Sondage d'opinion publique

Cette page Web a été archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Sondage auprès des Canadiens sur la protection de la vie privée de 2014

Rapport Final

Sondage réalisé pour le compte du Commissariat à la protection de la vie privée du Canada par la société Phoenix SPI

Décembre 2014


Liste des figures

 

Sommaire

Le Commissariat à la protection de la vie privée du Canada a retenu les services de la société Phoenix Strategic Perspectives Inc. pour effectuer un sondage auprès des Canadiens afin d'évaluer leur connaissance, leur compréhension et leur opinion concernant certains enjeux liés à la protection de la vie privée. Un sondage téléphonique a été mené du 21 octobre au 10 novembre 2014 auprès d'un échantillon aléatoire et représentatif de 1 519 Canadiens âgés de 16 ans ou plus. La marge d'erreur pour un échantillon de cette taille est de ± 2,5 %, 19 fois sur 20.

Les principaux résultats du sondage sont présentés ci-après.

Connaissances et préoccupations en matière de protection de la vie privée

Les Canadiens ont une connaissance limitée du droit à la vie privée que leur assurent les lois canadiennes sur la protection des renseignements personnels et ils sont préoccupés par la protection de leur vie privée.

Les Canadiens ont une connaissance plutôt limitée du droit à la vie privée que leur assurent les lois canadiennes sur la protection des renseignements personnels. Environ un répondant sur trois a indiqué que sa connaissance est bonne (27 %) ou très bonne (5 %), tandis que près de la moitié l'ont qualifiée de mauvaise (32 %) ou très mauvaise (16 %). La connaissance du droit à la vie privée n'a guère changé depuis 2012, mais elle est nettement meilleure qu'au moment où l'on a commencé à recueillir cette donnée, soit en 2001, alors que seulement 13 % des Canadiens la considéraient comme bonne ou très bonne.

Neuf répondants sur 10 ont affirmé se préoccuper de la protection de leur vie privée - 34 % se sont dits extrêmement préoccupés (comparativement à 25 % en 2012). Malgré leurs préoccupations, seulement 19 % des répondants avaient recherché des renseignements au sujet de leur droit à la vie privée, principalement sur Internet. Lorsqu'on leur a demandé à qui ils s'étaient adressés (ou s'adresseraient) pour obtenir ces renseignements, le tiers des répondants ont mentionné qu'ils avaient consulté (ou consulteraient) Internet ou des sites Web.

En ce qui a trait aux différents risques pour la protection de la vie privée, la plupart des Canadiens estiment qu'il est à tout le moins relativement probable que quelqu'un porte atteinte à leur vie privée en utilisant leur carte de crédit ou de débit (78 %), en volant leur identité (78 %) ou en ayant accès à leurs renseignements personnels sur leur ordinateur ou un appareil mobile (74 %). Un peu plus de deux Canadiens sur cinq considèrent qu'il est très probable que quelqu'un utilise un jour sans autorisation leur carte de crédit ou de débit. En ce qui a trait aux nouvelles technologies, là encore, les préoccupations des répondants sont modérées, mais généralisées. Au moins sept Canadiens sur 10 sont relativement ou très préoccupés par l'utilisation des résultats de tests génétiques à des fins non reliées à la santé, l'utilisation par des particuliers ou des entreprises de véhicules aériens sans pilote, les enregistreurs de données routières utilisés par les compagnies d'assurance automobile et les accessoires intelligents.

Attitudes à l'égard de la protection de la vie privée et des enjeux connexes

Selon les résultats, les Canadiens ont peu d'attentes concernant la protection de la vie privée en raison du nombre de choses qui peuvent y porter atteinte. Ils ont l'impression d'avoir moins d'emprise sur la protection de leurs renseignements personnels et sont relativement certains que les entreprises et le gouvernement prennent au sérieux leur responsabilité de protéger la vie privée.

Les Canadiens ont de plus en plus l'impression que leur capacité de protéger leurs renseignements personnels va en diminuant. Soixante-treize pour cent (73 %) des répondants, soit la proportion la plus élevée depuis que l'on a commencé à recueillir cette donnée, pensent que leurs renseignements personnels sont moins protégés dans le cadre de leurs activités quotidiennes qu'il y a 10 ans. Lorsqu'on leur a demandé s'ils pensent disposer de suffisamment de renseignements pour savoir comment les nouvelles technologies peuvent affecter la protection de leur vie privée, plus de la moitié des participants (56 %) ont répondu par la négative. En outre, six Canadiens sur 10 ont peu d'attentes concernant la protection de la vie privée à l'heure actuelle, que ce soit en ligne ou dans le monde réel, en raison du nombre de choses qui peuvent y porter atteinte.

Le point de vue des Canadiens concernant la protection de leurs renseignements personnels n'est pas très optimiste, mais 47 % sont sûrs de comprendre l'utilisation qu'une organisation fera des renseignements personnels qu'ils lui communiquent. Quant à la mesure dans laquelle le gouvernement et les entreprises prennent au sérieux leur responsabilité de protéger les renseignements personnels, les réponses sont généralement mitigées : 56 % des répondants estiment que le gouvernement fédéral prend relativement au sérieux sa responsabilité de protéger la vie privée, comparativement à 68 % dans le cas des entreprises. Un répondant sur quatre (26 %; en hausse par rapport à 21 % en 2012 et à 14 % en 2006) considère que le gouvernement prend très au sérieux la protection de la vie privée des citoyens, comparativement à 16 % pour les entreprises (en hausse par rapport à 13 % en 2012 et à 11 % en 2006).

Connaissance des institutions qui aident à protéger la vie privée

Les Canadiens connaissent de mieux en mieux les institutions fédérales qui aident à protéger leur vie privée.

Près de la moitié des répondants ont déclaré connaître vaguement les institutions fédérales qui les aident à protéger leur vie privée et à protéger leurs renseignements personnels contre toute collecte, utilisation et communication inappropriées. La proportion de répondants qui ont affirmé très bien connaître ces institutions demeure la même qu'en 2012 à hauteur de 10 %, mais une proportion nettement plus élevée (39 %, en hausse par rapport à 19 % en 2012) connaissent vaguement les institutions œuvrant dans le domaine de la protection de la vie privée. Onze pour cent (11 %) des répondants affirmant connaître une institution fédérale qui aide les Canadiens à protéger leur vie privée ont cité le Commissariat à la protection de la vie privée.

Protection de la vie privée en ligne et sur un appareil mobile

La plupart des Canadiens sont préoccupés à tout le moins modérément par l'affichage en ligne de différents types de renseignements personnels et les utilisations que les organisations pourraient faire de cette information.

Les internautes sont de plus en plus préoccupés par l'affichage en ligne de toute une gamme de renseignements. La majorité sont très préoccupés par l'affichage en ligne de renseignements au sujet du lieu où ils se trouvent (59 %), par exemple le lieu où ils se trouvent à un moment donné, et de leurs coordonnées (56 %), comme leur nom, leur numéro de téléphone, leur adresse ou leur adresse électronique. Exactement la moitié sont très préoccupés par l'affichage en ligne de photos ou de vidéos personnelles. Les Canadiens sont moins enclins à être très préoccupés par l'affichage en ligne de renseignements au sujet de leurs activités sociales (43 %) ou de leurs opinions personnelles (37 %).

Les Canadiens sont également préoccupés par la façon dont leurs renseignements en ligne peuvent être utilisés. Au moins les trois quarts des répondants qui utilisent Internet se sont dits préoccupés dans une certaine mesure par les différentes façons dont les organisations pourraient utiliser l'information accessible en ligne les concernant. En outre, au moins quatre répondants sur 10 se sont dits très préoccupés. Les Canadiens craignent particulièrement que des entreprises utilisent leurs renseignements personnels pour évaluer leur dossier en matière d'assurance ou de santé. Exactement la moitié des répondants se sont dits très préoccupés à cet égard. Par ailleurs, 49 % sont très préoccupés par l'incidence sur leur réputation personnelle à mesure que des entreprises recueillent ou réunissent de plus en plus de renseignements et les utilisent pour établir leur profil. Cet aspect arrive au deuxième rang.

Dans des proportions similaires, les répondants sont très préoccupés par la possibilité que des organismes d'application de la loi ou des agences de sécurité recueillent leurs renseignements personnels à des fins de surveillance par le gouvernement (44 %) et que des entreprises ou des organisations les utilisent pour établir s'ils satisfont aux critères établis pour un poste ou une promotion (43 %). En revanche, ils sont moins préoccupés par la possibilité que des sociétés de marketing utilisent ces renseignements pour analyser ce qu'ils aiment et n'aiment pas et que des gouvernements les utilisent à d'autres fins, par exemple pour vérifier des demandes de prestations sociales ou le paiement d'impôts.

