Annonce

Le 18 juillet 2018

Une enquête révèle qu’une entreprise de la Nouvelle-Zélande a enfreint la loi sur la protection de la vie privée en réutilisant des millions de profils d’utilisateurs canadiens de Facebook

Une enquête a permis de conclure qu’une entreprise a copié les profils d’utilisateurs de Facebook partout dans le monde et les a affichés sur son propre site Web portant atteinte au droit à la vie privée de potentiellement 4,5 millions de Canadiens.

Profile Technology, exploitant du site Web Profile Engine, avait recueilli les renseignements des profils initialement configurés à « public » à partir de Facebook alors que l’entreprise offrait des services de recherche pour les utilisateurs, mais a plus tard utilisé cette information pour lancer son propre site Web de réseautage social. L’entreprise de la Nouvelle-Zélande a affirmé avoir les renseignements des profils de plus de 420 millions de personnes partout dans le monde.

Le Commissariat à la protection de la vie privée du Canada a reçu des douzaines de plaintes de personnes qui ont découvert que leurs renseignements personnels avaient été affichés sur le site Profile Engine.

Une des plaignantes a dit que l’information avait été tirée d’un profil Facebook qu’elle avait créé à l’adolescence, et que toute personne effectuant une recherche avec son nom, dont des employeurs potentiels, tiendrait pour acquis qu’elle manquait de maturité. Un autre plaignant a indiqué qu’une allégation non fondée d’agression, qui avait été affichée sur Facebook à l’origine puis supprimée, continue de s’afficher sur Profile Engine.

Profile Technology a maintenu qu’il s’agissait simplement d’un moteur de recherche qui permettait aux gens de trouver de l’information déjà accessible au public sur Facebook et qu’un consentement n’était donc pas requis.

L’enquête a permis de déterminer que ce n’est pas le cas. L’information comprise dans les profils dont il est question n’était pas « accessible au public » au sens de la loi fédérale sur la protection des renseignements personnels applicable au secteur privé. Les profils Facebook peuvent changer au fil du temps lorsque les utilisateurs mettent à jour leurs renseignements, les rendent inaccessibles au public ou à d’autres utilisateurs de Facebook ou les suppriment carrément.  

Les profils réutilisés par Profile Engine ne reflètent qu’un moment dans le temps. L’entreprise a simplement copié ces profils, les a affichés sur son propre site et les a laissés tels quels.

L’enquête a permis de conclure que Profile Technology a utilisé des renseignements personnels sans consentement et à des fins inappropriées, ce qui a donné lieu à l’affichage en ligne d’information périmée et inexacte facilement accessible concernant des personnes. Dans certains cas, cela risquait de causer de la gêne et des préjudices.

Le Commissariat a recommandé que Profile Technology supprime tous les profils et les groupes associés à des Canadiens. L’entreprise a carrément refusé de le faire.

Profile Technology a cependant supprimé tous les renseignements tirés des profils Facebook de son site Web. L’information ne peut donc plus être indexée par les moteurs de recherche, ce qui a permis d’atténuer une préoccupation importante des plaignants.

Malheureusement, Profile Technology a téléchargé une bonne partie de cette information dans un service d’archivage sur Internet, permettant ainsi les téléchargements de masse par l’entremise du partage entre pairs, y compris sur le Web caché. Les données ont été versées dans plusieurs fichiers distincts de grande envergure, et des identificateurs ont été supprimés et/ou chiffrés. Cela signifie que les données pourraient encore être utilisées ou partagées à l’avenir.

Afin de réduire ce risque, le Commissariat a transmis ses conclusions au commissaire à la protection de la vie privée de la Nouvelle-Zélande, qui a accepté d’étudier différentes options en vertu des lois de la Nouvelle-Zélande.

De plus, le Commissariat a communiqué avec Facebook, qui était engagé dans des litiges avec Profile Technology depuis plusieurs années en ce qui a trait à l’information dont dispose Profile Engine. Facebook continue d’explorer différentes solutions pour régler ce problème, notamment en ayant recours aux tribunaux.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes (obligatoire) : Erreur 1 : Ce champ est obligatoire.

Remarque

Date de modification :