Nouvelles

Annonce

Acc√®s en ligne √† des photos prises √† l’√©chelle de la rue : la commissaire √† la protection de la vie priv√©e demande des pr√©cisions

Ottawa, le 11 septembre 2007 – Bien que les photos par satellite et les photos a√©riennes existent depuis longtemps d√©j√†, ce n’est que depuis peu que la technologie permet d’en faire la libre diffusion sur Internet. On peut aujourd’hui obtenir ces images d’une vari√©t√© d’organismes gouvernementaux et d’entreprises priv√©es.

La plupart des images satellites disponibles offrent une r√©solution mod√©r√©e et ne pr√©sentent qu’une vue en plong√©e du secteur photographi√©. On peut voir des personnes dans ces images, mais il est √† peu pr√®s impossible de les identifier. Pour cette raison, on juge de fa√ßon g√©n√©rale que l’imagerie par satellite ne porte pas atteinte au droit √† la vie priv√©e.

Les progrès récents des technologies de photographie et de cartographie en ligne ont toutefois éveillé certaines craintes concernant le non-respect du droit à la vie privée.

√Čtant donn√© la baisse constante du co√Ľt de la technologie informatique, la cartographie Web commence √† int√©grer de nouvelles capacit√©s de photographie √† l’√©chelle de la rue. Celles‑ci permettent de photographier les grandes voies de circulation, les centres‑villes, les attraits touristiques, les zones commerciales, les a√©roports, les quartiers en d√©veloppement, de m√™me que les installations sportives et les stades.

Dans diverses applications, l’imagerie satellite, la cartographie en ligne et la photographie √† l’√©chelle de la rue se sont av√©r√©es utiles pour les entreprises et les consommateurs. Cependant, la mise au point et l’utilisation de ces nouvelles technologies ne doivent pas se faire au d√©triment des droits √† la protection de la vie priv√©e.

Les d√©fenseurs de la vie priv√©e se pr√©occupent de plus en plus des effets de ces technologies, car un certain nombre d’entreprises envisagent d’int√©grer la photographie √† l’√©chelle de la rue √† leurs outils de cartographie en ligne.

Dans certains cas, les images √† l’√©chelle de la rue sont prises √† l’aide de cam√©ras vid√©o √† haute r√©solution qui sont install√©es sur des v√©hicules parcourant les rues de la ville.

Ces cam√©ras prennent in√©vitablement des photos des personnes se trouvant √† proximit√©. Il pourrait alors devenir possible d’identifier ces personnes et de savoir o√Ļ elles se trouvent et ce qu’elles font. Cette √©ventualit√© contreviendrait √† leur droit √† la protection de la vie priv√©e.
Street¬†View, de Google, est l’un des services du genre offerts dans une forme ou dans l’autre. Cet outil a pris des photos de divers endroits aux √Čtats‑Unis. On peut notamment y voir¬†:

  • un enfant se tenant debout dans un v√©hicule automobile et regardant par la vitre du conducteur, √† moiti√© ouverte (photo prise √† une distance d’un m√®tre environ);
  • un enfant se trouvant dans la cour avant de ce qui semble √™tre un logement priv√© (photo prise √† une distance de trois¬†m√®tres environ).

M√™me s’il n’est actuellement pas disponible au Canada, Street View utilise une technologie et de l’imagerie cr√©√©es par Immersive Media, une entreprise de Calgary (Alberta).

Le Commissariat √† la protection de la vie priv√©e craint que la photographie √† l’√©chelle de la rue, telle qu’elle est employ√©e actuellement aux √Čtats‑Unis, soit incompatible avec les exigences fondamentales du droit canadien relatif √† la protection de la vie priv√©e.

La commissaire √† la protection de la vie priv√©e a √©crit √† Google et √† Immersive Media afin d’obtenir des pr√©cisions sur le sujet et des garanties selon lesquelles le droit des Canadiennes et des Canadiens √† la vie priv√©e sera prot√©g√© si la technologie en question est rendue disponible au Canada.

On peut lire les lettres envoy√©es √† Google et √† Immersive Media √† l’adresse suivante¬†: www.priv.gc.ca.