Les Canadiens sont très préoccupés par la sécurité de leurs renseignements personnels sur un appareil mobile et la majorité des utilisateurs prennent des mesures de sécurité de base.

Les trois quarts des utilisateurs d'appareils mobiles sont préoccupés par ce qui pourrait arriver aux renseignements personnels stockés sur leur appareil en cas de perte ou de vol (49 % sont extrêmement préoccupés). Par conséquent, les utilisateurs d'appareils mobiles sont de plus en plus nombreux à prendre des mesures de sécurité : 77 % utilisent un mot de passe sur leur téléphone intelligent ou leur tablette (en hausse par rapport à 56 % en 2012) et 72 % ont ajusté les paramètres de leur téléphone intelligent ou de leur tablette afin de limiter la quantité de renseignements personnels qui sont partagés avec d'autres (en hausse par rapport à 53 % en 2012). En outre, les trois quarts des répondants ont décidé de ne pas installer une application, voire de la désinstaller, en raison de leurs préoccupations concernant la quantité de renseignements personnels qu'il aurait fallu révéler (en hausse par rapport à 55 % en 2012). Un moins grand nombre de répondants, mais tout de même une majorité, ont arrêté la fonction de géolocalisation de leur appareil mobile (58 % en hausse par rapport à 38 % en 2012).

Gestion des renseignements personnels

Il est arrivé à la plupart des Canadiens de refuser de fournir leurs renseignements personnels à une organisation, mais ils ont été moins nombreux à demander à une entreprise de leur communiquer ses pratiques en matière de protection de la vie privée.

Près de quatre répondants sur cinq (78 %) sont plus réticents à communiquer leurs renseignements personnels à des organisations en raison des incidents récemment signalés par les médias où des renseignements personnels sensibles, comme des photos privées et des renseignements bancaires, avaient été perdus, volés ou rendus publics. En ce qui a trait aux mesures prises pour gérer leurs renseignements personnels, il est arrivé à 77 % des Canadiens de refuser de fournir leurs renseignements personnels à une organisation. Toutefois, au cours de l'année précédant le sondage, seulement 29 % avaient demandé à une entreprise comment elle utilisait leurs renseignements personnels ou protégeait leur vie privée avant de faire affaire avec elle. Parmi ceux qui ont posé la question, 43 % ont choisi de ne pas faire affaire avec une entreprise en raison de préoccupations liées à la protection des renseignements personnels. Les répondants ont été plus nombreux à affirmer qu'ils choisiraient de faire affaire avec une entreprise spécifiquement parce qu'elle a bonne réputation quant à ses pratiques en matière de protection de la vie privée (81 %) plutôt que parce qu'elle ne recueille pas leurs renseignements personnels (53 %).

Gouvernement, sécurité nationale et sécurité publique

Les Canadiens ont une idée de la façon dont le gouvernement traite leurs renseignements personnels et, dans une certaine mesure, ils lui font confiance.

Au cours de l'année précédant le sondage, environ la moitié (49 %) des répondants avaient vu, lu ou entendu quelque chose à propos des activités de surveillance et de collecte de renseignements aux fins de la sécurité nationale. Parmi ceux-ci, 53 % ont affirmé comprendre au moins modérément quels renseignements sont recueillis, utilisés ou communiqués par des activités de collecte de renseignements au Canada (seulement 7 % le comprennent très bien). La grande majorité (89 %) des répondants qui avaient vu, lu ou entendu quelque chose à propos de la surveillance gouvernementale ont indiqué que ces organismes devraient être tenus d'expliquer leurs activités aux Canadiens.

Une faible majorité de Canadiens sont certains que le gouvernement prendra au sérieux les préoccupations qu'ils pourraient avoir concernant le traitement de leurs renseignements personnels (52 %) et que les renseignements personnels communiqués au gouvernement ne seront pas utilisés de manière malveillante, perdus ou volés (51 %). Toutefois, seulement 27 % estiment bien comprendre ce que fait le gouvernement avec les renseignements personnels qu'il recueille.

Les répondants se sont dits à l'aise dans une mesure variable concernant les différents moyens par lesquels le gouvernement fédéral pourrait recueillir ou communiquer leurs renseignements personnels. Les Canadiens sont généralement peu à l'aise avec l'idée que le gouvernement demande à des entreprises de télécommunications de fournir les renseignements personnels qu'elles détiennent sur des personnes sans qu'un mandat soit délivré (57 % ne sont pas à l'aise avec ce type de demandes). Les répondants sont généralement plus à l'aise avec l'utilisation de surveillance vidéo ou audio à des fins d'application de la loi ou de sécurité publique (84 % se sont dits à tout le moins relativement à l'aise et 47 %, très à l'aise).

En ce qui a trait aux autres modes de collecte de renseignements, les Canadiens sont généralement plus à l'aise avec l'utilisation de véhicules aériens sans pilote pour effectuer une surveillance frontalière (74 % se sont dits à tout le moins relativement à l'aise) que pour effectuer une surveillance générale de manifestations (66 %). Quant aux renseignements personnels recueillis aux postes frontaliers et dans les aéroports, les Canadiens sont plus à l'aise avec leur communication au gouvernement du Canada (74 % se sont dits à tout le moins relativement à l'aise) ou des États-Unis (69 %) qu'à des autorités ou à des gouvernements étrangers (61 %).

Introduction

Le Commissariat à la protection de la vie privée du Canada a retenu les services de la société Phoenix Strategic Perspectives Inc. pour effectuer une recherche quantitative auprès des Canadiens sur certains enjeux liés à la protection de la vie privée.

Contexte et objectifs

Le Commissariat à la protection de la vie privée du Canada souhaitait réaliser un sondage auprès des Canadiens sur les enjeux liés à la protection de la vie privée. Il s'agit d'une étude de suivi dont la vague précédente la plus récente remonte à 2012. Le sondage visait à mieux évaluer la compréhension et la connaissance qu'ont les Canadiens de certains enjeux liés à la vie privée, des lois et règlements en la matière et des institutions fédérales responsables de la protection de la vie privée.

Les questions mettaient l'accent sur la protection de la vie privée en lien avec des enjeux comme l'intégrité de l'identité, les technologies de l'information, les renseignements génétiques et la sécurité publique. Dans chacun de ces domaines, le Commissariat avait besoin d'information concernant le niveau de connaissance, de compréhension et de préoccupation des répondants. Les écarts observés entre divers sous-groupes de la population définis en fonction de l'âge, du sexe et de la région ont également été examinés. Les résultats permettront au Commissariat d'évaluer et d'améliorer les programmes et services qu'il offre aux Canadiens et de mieux informer et sensibiliser la population.

Méthode

Un sondage téléphonique à composition aléatoire a été mené entre le 21 octobre et le 10 novembre 2014 auprès de 1 519 résidents canadiens âgés de 16 ans ou plus. La durée des entrevues était de 16 minutes. Des numéros de téléphone cellulaire étaient inclus dans le cadre d'échantillonnage. La marge d'erreur pour un échantillon de cette taille est de ± 2,5 %, 19 fois sur 20. La marge d'erreur est plus importante pour les résultats ayant trait aux sous-groupes de l'échantillon. Les données ont été pondérées afin de refléter la composition de la population en fonction de l'âge, du sexe et de la distribution régionale.

Avis au lecteur

  • " Le présent rapport renvoie aux résultats obtenus dans le cadre de sondages similaires réalisés les années précédentes. Au moment de comparer les résultats entre deux années, il faut garder à l'esprit que la taille de l'échantillon et la base d'échantillonnage varient d'une vague à l'autre. On interrogeait quelque 2 000 Canadiens avant 2012, comparativement à environ 1 500 en 2012 et en 2014. En outre, une base d'échantillonnage double a été introduite en 2012 (80 % de numéros de téléphone résidentiel et 20 % de numéros de téléphone cellulaire).
  • " Le total des pourcentages indiqués dans le rapport ne correspond pas toujours à 100 %, parce que les chiffres ont été arrondis.
  • " En raison de l'arrondissement, certains pourcentages indiqués dans le rapport ne correspondent pas à ceux présentés dans les tableaux (fournis séparément).
  • " En ce qui concerne les variations entre les sous-groupes, seules les différences statistiquement significatives à un niveau de confiance de 95 % ou qui révèlent une tendance sont analysées dans le rapport.
  • " Une description détaillée de la méthode (annexe 1) et la version française du questionnaire (annexe 2) sont jointes au rapport.

1. Connaissances et préoccupations en matière de protection de la vie privée

Les Canadiens ont une connaissance limitée du droit à la vie privée.

