Vie privée et culture populaire — Notre palmarès des dix meilleurs films sur la vie privée

Cette page Web a été archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

La vie privée et la surveillance sont depuis toujours des thèmes prisés dans la culture populaire, et Hollywood a certainement exploité ces concepts avec brio. Vous trouverez ci-dessous, dans un ordre arbitraire, notre palmarès des meilleurs films abordant la question de la vie privée.
Êtes-vous d’accord avec notre palmarès? Avons-nous oublié certaines œuvres marquantes ? Faites nous en part dans les commentaires !

Louis 19, le roi des ondes
La seule comédie sur notre liste, Louis 19, le roi des ondes est aussi connue en France sous le titre Reality Show. Le film dépeint l’histoire de Louis Jobin, un homme ravi d'avoir été choisi pour être la vedette d'une émission de téléréalité. Au fil du temps, la nouvelle « vedette » découvre que la célébrité n'est pas exactement ce à quoi il s’attendait. Sorti en 1994, le film a précédé l’ère de la microcélébrité et l'assaut de la téléréalité et des réseaux sociaux.

A Scanner Darkly
Comme plusieurs autres films figurant à ce palmarès, A Scanner Darkly se déroule dans un avenir assez rapproché, où la surveillance est constante et omniprésente. Inspiré d’un roman de Philip K. Dick et réalisé par Richard Linklater, le film se penche sur le concept de l’identité, ainsi que sur l’incidence de la surveillance sur l’identité.

Caché
Ce film austro-français à sensations fortes suit la vie de la famille Laurent qui tente de déterminer qui les a secrètement filmés. Sorti en 2005, le film a remporté de nombreux prix et distinctions en plus de gagner le cœur des critiques de cinéma.

Conversation secrète (v.o. The Conversation
Gene Hackman joue le rôle d’un spécialiste de la filature brillant, mais paranoïaque, dans ce long métrage datant de 1974 qui pourrait ou non être le précurseur du film Ennemi de l’État — v.o. Enemy of the State  (en anglais seulement). Réalisé par Francis Ford Coppola, Conversation secrète a été louangé pour ses observations remarquablement avancées sur le rôle de la technologie dans la société, qui conservent aujourd’hui tout leur sens.

Bienvenue à Gattaca (v.o. Gattaca
Bienvenue à Gattaca explore les thèmes de la vie privée et de la surveillance au niveau subatomique. Dans cette mise en scène d’un avenir assez rapproché, l’ADN joue un rôle important dans le choix d’une carrière et d’un partenaire, en plus d’établir l’appartenance à une classe sociale.

Rapport minoritaire (v.o. Minority Report)
Avant de commencer la production, le réalisateur Steven Spielberg a réuni un groupe de « spécialistes du futur » pour qu’ils lui brossent un portrait possible de l’année 2054. Cela explique sans doute l’éventail de technologies plausibles représentées tout au long du film, par exemple dans cette scène (en anglais seulement) où le personnage de Tom Cruise est assailli par des hologrammes livrant des messages publicitaires personnalisés .

La vie des autres (v.o. The Lives of Others
Dans ce film paru en 2006, un agent de la Stasi place un couple de Berlin-Est sous écoute et les espionne — tout d’abord afin de déterminer leur loyauté au Parti socialiste, puis de plus en plus par intérêt personnel.

1984 
Ce classique moderne de George Orwell a été porté au grand écran pour la deuxième fois en 1984; une première adaptation cinématographique remonte à 1956. Comme tout bon « mème » culturel, cette œuvre a enrichi notre vocabulaire d’expressions et de mots nouveaux, dont « Big Brother » et le « trou de mémoire ».

Fenêtre sur cour (v.o. Rear Window
Un homme se casse une jambe, s’ennuie puis se met à espionner ses voisins — s’ensuit une foule de rebondissements. Les techniques de surveillance de pointe employées dans bon nombre de films figurant à notre palmarès n’apparaissent nulle part dans ce drame policier classique d’Hitchcock.

Red Road
Ce film écossais met en scène une opératrice de télévision en circuit fermé qui surveille activement un homme issu de son passé. La réalisatrice Andrea Arnold a affirmé que sa représentation de Glasgow en tant que ville sous constante surveillance avait comme objectif de susciter un débat sur l’utilisation des réseaux de télévision en circuit fermé.

Date de modification :