« girl chewing gum »

Cette page Web a été archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Le mois dernier, je vous ai fait part d'une scène de rue tournée à San Francisco dans les premières années du 20e siècle. Dans ce billet, j'ai fait allusion au fait que ce film représentait l'une des premières manifestations de la surveillance publique et souligné comment les personnes saisies sur la pellicule avaient détourné le processus en agissant soit de manière exhibitionniste ou soit de manière à protéger leur vie privée.

« girl chewing gum » est une œuvre comparable — un film en boucle d'une rue citadine, en 1976, dans un coin plutôt inintéressant de l'est de Londres.

Cette fois-ci, c'est une trame sonore qui a été superposée pour donner l'impression que les passants reçoivent des directives de la part du metteur en scène apparent, John Smith.

Le faux-semblant se dissipe à mesure que le film avance, mais il nous rappelle que n'importe quel film est sujet à interprétation et à mésinterprétation. Le regard du spectateur est naturellement informé par son expérience personnelle, les classes sociales que laissent supposer les vêtements et la démarche, les préjugés socioéconomiques et quoi d'autre encore.

Manifestement, la capacité du metteur en scène d'anticiper le comportement d'un passant est restreint par sa portée visuelle, et ses directives sont influencées par sa capacité de rebobiner et de visionner la bande à nouveau.

Quoi qu'il en soit, ce film représente des tranches mises à nu du quotidien de chaque passant, sans connaître ses pensées, ce qui l'a amené à déambuler dans Stamford Road ou sa destination éventuelle.

Merci à Joe Moran de nous avoir fait part de la disponibilité en ligne de ce film.

Date de modification :