Près de la moitié des répondants ont déclaré que leur connaissance du droit à la vie privée à l'égard des lois qui protègent leurs renseignements personnels est mauvaise (32 %) ou très mauvaise (16 %). Inversement, environ un répondant sur trois a qualifié sa connaissance de bonne (27 %) ou très bonne (5 %). La connaissance du droit à la vie privée n'a guère changé depuis 2012, alors que 35 % des répondants affirmaient avoir une bonne connaissance du droit à la vie privée à l'égard des lois qui protègent leurs renseignements personnels.

Figure 1 : Niveau de connaissance du droit à la vie privée

Figure 1 : Niveau de connaissance du droit à la vie privée

Version textuelle de la figure 1

Figure 1. Niveau de connaissance du droit à la vie privée

Question : Comment évalueriez-vous votre connaissance du droit à la vie privée à l’égard des lois qui protègent vos renseignements personnels? (échelle de sept points)
Table 1 : Niveau de connaissance du droit à la vie privée
Année Très bonne (7) Bonne (5-6) Ni bonne ni mauvaise(4) Mauvaise (2-3) Très mauvaise (1)
2014 5 % 27 % 19 % 32 % 16 %
2012 7 % 28 % 19 % 32 % 12 %
2011 4 % 26 % 33 % 28 % 8 %
2009 4 % 24 % 35 % 27 % 8 %
2007 3 % 16 % 32 % 36 % 11 %
2006 4 % 22 % 32 % 33 % 8 %
2005 3 % 15 % 33 % 34 % 13 %
2001 2 % 11 % 26 % 37 % 23 %

Base : Tous les répondants; n=1 519

*Il est à noter que l’on a modifié l’échelle de réponse en 2012 pour utiliser une échelle numérique verbale. Dans les vagues antérieures, c’était une échelle verbale de 5 points.

Les Canadiens sont préoccupés par la protection de leur vie privée.

Neuf répondants sur 10 ont affirmé se préoccuper dans une certaine mesure de la protection de leur vie privée. Un peu plus du tiers (34 %) sont extrêmement préoccupés, tandis que seulement 9 % ne le sont aucunement.

Figure 2 : Niveau de préoccupation concernant la protection de la vie privée


Figure 2 : Niveau de préoccupation concernant la protection de la vie privée

Version textuelle de la figure 2

Figure 2. Niveau de préoccupation concernant la protection de la vie privée

Question : En général, dans quelle mesure vous préoccupez-vous de la protection de votre vie privée? (échelle de sept points)
Table 2 : Niveau de préoccupation concernant la protection de la vie privée
Année Extrêmement préoccupé (7) Préoccupé (6) Relativement préoccupé (3-5) Aucunement préoccupé (1-2)
2014 34 % 18 % 38 % 9 %
2012 25 % 17 % 46 % 11 %

Base: Tous les répondants; n=1 519

La proportion de Canadiens très préoccupés par leur vie privée (score de 6 ou 7) a augmenté de 10 points de pourcentage depuis 2012 pour atteindre 52 %. Cette hausse touche principalement le nombre de Canadiens extrêmement préoccupés (de 25 % en 2012 à 34 % en 2014).

Connaissances et préoccupations en matière de droit à la vie privée

La segmentation des Canadiens en fonction de leur niveau de connaissance et de préoccupation fait ressortir quatre groupes : 6 % ont une très bonne connaissance et sont peu préoccupés, 26 % ont une bonne connaissance et sont très préoccupés; 33 % ont une mauvaise connaissance et sont très préoccupés et 16 % ont une mauvaise connaissance et sont peu préoccupés.

Figure 3 : Niveau de connaissance et de préoccupation en matière de droit à la vie privée


Figure 3 : Niveau de connaissance et de préoccupation en matière de droit à la vie privée

Version textuelle de la figure 3

Figure 3. Niveau de connaissance et de préoccupation en matière de droit à la vie privée

La segmentation des Canadiens en fonction de leur niveau de connaissance et de préoccupation fait ressortir quatre groupes.

Question 1 : En général, dans quelle mesure vous préoccupez-vous de la protection de votre vie privée?
Question 2 : Comment évalueriez-vous votre connaissance du droit à la vie privée à l’égard des lois qui protègent vos renseignements personnels?
Table 3 : Niveau de connaissance et de préoccupation en matière de droit à la vie privée
Segment Connaissance Préoccupé %
1 Bonne connaissance Très préoccupé 26 %
2 Bonne connaissance Aucunement préoccupé 6 %
3 Mauvaise connaissance Très préoccupé 33 %
4 Mauvaise connaissance Aucunement préoccupé 16 %

Base : Tous les répondants

Les répondants ayant répondu « neutre » (4) à la Q3 ou Q4 sont exclus des segments; n=305

La proportion de Canadiens qui ont une mauvaise connaissance du droit à la vie privée et sont très préoccupés par la protection de leur vie privée est plus élevée parmi les titulaires d'un diplôme d'études collégiales et ceux-ci font généralement moins confiance au gouvernement en ce qui touche le traitement de leurs renseignements personnels. Inversement, la proportion de répondants qui ont une mauvaise connaissance et sont peu préoccupés à cet égard est plus élevée parmi ceux de 24 à 35 ans et les répondants du Québec. En outre, ceux-ci sont moins enclins à demander à une entreprise comment elle utilise leurs renseignements personnels ou protège leur vie privée. Les membres des groupes qui connaissent bien leur droit à la vie privée (ceux ayant une bonne connaissance et peu préoccupés ainsi que ceux ayant une bonne connaissance et très préoccupés) ne diffèrent pas de la population canadienne au chapitre des caractéristiques démographiques, des attitudes ou des comportements.

On observe également une corrélation entre le niveau de connaissance et de préoccupation en examinant les résultats selon l'âge. Ainsi, la proportion de Canadiens qui connaissent le mieux leur droit à la vie privée et sont davantage préoccupés par la protection de leur vie privée augmente en fonction de l'âge. Les répondants de moins de 25 ans sont ceux qui ont affirmé connaître le moins leur droit à la vie privée et être le moins préoccupés par leur vie privée. Inversement, les répondants de 55 ans ou plus ont fait état du niveau de connaissance et de préoccupation le plus élevé.

Figure 4 : Niveau de connaissance et de préoccupation selon l'âge


Figure 4 : Niveau de connaissance et de préoccupation selon l'âge

Version textuelle de la figure 4

Figure 4. Niveau de connaissance et de préoccupation selon l’âge

On observe également une corrélation entre le niveau de connaissance et de préoccupation en examinant les résultats selon l’âge.

Question 1 : En général, dans quelle mesure vous préoccupez-vous de la protection de votre vie privée?
Question 2 : Comment évalueriez-vous votre connaissance du droit à la vie privée à l’égard des lois qui protègent vos renseignements personnels?
Table 4 : Niveau de connaissance et de préoccupation selon l’âge
Age (par année) Niveau de préoccupation concernant la protection de la vie privée (x)
(valeur moyenne)
Niveau de connaissance du droit à la vie privée(y)
(valeur moyenne)
%
Moins de 25 ans 5 3 14 %
25-34 ans 5 3 16 %
35-54 ans 5 3 36 %
55 ans ou plus 6 4 34 %

Base : Tous les répondants

La corrélation entre la connaissance du droit à la vie privée et le niveau de préoccupation concernant la protection de la vie privée est moins évidente lorsque l'on observe ces aspects en fonction du niveau de scolarité. Les répondants détenant un certificat d'une école de métiers sont plus préoccupés que les titulaires d'un diplôme d'études universitaires, mais ils considèrent avoir une moins bonne connaissance du droit à la vie privée. En revanche, les titulaires d'un diplôme d'études universitaires sont proportionnellement moins nombreux que les autres répondants à avoir fait état de préoccupations. Ils sont également, avec les titulaires d'un diplôme collégial, davantage enclins à évaluer favorablement leur niveau de connaissance.

Figure 5 : Niveau de connaissance et de préoccupation selon le niveau de scolarité


Figure 5 : Niveau de connaissance et de préoccupation selon le niveau de scolarité

Version textuelle de la figure 5

Figure 5. Niveau de connaissance et de préoccupation selon le niveau de scolarité

La corrélation entre la connaissance du droit à la vie privée et le niveau de préoccupation concernant la protection de la vie privée est moins évidente lorsque l’on observe ces aspects en fonction du niveau de scolarité.

Question 1 : En général, dans quelle mesure vous préoccupez-vous de la protection de votre vie privée?
Question 2 : Comment évalueriez-vous votre connaissance du droit à la vie privée à l’égard des lois qui protègent vos renseignements personnels?
Table 5 : Niveau de connaissance et de préoccupation selon le niveau de scolarité
Éducation Niveau de préoccupation concernant la protection de la vie privée (x)
(valeur moyenne)
Niveau de connaissance du droit à la vie privée (y)
(valeur moyenne)
%
Études secondaires 5 3 25 %
École de métiers 5 3 9 %
Études collégiales 6 4 32 %
Études universitaires 5 4 7 %

Base : Tous les répondants

De nombreux Canadiens considèrent qu'une atteinte à leur vie privée constitue une possibilité réelle.

