Surveillance des citoyens par les citoyens

Cette page Web a été archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Pendant qu’il attend l’autobus, un homme voit deux personnes fracasser une vitrine pour s’introduire dans un immeuble. Il prend son téléphone dans sa poche de veston, le pointe vers les individus de l’autre côté de la rue et prend une photo. Il la diffuse sur Twitter. « Incroyable, écrit‑il. Au coin de Wellington et de la 5e. »

Bienvenue dans le monde du journalisme citoyen, où l’omniprésence des téléphones intelligents équipés de caméras et l’immense popularité des médias sociaux ont donné naissance au phénomène des citoyens qui surveillent et rapportent ce que font les autres citoyens.

En juin 2011, des spectateurs ont documenté l’émeute au centre-ville de Vancouver après la septième partie des séries éliminatoires de la Coupe Stanley. Le public a fourni à la police de Vancouver plus de 1 000 000 de photos et plus de 1 000 heures de vidéo. Ces événements fournissent un scénario concret pour étudier l’émergence du journalisme citoyen et les risques d’utilisation inappropriée des renseignements personnels qui l’accompagne.

Nous avons commandé deux études indépendantes pour approfondir le sujet. Nous avons demandé au stratège d’Internet Jesse Hirsh et à l’avocat Kent Glowinski d’examiner la question de la technologie et de ses implications juridiques, et de se pencher sur les possibles mesures de protection juridique pour la vie privée dans le contexte des médias sociaux. Ces études sont maintenant disponibles sur notre site Web. Nous vous invitons à les lire et à nous dire ce que vous en pensez dans la section « Commentaires » ci‑dessous.

Date de modification :