Les technologies en évolution présentent de nouveaux risques d’atteinte à la vie privée des jeunes

Cette page Web a été archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

missing alt tags

Les jeunes utilisent les nouvelles technologies de communication à un âge de plus en plus précoce. Bien qu'ils reconnaissent l'importance de protéger leur vie privée, les jeunes ne sont pas toujours conscients des risques potentiels d’atteinte à la vie privée qui peuvent présenter ces nouvelles technologies.

Une étude récente révèle que le tiers des mères issues de la génération Y en Amérique du Nord (âgées de 18 à 27 ans) laissent leurs enfants utiliser un ordinateur portable dès l’âge de deux ans. Selon le Centre Joan Ganz de New York, environ le quart des enfants Américains âgés de trois ans vivent dans un environnement où les ordinateurs portables et les tablettes sont connectés à Internet tous les jours. À compter de l’âge de cinq ans, la proportion grimpe à 50 % des enfants Américains.

Mais que fait-on pour éduquer ces enfants aux risques d’atteinte à la vie privée auxquels ils sont confrontés quand ils utilisent des jeux en ligne, des applications, les réseaux sociaux, des appareils mobiles et la géolocalisation?

Il est de première importance d’outiller nos enfants pour qu’ils prennent des décisions éclairées dans un environnement en ligne qui devient de plus en plus complexe.

Dans son rapport annuel 2011 concernant la Loi sur les renseignements personnels et les documents électroniques déposé aujourd’hui, le Commissariat à la protection de la vie privée du Canada aborde les questions liées à la protection de la vie privée des jeunes.

Le rapport donne un aperçu de notre travail récent sur ​​ces questions, notamment au sujet de notre première enquête d'un site de réseautage social pour jeunes, d’enquêtes à la suite de trois plaintes déposées contre Facebook, ainsi que d'une enquête sur une plainte concernant la surveillance par caméras web dans une garderie.

Date de modification :