La plupart des Canadiens estiment qu'il est à tout le moins relativement probable que quelqu'un utilise leur carte de crédit ou de débit (78 %), vole leur identité (78 %) ou ait accès à leurs renseignements personnels sur leur ordinateur ou un appareil mobile (74 %). Les répondants qui considèrent comme très probable que quelqu'un utilise leur carte de crédit ou de débit sont légèrement plus nombreux que ceux considérant comme très probable qu'on vole leur identité (41 % par rapport à 33 %).

Figure 6 : Probabilité perçue de différents modes d'atteinte à la vie privée


Figure 6 : Probabilité perçue de différents modes d'atteinte à la vie privée

Version textuelle de la figure 6

Figure 6. Probabilité perçue de différents modes d’atteinte à la vie privée

Question : Selon vous, quelle est la probabilité que chacune des situations suivantes se produise? (échelle de sept points)
Table 6 : Probabilité perçue de différents modes d’atteinte à la vie privée
Situation Probable (6-7) Relativement probable (3-5) Improbable (1-2)
Quelqu’un utilise votre carte de crédit ou de débit pour effectuer des achats non autorisés. 41 % 37 % 22 %
Quelqu’un a accès à vos renseignements personnels sur votre ordinateur ou un appareil mobile sans votre autorisation. 37 % 37 % 24 %
Vol d’identité, c’est-à-dire que quelqu’un se fait passer pour vous dans plusieurs situations, dans le monde réel ou en ligne. 33 % 45 % 22 %

Base : Tous les répondants; n=1 519

Ne sait pas / Pas de réponse=1 %

Les répondants du sexe féminin et ceux âgés de 55 ans ou plus sont plus enclins à considérer qu'il est très probable qu'ils puissent être victimes d'une fraude financière ou d'un vol d'identité.

Les Canadiens ont des préoccupations modérées, mais généralisées concernant les nouveaux risques pour la protection de la vie privée.

En ce qui a trait aux technologies ou aux services faisant leur apparition qui sont susceptibles de présenter un risque pour la protection de leur vie privée, les répondants ont fait état de préoccupations modérées, mais généralisées, concernant les possibilités suivantes :

  • 81 % : résultats de tests génétiques utilisés à des fins non reliées à la santé;
  • 75 % : utilisation par des particuliers ou des entreprises de véhicules aériens sans pilote;
  • 75 % : enregistreurs de données routières utilisés par les compagnies d'assurance automobile pour consigner leurs habitudes au volant;
  • 70 % : accessoires intelligents qui recueillent des renseignements personnels sur eux.

Quant aux aspects qui préoccupent fortement les Canadiens, mentionnons qu'ils sont plus nombreux à être très préoccupés par l'utilisation des résultats de tests génétiques (45 %) que par les accessoires intelligents qui recueillent des renseignements personnels sur eux (33 %).

La proportion de Canadiens très préoccupés par tous les nouveaux risques pour la protection de la vie privée est plus élevée parmi ceux de 55 ans ou plus.

Figure 7 : Niveau de préoccupation concernant les risques pour la protection de la vie privée


Figure 7 : Niveau de préoccupation concernant les risques pour la protection de la vie privée

Version textuelle de la figure 7

Figure 7. Niveau de préoccupation concernant les risques pour la protection de la vie privée

Question : Lorsque vous songez aux risques pour la protection de votre vie privée, dans quelle mesure êtes-vous préoccupé(e) par ce qui suit?
Table 7 : Niveau de préoccupation concernant les risques pour la protection de la vie privée
Situation Préoccupé (6-7) Relativement préoccupé(3-5) Aucunement préoccupé (1-2)
Utilisation des résultats de tests génétiques 45 % 35 % 18 %
Utilisation de véhicules aériens sans pilote 42 % 33 % 24 %
Enregistreurs de données routières* 38 % 37 % 24 %
Accessoires intelligents* 33 % 37 % 29 %

Base : Tous les répondants; n=1 519

*Échantillon fragmenté; question posée à la moitié de l’échantillon

Ne sait pas / Pas de réponse=1 %

2. Attitudes à l'égard de la protection de la vie privée et des enjeux connexes

De nombreux répondants estiment ne pas avoir une bonne connaissance des répercussions des nouvelles technologies sur la protection de leur vie privée.

La majorité des Canadiens n'ont pas confiance de disposer de suffisamment de renseignements pour savoir comment les nouvelles technologies peuvent affecter la protection de leur vie privée. Quarante-trois pour cent (43 %) des répondants estiment disposer de suffisamment de renseignements à cet égard, mais 56 % sont d'avis contraire (41 % sont tout à fait en désaccord avec l'énoncé présenté et 15 % sont neutres). Ces résultats sont pratiquement identiques à ceux de 2012, année où les répondants ont exprimé le plus grand manque de confiance sur cet aspect depuis que l'on a commencé à recueillir les données en 2000.

Figure 8 : Niveau de connaissance des répercussions des nouvelles technologies sur la protection de la vie privée


Figure 8 : Niveau de connaissance des répercussions des nouvelles technologies sur la protection de la vie privée

Version textuelle de la figure 8

Figure 8. Niveau de connaissance des répercussions des nouvelles technologies sur la protection de la vie privée

Question : Veuillez évaluer la mesure dans laquelle vous êtes d’accord ou en désaccord avec l’énoncé suivant : « J’ai confiance que je dispose de suffisamment de renseignements pour savoir comment les nouvelles technologies peuvent affecter la protection de ma vie privée. »
Table 8 : Niveau de connaissance des répercussions des nouvelles technologies sur la protection de la vie privée
Année D’accord (5-7) Neutre (4) En désaccord (1-3)
2014 43 % 15 % 41 %
2012 42 % 16 % 40 %
2011 43 % 24 % 31 %
2009 45 % 20 % 33 %
2007 51 % 16 % 32 %
2006 51 % 17 % 31 %
2005 47 % 17 % 34 %
2003 54 % 15 % 27 %
2001 53 % 16 % 27 %
2000 50 % 18 % 29 %

Base : Tous les répondants; n=1 519

Selon une analyse démographique, les résultats se rapportant aux jeunes et aux répondants de la Colombie-Britannique sont différents par rapport aux autres Canadiens :

Figure 9 : Niveau de connaissance des répercussions des nouvelles technologies sur la protection de la vie privée


Version textuelle de la figure 9

Figure 9. Niveau de connaissance des répercussions des nouvelles technologies sur la protection de la vie privée

Question : Pourcentage de répondants qui sont D’ACCORD avec l’énoncé : « J’ai confiance que je dispose de suffisamment de renseignements pour savoir comment les nouvelles technologies peuvent affecter la protection de ma vie privée. »

Total : 43 % accepter

Table 9(a) : Niveau de connaissance des répercussions des nouvelles technologies sur la protection de la vie privée (par région)
Région % Accepter
Atlantique 48 %
Québec 44 %
Ontario 46 %
Prairies 41 %
Colombie-Britannique 34 %
Table 9(b): Niveau de connaissance des répercussions des nouvelles technologies sur la protection de la vie privée (par âge)
Âge % Accepter
16 - 24 ans 53 %
25 - 34 ans 45 %
35 - 54 ans 40 %
55 ans ou plus 42 %

Base : Tous les répondants; n=1 519

De nombreux Canadiens ont l'impression que la protection des renseignements personnels va en diminuant.

Plus de sept Canadiens sur 10 sont d'avis que leurs renseignements personnels sont moins protégés dans le cadre de leurs activités quotidiennes qu'il y a 10 ans. Il s'agit de la proportion la plus élevée depuis que l'on a commencé à recueillir ces données en 2005.

Figure 10 : Protection des renseignements personnels en 2014 comparativement à il y a 10 ans


Figure 10 : Protection des renseignements personnels en 2014 comparativement à il y a 10 ans

Version textuelle de la figure 10

Figure 10. Protection des renseignements personnels en 2014 comparativement à il y a 10 ans

Question : Veuillez évaluer la mesure dans laquelle vous êtes d’accord ou en désaccord avec l’énoncé suivant : « Je suis d’avis que mes renseignements personnels sont moins protégés dans le cadre de mes activités quotidiennes qu’il y a 10 ans. »
Table 10 : Protection des renseignements personnels en 2014 comparativement à il y a 10 ans (par région)
Année D’accord (5-7) Neutre (4) En désaccord (1-3)
2014 73 % 8 % 19 %
2012 71 % 11 % 17 %
2011 61 % 24 % 14 %
2009 60 % 16 % 23 %
2007 70 % 11 % 18 %
2006 71 % 11 % 16 %
2005 71 % 12 % 15 %

Base : Tous les répondants; n=1 519

La proportion de répondants qui sont d'accord avec l'énoncé présenté augmente en fonction de l'âge. La proportion de répondants ayant affirmé que leurs renseignements personnels sont moins protégés qu'il y a 10 ans est moins élevée parmi ceux du Québec.

