Sondage d'opinion publique

Cette page Web a été archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Document d’information

Résultats d’un sondage mené en 2007 pour le Commissariat à la protection de la vie privée du Canada

Ottawa, le 31 mai 2007 – Le Commissariat à la protection de la vie privée a chargé EKOS Research Associates de mener un sondage auprès d’entreprises canadiennes concernant un certain nombre de questions se rapportant à la protection de la vie privée et à la mise en application de la Loi sur la protection des renseignements personnels et les documents électroniques (LPRPDE).

Voici quelques-unes des  principales constatations du sondage, qui a été mené en mars :

  • Plusieurs entreprises (86 p. 100) reconnaissent que le fait de prendre au sérieux la protection des renseignements personnels présente des avantages commerciaux.
  • Une majorité d’entreprises (55 p. 100) estiment que leurs clients sont aujourd’hui davantage préoccupés par les questions liées à la protection de la vie privée que par le passé.
  • Depuis la mise en œuvre de la LPRPDE (et de dispositions législatives comparables dans quelques provinces), les entreprises de toutes les régions du pays ont des responsabilités en ce qui concerne la façon dont elles recueillent, utilisent et communiquent les renseignements personnels des clients. Si la majorité des entreprises qui recueillent des renseignements personnels ont pleinement mis en œuvre les dispositions en question (67 p. 100), un nombre restreint, mais non négligeable, d’entre elles ne sont qu’en voie de les mettre en œuvre (16 p. 100) et d’autres n’ont rien fait encore (15 p. 100).
  • Une entreprise sur deux se dit très consciente de ses responsabilités en vertu des lois canadiennes sur la protection des renseignements personnels. Le sondage révèle toutefois un net besoin de sensibiliser davantage les entreprises à leurs responsabilités en vertu des lois sur la protection des renseignements personnels du Canada, étant donné que la moitié des entreprises se disent peu ou modérément conscientes de leurs responsabilités.
  • Le tiers seulement de toutes les entreprises déclarent avoir formé leur personnel à l’égard des pratiques et responsabilités découlant des lois canadiennes sur la protection des renseignements personnels, bien que les grandes entreprises aient pris davantage de mesures à cet égard. Dans le même ordre d’idées, seulement une entreprise sur cinq a cherché à en savoir davantage sur le rôle qu’elle doit jouer à cet égard (bien que la tendance soit plus marquée parmi les grandes entreprises).
  • La plupart des entreprises ne signalent pas de difficultés particulières pour ce qui est de la conformité aux lois en matière de protection des renseignements personnels. Une petite minorité – moins d’une entreprise sur dix – a signalé avoir éprouvé des difficultés à cet égard, mais une grande majorité a indiqué que la démarche a été facile ou n’a été ni facile ni difficile.
  • Le tiers des entreprises ont indiqué qu’elles ne recueillent pas de renseignements personnels sur leurs clients.
  • Les renseignements personnels sont conservés dans presque la même proportion sur papier (74 p. 100) que sur support électronique (79 p. 100).

Le sondage Ekosconsistait en une entrevue téléphonique de 11 minutes menée auprès de 1 033 entreprises au Canada entre le 12 et le 29 mars 2007. Comme le sondage portait essentiellement sur l’adoption des lois sur la protection des renseignements personnels, Ekos a cherché à s’entretenir avec les décideurs de haut niveau censés connaître les pratiques internes en matière de respect de la vie privée et de sécurité. De plus, comme les entreprises de moyenne et grande taille représentent ensemble moins de 15 p. 100 de toutes les entreprises canadiennes, l’échantillon a été stratifié selon la taille des entreprises (en fonction du nombre d’employés) et la région pour assurer un bassin suffisant de répondants dans les segments de tout le pays. Le sondage comporte une marge d’erreur de 3,1 p. 100, 19 fois sur 20.

Date de modification :