Vos renseignements – quelle valeur ont-ils?

Cette page Web a été archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Au sud de la frontière, Sony Music a récemment conclu un accord avec la Federal Trade Commission (FTC) des États-Unis après que cette dernière a déposé une poursuite contre Sony selon laquelle la compagnie aurait enfreint le droit à la vie privée des enfants.

La semaine passée, la FTC a accusé Sony d’enfreindre la Children’s Online Privacy Protection Act, ou COPPA, en recueillant, entretenant et communiquant les renseignements personnels d’enfants de moins de 13 ans sans le consentement des parents.

La FTC estime que Sony a recueilli les renseignements personnels d’environ 30 000 enfants sur 196 sites Web exploités par Sony Music. Ces renseignements comprennent les nom, adresse, numéro de téléphone cellulaire, adresse de courriel, date de naissance, code postal, nom d’utilisateur et sexe. Mais ce n’est pas tout :

« Plusieurs de ces sites permettent également aux enfants de créer des pages personnelles d’admirateurs, de revoir les albums des artistes, de télécharger des photos ou des vidéos, d’afficher des commentaires sur des babillards électroniques et des forums en ligne, et de participer à une messagerie privée. » [Traduction]

La journée suivante, Sony et la FTC ont annoncé que la poursuite avait été réglée à l’amiable, puisque la compagnie avait accepté de payer une amende de 1 million de dollars, de mettre en place un processus de présélection conforme aux règlements de la FTC et d’embaucher un agent de conformité du Web pour surveiller cet enjeu. On dit que l’amende est la plus grande entente jamais conclue dans une affaire liée à la COPPA, laquelle est entrée en vigueur en 2000.

Une façon (assez simpliste d’ailleurs) de considérer cette entente est qu’elle équivaut à environ 33 $ par renseignement concernant un enfant.

Mais ces enfants – et le reste des visiteurs des sites Web de Sony – peuvent envisager la valeur de leurs renseignements personnels d’une autre façon. Une étude récente faite par IBM a permis de démonter que les gens – les jeunes en particulier – étaient prêts à échanger leurs renseignements personnels contre des incitatifs comme de la musique ou des vidéos de grande qualité gratuites, des rabais dans leurs magasins préférés ou des points échangeables à des hôtels ou des compagnies aériennes :

« Près de 60 pour cent des répondants étaient prêts à fournir des renseignements à leur sujet – comme l’âge, le sexe, le style de vie ou les préférences linguistiques – en échange de quelque chose qui a de la valeur. Les répondants plus jeunes étaient moins préoccupés au sujet de la communication de leurs préférences personnelles, et un nombre assez important de participants de plus de 45 ans étaient également prêts à communiquer des renseignements à leur sujet. Toutefois, tous les répondants ont indiqué avoir besoin d’une contrepartie ou d’un incitatif en échange de leurs renseignements personnels. » [Traduction]

Enfin, quelle valeur ont vos renseignements personnels sur le marché noir?

Le cybercrime est une grande entreprise – on dit maintenant qu’il rapporte encore plus que le commerce international de la drogue. Dans le monde actuel, il est possible de vendre et d’acheter des renseignements figurant sur les cartes de crédit pour aussi peu que 1 $, et des identités complètes peuvent être achetées pour 5 $.

Alors quelle est la valeur de vos renseignements personnels? Autant que le soin que vous mettez à les protéger.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes (obligatoire) : Erreur 1 : Ce champ est obligatoire.

Remarque

Date de modification :