Figure 11 : Protection des renseignements personnels en 2014 comparativement à il y a 10 ans


Version textuelle de la figure 11

Figure 11. Protection des renseignements personnels en 2014 comparativement à il y a 10 ans

Question : Pourcentage de répondants qui sont D’ACCORD avec l’énoncé : « Je suis d’avis que mes renseignements personnels sont moins protégés dans le cadre de mes activités quotidiennes qu’il y a 10 ans. »

Total : 73 % accepter

Table 11(a) : Protection des renseignements personnels en 2014 comparativement à il y a 10 ans (par région)
Région % Accepter
Atlantique 69 %
Québec 66 %
Ontario 75 %
Prairies 77 %
Colombie-Britannique 76 %

Base : Tous les répondants; n=1 519

Table 11(b) : Protection des renseignements personnels en 2014 comparativement à il y a 10 ans (par âge)
Tranche d'âge % Accepter
16-24 ans 63 %
25-34 ans 71 %
35-54 ans 75 %
55 ans ou plus 78 %

Base : Tous les répondants; n=1 519

Six Canadiens sur 10 ont peu d'attentes concernant la protection de la vie privée.

Six Canadiens sur 10 ont peu d'attentes concernant la protection de la vie privée à l'heure actuelle, que ce soit en ligne ou dans le monde réel, en raison du nombre de choses qui peuvent y porter atteinte. Selon une analyse démographique, la proportion de répondants qui sont d'accord avec l'énoncé présenté est moins élevée parmi ceux du Québec et ceux de 25 à 34 ans.

Figure 12 : Attentes concernant la protection de la vie privée


Figure 12 : Attentes concernant la protection de la vie privée

Version textuelle de la figure 12

Figure 12. Attentes concernant la protection de la vie privée

Question : Veuillez évaluer la mesure dans laquelle vous êtes d’accord ou en désaccord avec l’énoncé suivant : « J’ai peu d’attentes concernant la protection de la vie privée à l’heure actuelle, que ce soit en ligne ou dans le monde réel en raison du nombre de choses qui peuvent y porter atteinte. »
Table 12(a) : Attentes concernant la protection de la vie privée
D’accord (5-7) Neutre (4) En désaccord (1-3)
60 % 15 % 24 %
Table 12(b) : Attentes concernant la protection de la vie privée (par région)
Région % Accepter
Atlantique 63 %
Québec 49 %
Ontario 64 %
Prairies 62 %
Colombie-Britannique 61 %
Table 12(c) : Attentes concernant la protection de la vie privée (par âge)
Tranche d'âge % Accepter
16-24 ans 60 %
25-34 ans 46 %
35-54 ans 62 %
55 ans ou plus 65 %

Base : Tous les répondants; n=1 519

Ne sait pas / Pas de réponse=1 %

Près de la moitié des répondants sont sûrs de comprendre l'utilisation que les organisations feront de leurs renseignements personnels.

Près de la moitié (47 %) des Canadiens interrogés sont sûrs de comprendre l'utilisation que fera une organisation des renseignements personnels qu'ils lui communiquent.

Figure 13 : Niveau de connaissance des utilisations des renseignements personnels par les organisations


Figure 13 : Niveau de connaissance des utilisations des renseignements personnels par les organisations

Version textuelle de la figure 13

Figure 13. Niveau de connaissance des utilisations des renseignements personnels par les organisations

Question : Veuillez évaluer la mesure dans laquelle vous êtes d’accord ou en désaccord avec l’énoncé suivant : « Lorsque je communique mes renseignements personnels à une organisation, je suis sûr(e) de comprendre l’utilisation qu’elle en fera. »
Table 13 : Niveau de connaissance des utilisations des renseignements personnels par les organisations
D'accord (5-7) Neutre (4) En désaccord (1-3)
47 % 14 % 37 %

Base : Tous les répondants; n=1 519

Ne sait pas / Pas de réponse=1 %

Trois Canadiens sur 10 ont subi un préjudice en raison des lacunes d'une organisation en matière de protection de la vie privée.

Nous avons demandé aux répondants d'évaluer la mesure dans laquelle ils sont d'accord ou en désaccord avec l'énoncé suivant :

" J'ai subi un préjudice par suite de l'utilisation malveillante, de la communication ou de la perte de mes renseignements personnels par une organisation. "

Trois Canadiens sur 10 (29 %) sont d'accord avec l'énoncé présenté, dont 14 % qui sont entièrement d'accord avec l'idée et affirment avoir subi un préjudice par suite de l'utilisation malveillante, de la communication ou de la perte de leurs renseignements personnels. Inversement, la majorité (62 %) sont en désaccord avec l'énoncé, dont 43 % tout à fait en désaccord.

Figure 14 : Utilisation malveillante, communication ou perte de renseignements personnels


Figure 14 : Utilisation malveillante, communication ou perte de renseignements personnels

Version textuelle de la figure 14

Figure 14. Utilisation malveillante, communication ou perte de renseignements personnels

Question : Veuillez évaluer la mesure dans laquelle vous êtes d’accord ou en désaccord avec l’énoncé suivant : « J’ai subi un préjudice par suite de l’utilisation malveillante, de la communication ou de la perte de mes renseignements personnels par une organisation. »
Table 14 : Utilisation malveillante, communication ou perte de renseignements personnels
D'accord (5-7) Neutre (4) En désaccord (1-3)
29 % 7 % 62 %

Base : Tous les répondants; n=1 519

Ne sait pas / Pas de réponse=2 %

Les Canadiens ont des opinions partagées concernant les efforts déployés par le gouvernement et par les entreprises pour protéger les renseignements personnels.

Les Canadiens ont des opinions partagées quant à la mesure dans laquelle le gouvernement fédéral et les entreprises prennent au sérieux leur responsabilité de protéger les renseignements personnels. Ainsi, 82 % des répondants estiment que le gouvernement fédéral prend à tout le moins relativement au sérieux sa responsabilité de protéger les renseignements personnels qui concernent les citoyens (score de 3 ou plus), mais seulement un répondant sur quatre (26 %) a déclaré que le gouvernement prend très au sérieux cette responsabilité (score de 6 ou 7).

Figure 15 : Opinion concernant la mesure dans laquelle le gouvernement prend au sérieux la protection des renseignements personnels


Figure 15 : Opinion concernant la mesure dans laquelle le gouvernement prend au sérieux la protection des renseignements personnels

Version textuelle de la figure 15

Figure 15. Opinion concernant la mesure dans laquelle le gouvernement prend au sérieux la protection des renseignements personnels

Question : Selon vous, dans quelle mesure le gouvernement fédéral prend-il au sérieux sa responsabilité de protéger les renseignements personnels qui concernent les citoyens?
Table 15 : Opinion concernant la mesure dans laquelle le gouvernement prend au sérieux la protection des renseignements personnels
Année Très au sérieux (6-7) Relativement au sérieux (3-5) Pas du tout au sérieux (1-2)
2014 26 % 56 % 16 %
2012 21 % 64 % 12 %
2011 22 % 62 % 11 %
2009 16 % 69 % 12 %
2007 17 % 64 % 16 %
2006 14 % 62 % 20 %

Base : Tous les répondants; n=1 519

La proportion de répondants qui estiment que le gouvernement prend très au sérieux sa responsabilité de protéger les renseignements personnels qui concernent les citoyens a augmenté graduellement : elle est passée de 14 % en 2006 à 26 % en 2014. Parallèlement, la proportion de ceux qui estiment que le gouvernement fédéral ne prend pas au sérieux sa responsabilité à cet égard a augmenté de quatre points de pourcentage depuis 2012, ce qui la ramène au même niveau qu'en 2007.

L'opinion des Canadiens concernant la mesure dans laquelle les entreprises prennent au sérieux leur responsabilité de protéger les renseignements personnels des consommateurs est légèrement moins favorable que dans le cas du gouvernement. Une proportion plus faible de répondants (16 %) estiment que les entreprises prennent très au sérieux leur responsabilité de protéger les renseignements personnels (comparativement à 26 % dans le cas du gouvernement fédéral). Cela dit, la proportion de Canadiens selon lesquels les entreprises ne prennent pas au sérieux leur responsabilité à cet égard a beaucoup diminué au fil des ans (de 34 % des répondants en 2006 à 15 % en 2014).

