Protéger sa vie privée en ligne n’est peut-être pas si vieux jeu que ça

Cette page Web a été archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Quelques membres dévoués du CPVP passent une bonne partie de leur temps à visiter les écoles et à parler aux jeunes de l’importance de protéger sa vie privée. Selon un discours assez répandu, la vie privée est une cause perdue d’avance en cette époque de réseautage social en ligne et de laisser-aller en matière de partage d’information. Or, ceux d’entre nous qui parlons souvent aux jeunes sommes toujours agréablement surpris de constater que la génération qui grandit en ligne démontre un intérêt et un enthousiasme certains en ce qui concerne la protection de leurs renseignements. Il nous fait toujours plaisir de lire des travaux de recherche qui confirment nos observations quotidiennes, à savoir, que les plus jeunes sont en fait assez proactifs pour protéger leur vie privée en ligne.

Le Internet and American Life Project du Pew Research Centre a publié récemment un rapport intitulé Reputation, Management, and Social Media, selon lequel les jeunes utilisateurs sont beaucoup plus actifs et agissent de manière beaucoup plus délibérée pour protéger leurs profils en ligne, comparativement aux utilisateurs plus âgés. Ce graphique présente d’autres conclusions intéressantes sur la manière dont les gens interagissent et se comportent en ligne.

Une bonne part du débat au sujet de la vie privée en ligne semble tourner autour de choix distincts : si vous affichez des renseignements en ligne, vous ne pouvez pas vous attendre à ce qu’ils soient privés; si vous vous inscrivez à un site de réseautage social, vous devez vouloir partager vos renseignements avec tout le monde. En réalité, les choses sont plus nuancées. Comme l’ont fait valoir danah boyd et d’autres, les gens veulent partager des renseignements avec des personnes qu’ils ont eux-mêmes choisis, par l’entremise de leurs paramètres de confidentialité. Pew a découvert que 71 % des utilisateurs de sites de réseautage social âgés de 18 à 29 ans avaient modifié les paramètres de confidentialité de leurs profils afin de restreindre ce qu’ils communiquaient en ligne, et 58 % empêchaient certaines personnes de voir des mises à jour données. Contrairement à ce que certains magnats du techno vous encouragent à croire, la vie privée des jeunes en ligne est bien vivante.

Date de modification :