Nexus : Gagner du temps, mais à quel prix ?

Cette page Web a été archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Samedi dernier, La Presse a publié un article sur le programme Nexus. L’article rédigé par Jean-Philippe Brunet d’Ogilvy Renault vante les bienfaits du programme, notamment la capacité du programme à faire gagner du temps aux voyageurs.

Nexus

Le programme est un accord entre le Canada et les États-Unis pour un partage de renseignements personnels volontaires afin d’émettre une carte qui rend la traversée de la frontière moins ardue.

Pour participer, vous devez simplement remplir un formulaire, qui vous demande toutes vos adresses ainsi qu’une liste de tous les emplois que vous avez occupé depuis les 5 dernières années, les 50$ de frais, et des photocopies de votre passeport, votre permis de conduire recto verso, votre certificat de naissance, etc. Une fois le formulaire dûment rempli et signé, il est évalué par les deux pays qui décident si vous passez le test et pouvez passer à l’étape (plutôt intense) de l’entrevue où l’on prélèvera vos empreintes digitales et photographiera votre iris. Vous passez le test? Vous recevrez votre carte Nexus qui « vous permettra donc de rentrer plus tôt à la maison pour passer du temps en famille ou encore rattraper des heures de sommeil ».

Le Hic

Au Canada, vos données vous appartiennent et on doit vous demander la permission pour partager vos renseignements avec une tierce partie. Pas aux États-Unis. En fait, la minute que vous signez le formulaire, vous êtes soumis à la section 215 du PATRIOT Act (en anglais), qui autorise le gouvernement américain à obtenir n’importe quel document, que ce soit vos données et renseignements personnels, ou votre liste d’épicerie en prétextant l’excuse du terrorisme, sans votre consentement, sans vous en avertir et à partager cette information avec n’importe qui. (Le Commissaire à l’information et à la vie privée de la Colombie-Britannique a aussi publié en anglais une étude intitulée Privacy and the PATRIOT Act.)

Donc, c’est à vous de choisir : rattraper votre sommeil ou dormir sur vos deux oreilles en sachant que vos renseignements personnels ne seront pas divulgués à n’importe qui.

Date de modification :