Mais quand il est question de FiFi, on ne rit plus

Cette page Web a été archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Comme nous l’avons mentioné plus tôt, tout le monde et sa mère est sur Twitter ces temps-ci.

Jusqu’à tout récemment, le vol d’identité sur le populaire site de microblogage était plutôt bon enfant et consistait surtout à se faire passer pour une vedette. Un des canulars les plus célèbres visait la comédienne américaine Tina Fey, qui aurait trouvé son alter ego assez comique, selon certaines rumeurs.

Mais voilà qu’aujourd’hui, les plus humbles d’entre nous sont la cible de la dernière tentative de fraude d’identité — et les conséquences ne sont pas très comiques. (ici, et ici, en anglais)

Parce que nous manquons tous tôt ou tard de choses à dire (même en 140 caractères ou moins), nous nous laissons souvent prendre par l’attrait de jeux ou des dernières tendances. Parmi les plus récentes, on retrouve des variantes du « nom porno » : on se forme un nom fictif d’acteur ou d’actrice de films pour adultes en combinant divers noms tirés de son passé, comme le nom de jeune fille de sa mère, le nom de son premier animal de compagnie, le nom de la rue où l’on a grandi…

Ça vous rappelle quelque chose? Tous ces noms servent souvent de question de sécurité pour avoir accès à des services de courriel, à des services bancaires en ligne ou même pour transiger avec son institution financière par téléphone. Est-ce vraiment surprenant que des hameçonneurs aient invité tout le monde à la fête sur Twitter?

Bien sûr qu’il est amusant de se révéler au cybermonde entier comme étant Minou Grande Allée. Mais le jeu n’en vaut peut-être pas la chandelle.

Date de modification :