La santé publique et l’analyse des requêtes de Google

Cette page Web a été archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Enveloppé dans une couverture dans la tranquillité de votre salle d’ordinateur, malade de la tête aux pieds, vous décidez de faire une recherche rapide sur des remèdes contre la grippe ou pour trouver l’endroit où se tiendra la prochaine clinique de vaccination contre la grippe. Félicitations! Grâce à Google, vous venez tout juste de vous porter volontaire pour participer au système de détection rapide de santé publique.

Le nouvel outil de Google, « Flu Trends » , mentionné dans le Drudge Report mardi compile les requêtes dans Google et, selon l’entreprise, prévoit la façon dont la grippe va se propager aux États-Unis jusqu’à deux semaines plus tôt que les méthodes de suivi traditionnelles de la santé publique. Google fournit aussi des graphiques illustrant les requêtes liées à la grippe pour certaines provinces canadiennes.

Vous croyez peut-être que les requêtes liées à la grippe ne sont pas des données très révélatrices. Que diriez-vous cependant si le moteur de recherche en arrivait à élargir son analyse à des domaines plus délicats – par exemple, les maladies transmises sexuellement (ou des maladies génétiques comme la maladie de Huntington)? Mais l’annonce de Google selon laquelle l’entreprise rendra anonymes les résultats de recherche après neuf mois n’est-elle pas rassurante?

Vous vous dites peut-être qu’il ne faut pas trop s’en faire parce que Google soutient que la vie privée des utilisateurs est protégée : [traduction]« Google Flu Trends ne sera jamais utilisé pour identifier des utilisateurs individuels, car nous nous servons de données anonymes pour comptabiliser la fréquence de certaines requêtes chaque semaine. Nous comptabilisons des millions de requêtes dans Google sur une longue période et les tendances que nous observons dans les données ne sont significatives que lorsqu’on tient compte d’une grande population d’utilisateurs du moteur de recherche Google

Il y a un équilibre délicat à atteindre entre le suivi de données dans l’intérêt public et le risque de porter atteinte à la vie privée. De nombreux éléments doivent être pris en considération. Par exemple, la décision récente de la Cour fédérale dans l’affaire Gordon, où il était question du concept d’identifiabilité potentielle de l’information comprise dans une base de données sur les effets indésirables des médicaments,était fondée sur un test qui a été proposé par le Commissariat

Un débat public plus poussé s’impose sur les questions soulevées par ces faits nouveaux. Nous attendons avec impatience vos commentaires à ce sujet.

Date de modification :