des fins qu’ils n’avaient pas envisagées, affirme Jennifer Stoddart, commissaire à la protection de la vie privée du Canada. Ils se demandent s’ils savent vraiment ce qui advient de leurs renseignements personnels une fois qu’ils les ont communiqués. »

Le Sondage auprès des Canadiens sur les enjeux liés à la protection de la vie privée, qui a été mené du 25 octobre au 12 novembre 2012, a révélé que, malgré le fait que les inquiétudes des individus par rapport à la protection de la vie privée sont fortes — 66 % sont très inquiets et 25 % sont extrêmement inquiets — ces derniers ne tirent souvent pas avantage des options et des renseignements sur la protection de la vie privée qui leur sont offerts. Par exemple, la moitié de la population canadienne ne consulte que rarement ou jamais les politiques de confidentialité en ligne et, de ce nombre, 54 % ne prend pas de mesures pour limiter le suivi de ses activités sur le Web.

« Les consommateurs canadiens se sont habitués à être protégés lorsqu’ils utilisent des produits et des services, et ils s’attendent à bénéficier de cette protection, note la commissaire Stoddart. Mais ils doivent se rendre compte qu’ils ont un important rôle à jouer et qu’ils doivent faire preuve d’initiative quand vient le temps de protéger leurs renseignements personnels. »

Les résultats du sondage permettent de penser que les utilisateurs d’appareils mobiles commencent à se rendre compte de cette réalité. La majorité des répondants dit éviter de télécharger des applications en raison d’inquiétudes reliées à la protection de la vie privée, mais le sondage révèle aussi que 56 % des utilisateurs d’appareils mobiles verrouillent leur appareil avec un mot de passe ou ajustent les réglages pour limiter les renseignements personnels susceptibles d’être communiqués (53 %). Cela représente une nette augmentation de l’utilisation de telles mesures depuis le dernier sondage auprès des consommateurs du Commissariat à la protection de la vie privée du Canada en 2011.

Voici d’autres résultats obtenus dans le cadre du sondage :

  • 71 % de la population canadienne croit que la protection des renseignements personnels sera l’un des enjeux les plus importants auxquels le Canada sera confronté au cours des dix prochaines années.
  • 21 % de la population canadienne estime que le gouvernement fédéral prend sa responsabilité à l’égard de la protection des renseignements personnels au sérieux, alors que, de ce nombre, seulement 13 % sont du même avis en ce qui concerne les entreprises.
  • 60 % disent avoir demandé à une organisation de leur expliquer comment leurs renseignements personnels seraient utilisés.
  • 97 % voudraient être informés de toute atteinte à la protection de leurs renseignements personnels.
  • 73 % des Canadiens et Canadiennes qui utilisent Internet pensent que des entreprises pourraient utiliser leurs renseignements personnels pour envoyer des pourriels.
  • 81 % croient qu’il est très important que les sites Web informent les utilisateurs du type de renseignements personnels recueillis et de la façon dont ils sont utilisés.

Les résultats de l’ensemble du sondage, qui sont considérés comme étant exacts avec une marge d'erreur de plus ou moins 2,5 %, 19 fois sur 20, peuvent être consultés sur notre site Web à l'adresse suivante : www.priv.gc.ca.

Pour de plus amples renseignements au sujet du sondage, veuillez consulter les documents suivants :

Le Parlement a confié au Commissariat à la protection de la vie privée du Canada le mandat d’agir à titre d’ombudsman et de gardien du droit à la vie privée au Canada. La commissaire est responsable de l’application de deux lois fédérales relatives à la protection des renseignements personnels : la Loi sur la protection des renseignements personnels, qui s’applique au secteur public fédéral, et la Loi sur la protection des renseignements personnels et les documents électroniques (LPRPDE), qui s’applique aux activités commerciales dans les provinces de l’Atlantique, en Ontario, au Manitoba, en Saskatchewan et dans les territoires. Le Québec, l’Alberta et la Colombie-Britannique possèdent leur propre loi sur la protection des renseignements personnels applicable au secteur privé. Toutefois, même dans ces provinces, la LPRPDE vise les entreprises du secteur privé sous réglementation fédérale ainsi que les renseignements personnels obtenus dans le cadre d’opérations interprovinciales et internationales.

- 30 -

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :

Heather Ormerod
Commissariat à la protection de la vie privée du Canada
Courriel : heather.ormerod@priv.gc.ca

REMARQUE À L’INTENTION DES JOURNALISTES — Veuillez envoyer vos demandes d’entrevue ou de renseignements complémentaires par courriel.

Date de modification :