Communiqués

La commissaire à la protection de la vie privée lance une autre enquête sur Facebook

Une nouvelle plainte dĂ©posĂ©e au Commissariat Ă  la protection de la vie privĂ©e du Canada souligne le mĂ©contentement provoquĂ© par les modifications faites au site populaire de rĂ©seautage social depuis l’importante enquĂŞte menĂ©e par le Commissariat l’Ă©tĂ© dernier.

OTTAWA, le 27 janvier 2010 — En rĂ©action Ă  une nouvelle plainte du public, la commissaire Ă  la protection de la vie privĂ©e du Canada lance une autre enquĂŞte sur Facebook, le site de rĂ©seautage social dont les politiques et les pratiques en matière de protection de la vie privĂ©e ont fait l’objet d’un examen approfondi du Commissariat l’Ă©tĂ© dernier.

La plainte vise un outil introduit par Facebook Ă  la mi‑dĂ©cembre 2009 qui obligeait les utilisateurs Ă  rĂ©viser leurs paramètres de confidentialitĂ©. Le plaignant allègue que les nouveaux paramètres par dĂ©faut auraient rendu ses renseignements personnels encore plus visibles que ceux qu’il avait Ă©tablis au prĂ©alable.

« Cette plainte reflète certaines des préoccupations dont le Commissariat a eu connaissance au cours des derniers mois et dont nous avons fait part à Facebook » a dit la commissaire adjointe à la protection de la vie privée, Elizabeth Denham, qui a dirigé la première enquête ainsi que le suivi.

« Certains utilisateurs de Facebook sont déçus, car les changements apportés au site étaient censés assurer une meilleure protection de la vie privée et des renseignements personnels. »

En juillet 2009, la commissaire Ă  la protection de la vie privĂ©e, Jennifer Stoddart, a publiĂ© les conclusions d’un examen approfondi des questions de protection de la vie privĂ©e soulevĂ©es par l’utilisation du site californien, qui compterait maintenant 350 millions d’utilisateurs Ă  l’Ă©chelle mondiale.

Les principales prĂ©occupations soulignĂ©es dans le rapport concernent la transparence et la clartĂ© dont Facebook fait preuve — plus prĂ©cisĂ©ment, l’importance de mieux expliquer comment il gère les renseignements personnels qui lui sont confiĂ©s. Dans le rapport, la commissaire recommandait Ă©galement que Facebook donne Ă  ses utilisateurs un plus grand pouvoir sur leurs renseignements personnels. En aoĂ»t, Ă  la suite de discussions intensives, Facebook a acceptĂ© de modifier son site afin de rĂ©pondre aux prĂ©occupations de la commissaire.

Depuis ce temps, toutefois, les changements apportĂ©s aux renseignements sur la gestion des renseignements personnels, aux paramètres et aux outils ont suscitĂ© des critiques nĂ©gatives d’utilisateurs qui croient que les renseignements personnels affichĂ©s sur le site sont maintenant encore plus exposĂ©s qu’avant.

Le Commissariat enquĂŞtera sur la plainte tout en assurant un suivi auprès de Facebook Ă  mesure que de nouvelles modifications sont apportĂ©es au site. En aoĂ»t dernier, l’entreprise s’est engagĂ©e Ă  rĂ©gler dans un dĂ©lai d’un an toutes les prĂ©occupations soulevĂ©es dans le premier rapport d’enquĂŞte.

Le Parlement a confiĂ© Ă  la commissaire Ă  la protection de la vie privĂ©e du Canada le mandat d’agir Ă  titre d’ombudsman, de dĂ©fenseure et de gardienne du droit Ă  la vie privĂ©e et Ă  la protection des renseignements personnels de la population canadienne.

— 30 —

Personne-ressource Ă  l’intention des mĂ©dias :

Anne‑Marie Hayden
Commissariat à la protection de la vie privée du Canada
TĂ©lĂ©phone : 613‑995‑0103
Courriel : ahayden@priv.gc.ca