Une faille dans les nouveaux réglages de protection des renseignements personnels dans Facebook

Cette page Web a été archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Cette semaine, Facebook a lancé de nouvelles mises à jour des réglages de contrôle de la protection des renseignements personnels. Dans l’ensemble, la couverture médiatique a été favorable.

Mais ces nouvelles mises à jour améliorent-elles vraiment les anciens réglages? Chris Soghoian, de Surveill@nce St@te, révèle une faille critique; il souligne que Facebook prétend que ses nouveaux réglages de protection permettent à certains utilisateurs de choisir le type d’étrangers qui peuvent consulter leur profil. Par exemple, une étudiante de 1er cycle d’une université américaine pourrait préciser que son profil peut être consulté par d’autres étudiants du 1er cycle et des cycles supérieurs, mais non pas par des membres du personnel enseignant ou administratif. L’idée semble bonne au départ, mais Soghoian explique que Facebook n’a aucun moyen de vérifier le statut universitaire d’une personne :

« [Traduction] La seule chose que l’entreprise peut vérifier, c’est que la personne a une adresse de courriel .edu en vigueur. Cette personne pourrait donc être un étudiant, un membre du personnel de soutien, un professeur ou un ancien. Par conséquent, Facebook demande aux utilisateurs de fournir eux-mêmes ce renseignement. Dans le cas où une étudiante ne voudrait pas que les profs de son université qui sont dans Facebook puissent voir son profil, il serait ridiculement facile pour un prof d’ouvrir une session et de changer son statut, de prof à étudiant de 1er cycle. »

Même s’il est bon de voir que Facebook réagit aux inquiétudes grandissantes au sujet de la protection de la vie privée, une grande question demeure : qui va se prévaloir de ces nouveaux mécanismes? Selon les données fournies par Facebook elle-même, seulement 25 % de ses utilisateurs se sont donné la peine d’utiliser les réglages en place.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes (obligatoire) : Erreur 1 : Ce champ est obligatoire.

Remarque

Date de modification :