Les sites de réseautage au travail

Cette page Web a été archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Les employeurs se penchent de plus en plus sur une question épineuse : aborder l’usage que font les employés des sites de réseautage social comme Facebook, MySpace et LinkedIn.

C’est une défi auquel tous les employeurs devront faire face compte tenu du nombre croissant d’utilisateurs de sites de réseautage social au Canada et à l’étranger. De plus, selon une récente étude de l’Université Ryerson, il y a un nouveau fossé numérique entre les jeunes Canadiennes et Canadiens qui socialisent en ligne fréquemment et régulièrement, et les employeurs et gestionnaires pour qui ils travaillent. L’étude révèle que les deux groupes – les jeunes employés et les employeurs plus âgés – ont des points de vue différents sur la protection de la vie privée en ce qui a trait aux réseaux en ligne. Les chercheurs ont également découvert que, dans l’ensemble, les employeurs n’ont pas instauré, à l’heure actuelle, des politiques, lignes directrices et pratiques qui régissent l’utilisation des sites de réseautage social en milieu de travail.

Toutefois, un petit groupe d’employeurs s’est mis à la tâche. Jusqu’à maintenant, les actions des employeurs varient considérablement – de l’interdiction complète d’accéder aux sites de réseautage social en milieu de travail, à l’élaboration de codes déontologiques et de lignes directrices sur les activités en ligne des employés.

Au Royaume-Uni, le Trades Union Congress a mis sur pied, à l’intention de ses membres, une trousse à outils sur la sécurité de la TI; l’une des sections a été consacrée aux réseaux sociaux et à la protection de la vie privée pour les employeurs et les employés. Il y a aussi une note d’information sur le réseautage social en ligne et les conséquences qui en découlent pour les gestionnaires en ressources humaines.

Dans les semaines à venir, nous publierons nos propres lignes directrices pour aider les employeurs à rédiger leurs propres politiques en matière d’utilisation des sites de réseautage social en milieu de travail.

À ce jour, le Royaume-Uni et l’Ontario ont fait paraître un avis sur le réseautage social et le travail, selon le point de vue des employés – assurez-vous de consulter ces documents.

Date de modification :