Figure 16 : Opinion concernant la mesure dans laquelle les entreprises prennent au sérieux la protection des renseignements personnels


Figure 16 : Opinion concernant la mesure dans laquelle les entreprises prennent au sérieux la protection des renseignements personnels

Version textuelle de la figure 16

Figure 16. Opinion concernant la mesure dans laquelle les entreprises prennent au sérieux la protection des renseignements personnels

Question : Selon vous, dans quelle mesure les entreprises prennent-elles au sérieux leur responsabilité de protéger les renseignements personnels des consommateurs?
Table 16 : Opinion concernant la mesure dans laquelle les entreprises prennent au sérieux la protection des renseignements personnels
Année Très au sérieux (6-7) Relativement au sérieux (3-5) Not serious (1-2)
2014 16 % 68 % 15 %
2012 13 % 68 % 18 %
2011 14 % 68 % 13 %
2009 12 % 66 % 19 %
2007 13 % 59 % 24 %
2006 11 % 51 % 34 %

Base : Tous les répondants; n=1 519

3. Connaissance des institutions fédérales qui aident les Canadiens à protéger leur vie privée

Les Canadiens connaissent de mieux en mieux les institutions fédérales qui les aident à protéger leur vie privée.

Près de la moitié (49 %) des répondants ont déclaré connaître dans une certaine mesure les institutions fédérales qui les aident à protéger leur vie privée et leurs renseignements personnels contre toute collecte, utilisation ou communication inappropriées. Plus précisément, 39 % ont affirmé connaître vaguement ce type d'institutions et 10 % très bien les connaître. Inversement, 51 % des répondants ont dit ne pas du tout les connaître.

Figure 17 : Niveau de connaissance des institutions fédérales qui aident à protéger la vie privée


Figure 17 : Niveau de connaissance des institutions fédérales qui aident à protéger la vie privée

Version textuelle de la figure 17

Figure 17. Niveau de connaissance des institutions fédérales qui aident à protéger la vie privée

Question : Connaissez-vous des institutions fédérales qui aident les Canadiens à protéger leur vie privée et leurs renseignements personnels contre toute collecte, utilisation et communication inappropriées?
Table 17 : Niveau de connaissance des institutions fédérales qui aident à protéger la vie privée (par Année)
Année Oui, très bien Oui, vaguement Pas du tout
2014 10 % 39 % 51 %
2012 10 % 19 % 70 %
2011 11 % 20 % 67 %
2009 15 % 18 % 66 %
2007 8 % 14 % 77 %
2006 8 % 13 % 77 %
2005 7 % 13 % 78 %

Base : Tous les répondants; n=1 519

Par rapport aux années antérieures, le nombre de répondants déclarant connaître vaguement les institutions fédérales qui aident à protéger la vie privée a augmenté de façon appréciable. Toutefois, la proportion de Canadiens qui connaissent très bien ces institutions est demeurée la même, soit 10 %.

Selon une analyse démographique, la proportion de répondants qui connaissent les institutions fédérales qui les aident à protéger la vie privée est plus élevée parmi ceux des Prairies ou de l'Ontario et ceux de 35 ans ou plus.

Figure 18 : Niveau de connaissance des institutions fédérales qui aident à protéger la vie privée


Figure 18 : Niveau de connaissance des institutions fédérales qui aident à protéger la vie privée

Version textuelle de la figure 18

Figure 18. Niveau de connaissance des institutions fédérales qui aident à protéger la vie privée - Tracking

Total : 49 % de répondants qui les connaissent vaguement ou très bien

Table 18(a) : Niveau de connaissance des institutions fédérales qui aident à protéger la vie privée - Tracking (par région)
Région Pourcentage de répondants qui les connaissent vaguement ou très bien
Atlantique 43 %
Québec 29 %
Ontario 57 %
Prairies 60 %
Colombie-Britannique 45 %
Table 18(b) : Niveau de connaissance des institutions fédérales qui aident à protéger la vie privée - Tracking (par âge)
Tranche d'âge Pourcentage de répondants qui les connaissent vaguement ou très bien
16-24 ans 44 %
25-34 ans 36 %
35-54 ans 54 %
55 ans ou plus 51 %

Les répondants qui avaient affirmé connaître au moins une institution fédérale qui les aide à protéger leur vie privée ont été invités à nommer celle ou celles dont ils avaient entendu parler. Le Commissariat à la protection de la vie privée du Canada, qui a été cité par 11 % des répondants, arrive en tête. Une autre tranche de 5 % des répondants ont mentionné " un organisme " sans pouvoir le nommer. Dans l'ensemble, 46 % des répondants n'ont pu nommer aucune institution.

Figure 19 : Connaissance spontanée des institutions fédérales qui aident à protéger la vie privée


Figure 19 : Connaissance spontanée des institutions fédérales qui aident à protéger la vie privée

Version textuelle de la figure 19

Figure 19. Connaissance spontanée des institutions fédérales qui aident à protéger la vie privée

Question : De quelles institutions fédérales s’agit-il?
Table 19 : Connaissance spontanée des institutions fédérales qui aident à protéger la vie privée
Institutions fédérales % Aware
Commissariat à la protection de la vie privée du Canada 11 %
Lois sur l’accès à l'information et la protection des renseignements personnels 8 %
Organismes d’application de la loi ou agences de sécurité 7 %
Agence de revenu du Canada 6 %
Se souvient d’un organisme, mais ne peut en préciser le nom 5 %
Banques (en général) 4 %
Organismes gouvernementaux du domaine de la santé 4 %
Ombudsman du gouvernement 4 %
Gouvernement fédéral (non précisé) 3 %
Organismes de protection des consommateurs 3 %
Autre 20 %
Ne sait pas / Pas de réponse 46 %

Base : Tous les répondants qui connaissent des institutions fédérales; n=748

Une minorité de Canadiens recherchent des renseignements au sujet de leur droit à la vie privée.

Comme au cours des années précédentes, seulement un Canadien sur cinq environ a déjà recherché activement des renseignements au sujet de son droit à la vie privée. La proportion de répondants qui l'ont fait augmente de l'est à l'ouest du pays, allant de 14 % dans les provinces de l'Atlantique à 25 % en Colombie-Britannique.

Figure 20 : Recherche de renseignements au sujet du droit à la vie privée


Figure 20 : Recherche de renseignements au sujet du droit à la vie privée

Version textuelle de la figure 20

Figure 20. Recherche de renseignements au sujet du droit à la vie privée

Question : Avez-vous déjà recherché activement des renseignements au sujet de votre droit à la vie privée, par exemple en communiquant avec une organisation, en visitant un site Web ou en consultant une publication afin d’obtenir des conseils?
Table 20 : Recherche de renseignements au sujet du droit à la vie privée
Année % Répondants
2014 19 %
2012 21 %
2011 20 %
2009 19 %

Base : Tous les répondants; n=1 519

Internet est la principale source de renseignements au sujet du droit à la vie privée.

Lorsqu'on leur a demandé à qui ils s'étaient adressés (ou s'adresseraient) pour obtenir des renseignements au sujet de leur droit à la vie privée, exactement le tiers (33 %) des répondants ont mentionné Internet ou des sites Web. Au deuxième rang, les répondants ont cité un moteur de recherche (15 %), un site Web du gouvernement (15 %) ou le gouvernement (12 %).

Figure 21 : Sources de renseignements au sujet du droit à la vie privée


Figure 21 : Sources de renseignements au sujet du droit à la vie privée

Version textuelle de la figure 21

Figure 21. Sources de renseignements au sujet du droit à la vie privée

Question : Où vous êtes-vous adressé / À qui vous adresseriez-vous pour obtenir ces renseignements? (au plus deux réponses acceptées)
Table 21 : Sources de renseignements au sujet du droit à la vie privée
Source % Répondants
Internet ou sites Web 33 %
Moteur de recherche (p. ex. Google) 15 %
Site Web du gouvernement 15 %
Gouvernement 12 %
Avocat 6 %
Amis, famille, collègues 5 %
Police / maintien de l’ordre 4 %
Commissariat ou commissaire fédéral à la protection de la vie privée 4 %
Commissariat ou commissaire provincial à la protection de la vie privée 2 %
Banque ou société émettrice de cartes de crédit 2 %
Autre 8 %
Ne sait pas / Pas de réponse 15 %

Base : Tous les répondants; n=1 519

Quinze pour cent (15 %) des répondants ne savaient pas ou ne sauraient pas à qui s'adresser pour obtenir des renseignements au sujet de leur droit à la vie privée.

4. Protection de la vie privée en ligne et sur un appareil mobile

Les Canadiens se préoccupent à tout le moins modérément de l'affichage en ligne de leurs renseignements personnels.

