Connaissez-vous Louise?

Cette page Web a été archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Voici Louise

Louise joue un rôle central de nos Consultations sur la vie privée des consommateurs, qui arrivent à grand pas. Louise, comme beaucoup de Canadiennes et de Canadiens, mène une grande partie de ses activités en ligne... elle achète des vêtements et des livres, elle met à jour son profil sur Facebook, et elle ne sort jamais sans son iPhone.

Son quotidien nous sert d’étude de cas fictif pour examiner comment nos données se transmettent alors que nous prenons part au monde en ligne. Qui détient nos renseignements? Qu’est-ce qu’ils font avec ces données?

Vous trouverez ci-dessous un des nombreux scénarios que nous avons développés pour ancrer la conversation au cours du processus de consultation. Celui-ci servira dans le cadre de la table ronde sur la publicité, qui aura lieu cette semaine à Toronto. En le lisant, posez-vous les questions suivantes :

Est-ce que Louise est consciente de comment ses renseignements peuvent être utilisés quand elle fait des recherches puis achète des articles dans des librairies en ligne?

Le profil publicitaire conçu pour Louise, est-il vraiment pertinent, étant donné qu’elle partage son ordinateur avec d’autres membres de sa famille, y compris son frère de 9 ans?

Comment l’information de profil au sujet de Louise pourrait-elle être couplée avec d’autres renseignements disponibles au public pour faire des inférences à son sujet?

Quels genres de décisions sont faites ou pourraient être faites en se basant sur son information de profil? Quels sont les risques de la combinaison de profils en ligne et hors ligne? Et les risques encourus par la combinaison de différents profils en ligne, comme le profil de Louise sur Facebook et son profil chez son libraire en ligne favori?

Louise est une étudiante postsecondaire branchée de 21 ans, qui aime rencontrer de gens et essayer de nouvelles choses. Elle est active en ligne, où elle fait à peu près tout : acheter des vêtements à la mode et des billets de spectacle, garder le contact avec ses amis et afficher des mises à jour et des photos d’elle sur sa page Facebook. Comme elle termine ses études cette année, Louise a commencé à se chercher un emploi. Elle paie sa scolarité en fabriquant des bijoux et en les vendant en ligne. Elle collectionne également des bandes dessinées et fait partie d’un réseau international d’amateurs de bandes dessinées. Louise a un jeune frère, David, âgé de 9 ans.

Louise a acheté un jean griffé dans un magasin du centre commercial du coin en payant avec sa carte de crédit. Elle a aussi remis sa carte de fidélité au commis pour qu’il enregistre la transaction.

De retour à la maison, Louise a ouvert une session dans son nouveau compte, sur le site Web du magasin, pour se renseigner davantage sur les vêtements qu’elle a essayés mais qu’elle n’a pas achetés. Dans son empressement à examiner la marchandise du magasin, elle a cliqué rapidement sur le long énoncé de politique sur la protection de la vie privée du site.

Alors qu’elle parcourait le site Web du magasin à la recherche d’un chemisier pour accompagner son nouveau jean, Louise a vu une annonce de bijoux qui lui a vraiment plu et elle a suivi le lien. Louise s’est sentie à l’aise sur le petit site canadien de bijoux parce qu’il lui donnait l’impression de visiter la page d’un ami.

Comme elle aimait les styles de bijoux offerts sur le site, elle a aussi acheté un collier et cliqué sur « j’aime » pour mettre ses amis au courant de cette dernière acquisition. Puis, elle a quitté le site et fait une recherche pour trouver un concert et elle a acheté deux billets. Ensuite, elle a vérifié l’état d’une enchère en ligne à laquelle elle participe pour tenter d’acquérir une nouvelle bande dessinée spécialisée.

Après cela, Louise a mis à jour sa page Facebook pour informer ses amis de ses achats et voir qui d’autre irait au concert. À partir de Facebook, elle a consulté le site de sa librairie en ligne préférée, où elle a acheté un livre que lui a recommandé un autre spécialiste de bandes dessinées.

Nous espérons que les activités de Louise alimenteront la conversation — prenez part à cette discussion en faisant un commentaire sur notre blogue ou en étant sur Twitter ce jeudi (#priv2010). Ne manquez pas non plus la webdiffusion en direct.

Date de modification :