Vie privée et culture populaire – La protection de la vie privée dans l’art

Cette page Web a été archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

La surveillance, l’identité, les réseaux sociaux et les mégadonnées sont des sujets que les artistes prennent souvent beaucoup de plaisir à explorer. En fait, l’Association internationale des professionnels de la protection de la vie privée a déjà associé l’art et la protection de la vie privée dans le cadre d’un événement intitulé Navigate qui combine des interventions artistiques, des discussions sur l’avenir de la protection de la vie privée aptes à susciter la réflexion et un exposé présenté par son président, Trevor Hughes, sur les principaux enjeux relatifs à la protection de la vie privée dans lequel il illustre chaque tendance au moyen d’une œuvre d’art moderne fascinante.

Nous nous sommes inspirés de cette idée pour dresser notre propre liste de découvertes artistiques glanées sur Internet.

Steganosaur by Charis Poon

Charis Poon a créé Steganosaur, œuvre interactive et ludique qui permet aux utilisateurs de créer des messages chiffrés et de les communiquer à leurs amis. « Comme le chiffrement est représenté par un motif géométrique très coloré, il serait possible de l’afficher n’importe où sur un support matériel ou numérique et l’on n’y verrait probablement qu’un simple motif. Mais l’auteur en connaît la vraie signification », explique cette artiste new-yorkaise.

Lorrie Faith Cranor's D-'identification quilt

Les fervents défenseurs de la vie privée connaissent Lorrie Faith Cranor (c’est elle qui apparaît sur le portrait ci‑dessus), pour son travail comme professeure d’informatique et chercheuse en protection de la vie privée et en sécurité à l’Institut Carnegie‑Mellon. Or, Mme Cranor, qui est également une courtepointière accomplie, a exploré des avenues pour associer à l’art une visualisation de la protection de la vie privée et une désidentification. Les fragments qui composent sa courtepointe intitulée De‑identification ont été coupés, collés, rassemblés, superposés, brodés et matelassés à la main et à la machine. « C’est très similaire à la désidentification des renseignements personnels où l’on a supprimé les données et introduit un bruit numérique, explique Lorrie Faith Cranor. Mais, à terme, il serait possible de réidentifier les données désidentifiées pourvu que l’information contextuelle soit suffisante. »

Et, à propos de l’art textile, lorsque Facebook a construit un nouveau centre de données à Prineville, dans l’Oregon, les responsables ont invité les courtepointières locales au centre pour personnes âgées de la ville afin de créer des courtepointes montrant comment Facebook relie le monde.

Laurent Grasso's Uraniborg

L’exposition novatrice Uraniborg de l’artiste français Laurent Grasso tire son nom de l’observatoire construit et exploité par l’astronome danois Tycho Brahe. Cette exposition est présentée dans un labyrinthe construit par l’artiste mettant en vedette des artefacts qui portent sur les thèmes du contrôle et de la surveillance, comme le court-métrage présenté ci‑dessus – qui montre un faucon équipé d’une caméra – en analogie avec la technologie des véhicules aériens sans pilote (drones) modernes.

Adam Harvey's Stealth Wear

Qui dit que la protection de la vie privée n’est pas à la mode? L’artiste Adam Harvey a créé une collection de « vêtements furtifs », Stealth Wear, qui utilisent des coupes précises et des matériaux spécialisés pour empêcher l’utilisateur d’être repéré et reconnu par des technologies de surveillance. L’utilisation croissante de drones de surveillance aux États-Unis a incité l’artiste à concevoir cette collection. « Les renseignements et la vie privée sont des biens personnels de plus en plus précieux et il est absurde de ne pas les protéger », explique M. Harvey.

Arne Svenson's The Neighbours

Les photographies de la série The Neighbors ont été prises par Arne Svenson à partir de son domicile new-yorkais. L’artiste a pointé son objectif sur les fenêtres pleine hauteur de l’immeuble situé de l’autre côté de sa rue. Comme en fait état une récente critique de l’exposition controversée :

« C’est la puissance de l’art de Svenson : il transcende les lignes artificielles que nous créons pour séparer le public et le privé, en particulier dans un lieu où une véritable protection de la vie privée s’avère un luxe. Il met aussi en lumière le fait que, pour nombre de New‑Yorkais qui vivent dans le luxe, son attrait réside en partie dans la possibilité d’en faire étalage. »

Dans la même veine, Anthony Reinhart et Darin White de Kitchener, en Ontario, proposent une réflexion sur l’ampleur de la surveillance invisible et omniprésente dans l’exposition de photos intitulée DISCONNECT.

Trevor Paglen's The Other Night Sky

L’artiste et géographe Trevor Paglen a utilisé des données d’observation pour suivre et photographier des satellites en utilisant une méthode saisissante de pointe pour « surveiller ceux qui surveillent ». Les photographies qui composent l’exposition intitulée The Other Night Sky semblent provenir d’un autre monde – suffisantes pour nous montrer que quelque chose est là, mais pas assez définies pour que nous sachions exactement de quoi il s’agit.

Paolo Cirio's Street Ghosts

Et, enfin, le projet Street Ghosts fait un clin d’œil à l’art de la rue et aux graffiti en replaçant à l’endroit où elles ont été prises des photographies grandeur nature de personnes apparaissant dans Google Street View. On obtient ainsi une juxtaposition bouleversante du virtuel et du réel ou, comme l’explique l’artiste Paolo Cirio, « le monde réel des objets et des personnes, où ces images ont été captées à l’origine, et l’après-vie virtuelle des données et des droits d’auteur, où elles ont été recaptées ».

Quelles expressions artistiques de la vie privée préférez-vous? Nous attendons vos commentaires!

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes (obligatoire) : Erreur 1 : Ce champ est obligatoire.

Remarque

Date de modification :