Les internautes ont exprimé des niveaux de préoccupation variables concernant l'affichage en ligne de différents types de renseignements. La majorité d'entre eux sont très préoccupés par l'affichage de renseignements au sujet du lieu où ils se trouvent, par exemple où ils se trouvent à un moment donné, et de leurs coordonnées, comme leur nom, leur numéro de téléphone, leur adresse ou leur adresse électronique. L'affichage de leurs opinions personnelles au sujet de personnes, d'enjeux ou de choses les préoccupent le moins. Le niveau de préoccupation augmente en fonction de l'âge et il est plus élevé lorsqu'il s'agit de photos ou de vidéos personnelles et de renseignements au sujet des activités sociales.

Figure 22 : Niveau de préoccupation concernant l'affichage en ligne de renseignements personnels


Figure 22 : Niveau de préoccupation concernant l'affichage en ligne de renseignements personnels

Version textuelle de la figure 22

Figure 22. Niveau de préoccupation concernant l’affichage en ligne de renseignements personnels

Question : Plusieurs services Internet, par exemple des sites de médias sociaux, des blogues ou d’autres sites Web, permettent aux gens d’afficher de l’information sur eux-mêmes. Dans quelle mesure vous préoccupez-vous de l’affichage en ligne des types de renseignements personnels que voici?
Table 22 : Niveau de préoccupation concernant l’affichage en ligne de renseignements personnels
Type d'information Très préoccupé (6-7) Relativement préoccupé (3-5) Aucunement préoccupé (1-2)
Lieu où ils se trouvent 59 % 25 % 15 %
Coordonnées 56 % 32 % 12 %
Photos ou vidéos 50 % 34 % 15 %
Activités sociales 43 % 39 % 17 %
Opinions personnelles 37 % 42 % 22 %

Base : Internautes; n=1 272

« Sans objet » exclus; Ne sait pas : 1 % ou moins

La proportion d'internautes très préoccupés par l'affichage de ces différents types de renseignements personnels a augmenté depuis 2012.

Figure 23 : Pourcentage de répondants très préoccupés : comparaison entre 2012 et 2014


Figure 23 : Pourcentage de répondants très préoccupés : comparaison entre 2012 et 2014

Version textuelle de la figure 23

Figure 23. Pourcentage de répondants très préoccupés : comparaison entre 2012 et 2014

Question : Plusieurs services Internet, par exemple des sites de médias sociaux, des blogues ou d’autres sites Web, permettent aux gens d’afficher de l’information sur eux-mêmes. Dans quelle mesure vous préoccupez-vous de l’affichage en ligne des types de renseignements personnels que voici?
Table 23 : Pourcentage de répondants très préoccupés : comparaison entre 2012 et 2014
Type d'information 2014
(n=1 272)
2012
(n=1 271)
Lieu où ils se trouvent 59 % 55 %
Coordonnées 56 % 51 %
Photos ou vidéos 50 % 48 %
Activités sociales 43 % 41 %
Opinions personnelles 37 % 32 %

Base : Internautes

Les Canadiens sont préoccupés par les utilisations que les organisations pourraient faire de l'information en ligne les concernant.

Au moins les trois quarts des internautes se sont dits préoccupés dans une certaine mesure par les différentes utilisations que les organisations pourraient faire de l'information accessible en ligne les concernant. De plus, au moins quatre répondants sur 10 se sont dits très préoccupés (score de 6 ou 7 sur une échelle de sept points). La possibilité que des entreprises utilisent leurs renseignements personnels pour prendre des décisions pour une demande de règlement auprès d'une compagnie d'assurance ou une protection en matière de santé est celle qui a suscité le plus de préoccupations, exactement la moitié des répondants étant très préoccupés à cet égard. Par ailleurs, 49 % sont très préoccupés par la possibilité qu'il y ait une incidence sur leur réputation personnelle à mesure que des entreprises ou organismes recueillent et réunissent de plus en plus de renseignements et les utilisent pour établir leur profil.

Figure 24 : Niveau de préoccupation concernant les utilisations possibles de l'information accessible en ligne


Figure 24 : Niveau de préoccupation concernant les utilisations possibles de l'information accessible en ligne

Version textuelle de la figure 24

Figure 24. Niveau de préoccupation concernant les utilisations possibles

Question : Lorsque vous songez à l’information accessible en ligne vous concernant, dans quelle mesure êtes-vous préoccupé(e) par chacun des points suivants?
Table 24 : Niveau de préoccupation concernant les utilisations possibles de l’information accessible en ligne
Niveau de préoccupation Très préoccupé (6-7) Relativement préoccupé (3-5) Aucunement préoccupé (1-2)
Entreprises pour règlement d’assurance ou protection en matière de santé 50 % 35 % 13 %
Incidence sur leur réputation 49 % 35 % 15 %
Surveillance par le gouvernement 44 % 34 % 22 %
Entreprises pour établir s’ils satisfont aux critères pour un poste 43 % 35 % 20 %
Sociétés de marketing pour analyser ce qu’ils aiment et n’aiment pas 41 % 39 % 18 %
Gouvernements pour vérifier des demandes de prestations sociales ou le paiement d’impôts 41 % 35 % 22 %

Base : Internautes; n=1 272

Ne sait pas / Pas de réponse=2 %

Les répondants sont très préoccupés dans des proportions similaires par la possibilité que des organismes d'application de la loi ou des agences de sécurité recueillent leurs renseignements personnels à des fins de surveillance par le gouvernement (44 %) et celle que des entreprises ou des organisations les utilisent pour établir s'ils satisfont aux critères établis pour un poste ou une promotion (43 %). Ils sont moins préoccupés par la possibilité que des sociétés de marketing utilisent ces renseignements pour analyser ce qu'ils aiment et n'aiment pas et celle que des gouvernements utilisent ces renseignements à d'autres fins, par exemple pour vérifier des demandes de prestations sociales ou le paiement d'impôts.

Ces résultats concordent généralement avec ceux de 2012. La seule différence digne de mention se rapporte à l'opinion des internautes concernant la possibilité que des sociétés de marketing utilisent leurs renseignements personnels pour analyser leurs comportements en ligne (la proportion de répondants très préoccupés par cet aspect a chuté de 48 % en 2012 à 41 % cette année).

La moitié des répondants se rappelaient avoir consulté un site Web où apparaissaient des publicités en ligne ciblées.

Un peu plus de la moitié (56 %) des internautes interrogés se rappelaient avoir consulté un site Web où apparaissaient des publicités qui semblaient correspondre à leurs intérêts. Selon une analyse démographique, la proportion de répondants qui se rappelaient avoir vu des publicités en ligne ciblées est moins élevée parmi ceux du Québec (43 %), ceux âgés de 55 ans ou plus (48 %) et ceux qui détiennent un certificat d'une école de métiers (47 %).

Les répondants qui se rappelaient avoir vu ce type de publicités ont été invités à préciser dans quelles mesure ils sont d'accord ou en désaccord avec l'énoncé selon lequel en raison des publicités, ils avaient eu l'impression que leur vie privée était moins protégée en ligne. Près des deux tiers sont d'accord avec l'énoncé présenté, dont un peu plus de 49 % sont fortement d'accord (score de 6 ou 7 sur une échelle de sept points).

Figure 25 : Publicités en ligne ciblées


Figure 25 : Publicités en ligne ciblées

Version textuelle de la figure 25

Figure 25. Publicités en ligne ciblées

Question 1 : Avez-vous consulté un site Web où apparaissaient des publicités qui semblaient correspondre à vos intérêts?
Table 25(a) : La moitié des répondants se rappelaient des publicités en ligne ciblées
Oui Non
56 % 44 %

Base : Internautes; n=1 272

Question 2 : Qu’avez-vous pensé de ces publicités en ligne ciblées?
En raison des publicités, j'ai eu l'impression que ma vie privée étaint moins protégée ligne.
Table 25(b) : Opinion concernant les publicités en ligne ciblées
En désaccord (1-3) Neutre (4) D'accord (5-7)
24 % 12 % 63 %

Base : Internautes qui se rappelaient des publicités ciblées; n=693

Ne sait pas / Pas de réponse=1 % ou moins

Les Canadiens sont très préoccupés par ce qu'il pourrait advenir des renseignements personnels stockés sur leurs appareils mobiles.

Les trois quarts des Canadiens qui utilisent des appareils mobiles sont préoccupés par ce qu'il pourrait advenir des renseignements personnels stockés sur ces appareils en cas de perte ou de vol. Près de la moitié (49 %) des répondants sont extrêmement préoccupés par cet aspect. Un répondant sur cinq est peu préoccupé, voire pas du tout, par la possibilité que quelqu'un utilise ses renseignements personnels d'une manière qui lui porte préjudice, à lui ou à quelqu'un qu'il connaît.

