Communiqué

Cette page Web a été archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Promesse de loi national régissant la vie privée applaudie par le commissaire à la protection de la vie privée

OTTAWA, le 23 mai, 1996--M. Bruce Phillips, commissaire à la protection de la vie privée , se dit réconforté et plus que soulagé par l'engagement pris par le gouvernement fédéral à élaborer un cadre législatif visant à protéger les renseignements personnels.

"La reconnaissance de la vie privée comme valeur canadienne exigeant une protection juridique constitue une métamorphose importante et j'ose croire que l'on entend les hourras en provenance d'ici. Cet engagement survient à un moment opportun pour la vie privée de plus en plus à la merci des nouvelles technologies de l'information et aux prises avec le gouvernement et le monde des affaires se branchant en direct.

"Une norme nationale protégeant les données ferait en sorte que les manipulateurs de données personnelles ne seraient nulle part au Canada à l'abri en raison de règles trop souples ou non existantes. Cela équivaut à accorder aux Canadiens des droits à la vie privée respectés dans leurs transactions avec, non seulement les institutions financières, mais aussi avec les supermarchés et les magasins vidéos. En d'autres termes, le monde des affaires disposera de normes claires et d'une marge de manoeuvre établie en vertu du code de protection de la vie privée de l'Association canadienne de normalisation, code à l'élaboration duquel il a participé. À une époque où les obstacles aux échanges commerciaux tombent, le monde des affaires canadien disposera de normes de protection des données équivalentes à celles de ses partenaires commerciaux en Europe, Australie et Nouvelle-Zélande. Bref, tout le monde y gagne.

"Certains détails restent bien sûr à régler. Mais cela est une question qui nous touche chacun personnellement et nous allons y arriver" de conclure M. Phillips.

L'engagement du ministre de l'Industrie M. John Manley et du ministre de la Justice, M. Allan Rock se retrouve dans le document intitulé La société canadienne à l'ère de l'information : Pour entrer de plain-pied dans le XXIe siècle, qui constitue la réponse du gouvernement aux recommandations du Conseil consultatif sur l'autoroute de l'information, publié aujourd'hui.

Renseignements: M.-A. Imbeault (613)996-4955, 1(800) 267-0441.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes (obligatoire) : Erreur 1 : Ce champ est obligatoire.

Remarque

Date de modification :