Communiqué

Cette page Web a été archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Points de fidélité : plus importants que la vie privée et la liberté individuelle?

OTTAWA, 19 octobre 1999-Dans son rapport annuel 1998-99, déposé aujourd'hui, le commissaire à la vie privée Bruce Phillips exhorte chaque citoyen à ne pas préférer la rapidité, la commodité et un désir trompeusement exagéré de sécurité personnelle au maintien de sa vie privée et de sa liberté individuelle.

Se référant aux articles d'un certain nombre de publications connues annonçant tous la mort de notre vie privée, Bruce Phillips reconnaît que notre sphère personnelle faiblit sous les attaques des nouvelles technologies de l'information. Cet affaiblissement n'est pas la conséquence d'un grand cataclysme quelconque, mais plutôt de réductions répétées et progressives du contrôle que nous pouvons exercer sur nos renseignements personnels, ainsi que de notre acceptation passive ou inconsciente des conséquences en découlant dans le long terme. Bruce Phillips se dit cependant réconforté par la promesse d'une loi fédérale régissant les renseignements personnels que détiennent les entreprises privées canadiennes.

Il est en effet beaucoup plus facile de comprendre le rabais immédiat que permet l'usage de la carte de fidélité d'un magasin que les impacts à long terme de la collecte anodine, progressive et répétée de renseignements personnels entourant nos habitudes de consommation et notre style de vie. Et pourtant, rien n'empêche ce même magasin ou même le gouvernement d'abuser de ces renseignements. Nous aurons alors vendu notre âme en échange de quelques points.

Bruce Phillips prévient également le gouvernement de ne pas recourir à la surveillance généralisée au nom d'une gestion efficace de ses nouveaux programmes. Une telle tendance, en effet, ne tient absolument plus compte des valeurs fondamentales qui caractérisent une société dite civilisée, transformant plutôt l'ensemble des citoyens en autant de soldats obéissants dans le simple espoir d'attraper les quelques individus qui parviendront à déjouer le système.

Bruce Phillips croit en la possibilité d'incorporer des mécanismes de protection de la vie privée et de la confidentialité des données à toute nouvelle technologie de l'information. Selon lui, seule notre volonté de faire primer les valeurs humaines nous permettra de conserver le contrôle de notre vie et de ne pas l'abandonner à des machines technologiques.

Le gouvernement a promis de remettre le projet de loi C-54, Loi sur la protection des renseignements personnels et les documents électroniques à l'ordre du jour dès le début de la nouvelle session parlementaire (le projet était mort au Feuilleton lors de la suspension des travaux de la dernière session). Ce projet de loi, composante cruciale d'un commerce électronique sécuritaire, devrait donner à chacun le droit de contrôler ses renseignements personnels.

Selon Bruce Phillips, ce projet de loi témoigne d'une grande ingéniosité et d'un certain courage. Il est loin d'être parfait, certes, mais il faut bien commencer quelque part, sans perdre de temps. Si les intérêts particuliers et les querelles de compétence l'emportent dans le débat, Bruce Phillips croit que la vie privée de chaque citoyen et la progression du commerce électronique en souffriront grandement.

Voici les faits saillants du rapport annuel :

  • Un guide du projet de loi C-54 à l'intention de tout un chacun, et des commentaires sur les exclusions prévues pour les journalistes et les forces de l'ordre;
  • Une réflexion sur la refonte du numéro d'assurance sociale et une mise en garde contre son évolution en un passeport interne;
  • Une mise à jour sur l'inforoute de la santé et sur les risques et l'intrusion que représente l'implantation d'un système de surveillance de notre santé et de notre style de vie;
  • Un résumé des commentaires soumis par le commissaire sur les projets de loi visant le blanchiment d'argent, le pré-contrôle aux douanes américaines, l'identification par les empreintes génétiques et la refonte de la législation sur l'incarcération et la mise en liberté sous conditions.
  • Une description de certaines des quelque 1 925 enquêtes effectuées en 1998-99.

Le rapport intégral est accessible sur le site Web du Commissariat, à l'adresse suivante : http://www.priv.gc.ca

Renseignements : Julien Delisle, 995-7319, 1-800-267- 0441

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes (obligatoire) : Erreur 1 : Ce champ est obligatoire.

Remarque

Date de modification :