Poignées de main transocéaniques

Cette page Web a été archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Un article paru ce matin au Royaume-Uni (en anglais seulement) rapporte que le FBI américain envisage la mise sur pied d’une banque de données internationales, en collaboration avec le Royaume-Uni, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et le Canada, ce qui pourrait éventuellement rendre les renseignements personnels au sujet des citoyens de ces pays — des données biométriques comme l’iris ou les empreintes palmaires et digitales — disponibles instantanément aux forces policières des autres pays partenaires. Ce programme initié par les États-Unis, le Server in the Sky (ou « serveur dans le ciel »), aiderait aux forces de l’ordre à retracer de grands criminels et des présumés terroristes.

La proposition d’établir un lien entre les banques de données est ambitieuse : chaque pays partenaire se plie à des normes différentes pour la cueillette, l’entreposage et l’utilisation de renseignements biométriques.

Les gouvernements échangent déjà des renseignements au-delà des frontières, mais ils le font selon des règles strictes, destinées à protéger les droits des personnes innocentes, y compris le droit à la vie privée. La participation internationale au programme Server in the Sky semble en être à ses tout débuts; il sera tout de même intéressant de voir qui participera, et comment. Pour ce qui est de la participation du Canada, nos citoyens s’attendent avec raison à ce que leurs renseignements personnels demeurent protégés et, il va sans dire, pourraient voir d’un mauvais œil que des données à leur sujet soient communiquées librement à deux pays qui se sont classés en queue de peloton au palmarès mondial de la protection de la vie privée établi (disponible en anglais seulement) par Privacy International.

Date de modification :