Qui sont les voleurs d’identité?

Cette page Web a été archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Plusieurs d’entre vous se méfient des transactions en ligne et associent souvent le vol d’identité aux cracks de l’information qui piratent les réseaux informatiques. Il est vrai que nous ne pouvons fermer les yeux sur l’évolution des technologies et le lien étroit qui existe avec la naissance de nouvelles techniques pour escroquer des renseignements personnels. Toutefois, le vol d’identité surpasse le monde virtuel et est souvent beaucoup plus près de nous.

Un sondage réalisé cette année par le Commissariat à la protection de la vie privée révèle qu’un Canadien sur six a été victime d’une forme ou d’un autre de vol d’identité. Plus de 90 p. 100 des Canadiennes et Canadiens se disent préoccupés par la question du vol d’identité.

Benoît Dupont et Guillaume Louis ont publié la deuxième note de la Chaire de recherche du Canada en sécurité, identité et technologie de l’Université de Montréal, qui dresse un profil des voleurs d’identité et de leurs modes opératoires. Les faits saillants qui en découlent secouent. Les voleurs d’identité – Profil d’une délinquance ordinaire démontre que le vol d’identité a frappé 1,7 millions de personnes au Canada en 2008 et a fait 340.000 victimes au Québec l’année précédente. Un rapport émis par le McMaster eBussiness Research Centre en 2008 présentaient les mêmes chiffres, rapportant également que des victimes ont dépensé plus de 20 millions d’heures et 150 millions de dollars pour résoudre leurs problèmes (Sproule et Archer, 2008Note de bas de page 1).

Les 90 p. 100 des Canadiennes et Canadiens qui se disent préoccupés par la question du vol de l’identité font bien de l’être! Dupont et Louis viennent de brosser un portrait de celui qu’ils nomment le délinquant « ordinaire ». Un profil qui est plus effrayant que celui liés au crime organisé ou aux profils virtuels auxquels nous sommes portés à associer le titre de voleurs d’identité.

Il ne faut pas sous-estimer le cyberespace à la suite de cette constatation, son rôle reste considérable. Plus de 45% des cas de vols d’identité impliquent le recours à Internet. Cependant, l’utilisation que les « délinquants » font du World Wide Web n’est pas aussi importante que nous pouvions le croire à l’étape de l’acquisition de renseignements personnels de la victime. Au contraire, son rôle accroît à l’étape de la fraude. Mais ce qui nous intéresse ici c’est de comprendre de prime abord comment les voleurs d’identité acquiert les renseignements si ce n’est pas en ligne ? Et par le fait même, qui sont-ils, ces voleurs d’identité ?

L’équipe de chercheurs de l’Université de Montréal s’est basée sur 574 articles de presse recueillis de janvier à juin 2008 et contenant 195 affaires de vol d’identité impliquant 422 délinquant pour nous présenter un individu ordinaire qui utilise des stratagèmes dont la sophistication varie grandement. Les faits saillants suivants complètent le profil de monsieur madame tout le monde :

Les femmes représentent près de 40% des délinquants. Cette forte présence s’explique selon nous par l’absence de violence inhérente à ce type de crime et par la possibilité de le commettre sans le soutien de pairs délinquants.

Les auteurs de vols d’identité sont relativement plus âgés que les autres délinquants, avec une moyenne de 33 ans. Le délinquant le plus âgé figurant dans notre base de données avait 67 ans.

Les délinquants ont agi seul dans une grande majorité des cas (64,6%), ce qui semble contredire la thèse d’une forte implication du crime organisé dans ce type de crime.

La façon de commettre le vol est aussi commune que le portrait du voleur. Loin du piratage de réseaux informatiques, à 53.4 p. cent on constate que les acquisitions se font par vol de portefeuille ou de sac à main et par escroquerie. Suivent les professionnels qui détournent à leur profit les renseignements personnels de leurs clients, patients ou bénéficiaires (28,3 %).

Pourquoi décide-t-on de procéder au vol d’identité ? Simplement parce que c’est facile ! Selon Dupont, le choix du vol d’identité est justifié en raison des faibles risques impliqués et de la facilité avec laquelle cette activité peut être menée. On craint d’autant plus une augmentation de sa popularité avec la crise économique et l’enrichissement direct qu’il procure (26 000 $US de profits en moyenne). Le vol d’identité est l’un des crimes connaissant la plus forte croissance depuis quelques années (Finklea, 2009Note de bas de page 2).

De plus en plus de mesures sont prises afin de donner aux Canadiennes et Canadiens les outils nécessaires pour prévenir le vol d’identité, et encourager les entreprises commerciales et les organisations gouvernementales à protéger adéquatement les renseignements personnels qu’elles détiennent.

Cependant, la réalité est telle qu’il faut avant tout adopter la vigilance au quotidien.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes (obligatoire) : Erreur 1 : Ce champ est obligatoire.

Remarque

Date de modification :