Figure 26 : Niveau de préoccupation concernant les renseignements personnels stockés sur les appareils mobiles


Figure 26 : Niveau de préoccupation concernant les renseignements personnels stockés sur les appareils mobiles

Version textuelle de la figure 26

Figure 26. Niveau de préoccupation concernant les renseignements personnels stockés sur les appareils mobiles

Question : Compte tenu des renseignements personnels stockés sur votre téléphone intelligent ou votre tablette, en cas de vol ou de perte, dans quelle mesure seriez-vous préoccupé(e) par la possibilité que quelqu’un utilise vos renseignements personnels d’une manière qui vous porte préjudice, à vous ou à quelqu’un que vous connaissez?
Table 26 : Niveau de préoccupation concernant les renseignements personnels stockés sur les appareils mobiles
Niveau de préoccupation % Préoccupation
Extrêmement préoccupé (7) 49 %
(6) 14 %
(5) 12 %
(4) 7 %
(3) 7 %
(2) 6 %
Aucunement préoccupé (1) 6 %

74 % des répondants sont préoccupés

Base : Propriétaires de téléphone intelligent ou de tablette; n=835

Ne sait pas / Pas de réponse=<1 %; « Sans objet » exclus

La proportion de répondants extrêmement préoccupés par la possibilité de perte ou de vol de leurs renseignements personnels est plus élevée parmi les répondants du Québec (58 %) et les répondants âgés de 55 ans ou plus (57 %).

La majorité des utilisateurs d'appareils mobiles prennent des mesures de sécurité de base.

Les utilisateurs d'appareils mobiles sont de plus en plus enclins à prendre des mesures de sécurité de base : 77 % utilisent un mot de passe sur leur téléphone intelligent ou leur tablette (en hausse par rapport à 56 % en 2012) et 72 % ont ajusté les paramètres sur leur appareil mobile afin de limiter la quantité de renseignements personnels qui sont partagés avec d'autres (en hausse par rapport à 53 % en 2012). La proportion de répondants qui ajustent les paramètres sur leur téléphone intelligent ou leur tablette augmente à mesure que l'âge diminue, allant de 63 % des répondants âgés de 55 ans ou plus à 80 % de ceux ayant entre 16 et 24 ans.

Figure 27 : Mesures de sécurité prises pour protéger les renseignements personnels sur les appareils mobiles


Figure 27 : Mesures de sécurité prises pour protéger les renseignements personnels sur les appareils mobiles

Version textuelle de la figure 27

Figure 27. Mesures de sécurité prises pour protéger les renseignements personnels sur les appareils mobiles

Question : Veuillez me dire si vous faites l’une des choses suivantes. Est-ce que vous…?
Table 27 : Mesures de sécurité prises pour protéger les renseignements personnels sur les appareils mobiles
Question 2014
(n=835)
2012
(n=1 089)
2011
(n=1 453)
… utilisez un mot de passe? 77 % 56 % 39 %
…ajustez les paramètres afin de limiter la quantité de renseignements personnels qui seront partagés avec d’autres? 72 % 53 % 40 %

Base : Utilisateurs d’appareils mobiles

En outre, exactement les trois quarts des utilisateurs d'appareils mobiles ont décidé de ne pas installer une application, voire de la désinstaller, en raison de leurs préoccupations concernant la quantité de renseignements personnels qu'il aurait fallu présenter (en hausse par rapport à 55 % en 2012). Une majorité de répondants, quoique moins grande, ont arrêté la fonction de géolocalisation de leur appareil mobile parce qu'ils se préoccupent du risque que d'autres puissent avoir accès à ces renseignements (58 % en hausse par rapport à 38 % en 2012). La proportion de répondants qui ont arrêté la fonction de géolocalisation est moins élevée parmi ceux âgés de 55 ans ou plus (44 %) et ceux du Québec (49 %).

Figure 28 : Mesures particulières prises pour protéger les renseignements personnels sur les appareils mobiles


Figure 28 : Mesures particulières prises pour protéger les renseignements personnels sur les appareils mobiles

Version textuelle de la figure 28

Figure 28. Mesures particulières prises pour protéger les renseignements personnels sur les appareils mobiles

Question : Vous est-il arrivé…
Table 28 : Mesures particulières prises pour protéger les renseignements personnels sur les appareils mobiles
Question 2014
(n=835)
2012
(n=1 089)
… de décider de ne pas installer une application en raison de vos préoccupations concernant les renseignements personnels demandés?* 75 % 55 %
… d’arrêter la fonction de géolocalisation de votre appareil mobile parce que vous vous préoccupiez du risque que d’autres puissent avoir accès à ces renseignements? 58 % 38 %

*Énoncé légèrement modifié en 2014

Base : Utilisateurs d’appareils mobiles

Ne sait pas / Pas de réponse=1 %

Moins d'un Canadien sur cinq a subi des répercussions négatives en raison de quelque chose qui était affiché en ligne.

Peu d'internautes (17 %) ont affirmé qu'il était déjà arrivé que quelque chose qui était affiché en ligne par eux ou une personne qu'ils connaissent à leur sujet ait des répercussions négatives dans leur vie, d'une façon ou d'une autre. Parmi ces répondants, exactement le tiers n'ont rien fait pour régler la situation. Ceux ayant pris des mesures ont principalement supprimé eux-mêmes l'affichage en ligne (24 %) ou demandé à la personne qui avait affiché l'information de la supprimer (21 %).

Figure 29 : Répercussions négatives de quelque chose qui était affiché en ligne


Figure 29 : Répercussions négatives de quelque chose qui était affiché en ligne

Version textuelle de la figure 29

Figure 29. Répercussions négatives de quelque chose qui était affiché en ligne

Question 1 : Est-il déjà arrivé que quelque chose qui était affiché en ligne par vous, un parent, un membre de votre famille ou un ami à votre sujet ait des répercussions négatives dans votre vie, d’une façon ou d’une autre?
Table 29(a) : Répercussions négatives de quelque chose qui était affiché en ligne
Réponse % Répondants
Répercussions négatives 17 %
Aucune répercussion négative 82 %
Ne sait pas / Pas de réponse 1 %

Base : Internautes; n=1 272

Question 2 : Qu’avez-vous fait ou qu’a fait le responsable de l’affichage en ligne?
Table 29(b) : Mesures prises pour régler la situation
Les mesures prises % Répondants
Rien 33 %
Supprimé l’affichage en ligne 24 %
Demandé à la personne qui a affiché l’information de la supprimer 21 %
Demandé au site Web où l’information était affichée de la retirer 9 %
Communiqué avec la police 4 %
Cherché de l’information en ligne 4 %
Autre 8 %
Ne sais pas / Pas de réponse 4 %

Base : Répondants ayant fait état de quelque chose affiché en ligne; n=194

La proportion de répondants touchés par quelque chose qui était affiché en ligne diminue en fonction de l'âge, allant de 29 % pour les répondants de 16 à 24 ans à 8 % pour ceux de 55 ans ou plus.

5. Gestion des renseignements personnels

Les Canadiens sont réticents à communiquer leurs renseignements personnels en raison des atteintes à la vie privée signalées dans les médias.

La plupart des Canadiens sont plus réticents à communiquer leurs renseignements personnels à des organisations en raison des incidents récemment signalés par les médias où des renseignements personnels sensibles, comme des photos privées et des renseignements bancaires, avaient été perdus, volés ou rendus publics. Soixante-dix-huit pour cent (78 %) des répondants ont affirmé que ces incidents avaient à tout le moins relativement influé sur leur disposition à communiquer des renseignements personnels à des organisations (score de 3 ou plus). Dans le cas de trois répondants sur 10 (31 %), ils avaient beaucoup influé sur leur disposition à cet égard.

Figure 30 : Mesure dans laquelle les incidents signalés par les médias ont influé sur la disposition à communiquer des renseignements personnels


Figure 30 : Mesure dans laquelle les incidents signalés par les médias  ont influé sur la disposition à communiquer des renseignements personnels

Version textuelle de la figure 30

Figure 30. Mesure dans laquelle les incidents signalés par les médias ont influé sur la disposition à communiquer des renseignements personnels

Question : Récemment, les médias ont signalé un certain nombre d’incidents où des renseignements personnels sensibles, comme des photos privées et des renseignements sur le débit et le crédit, avaient été perdus, volés ou rendus publics. Dans quelle mesure ces nouvelles ont-elles influé sur votre disposition à communiquer des renseignements personnels à des organisations?
Table 30 : Mesure dans laquelle les incidents signalés par les médias ont influé sur la disposition à communiquer des renseignements personnels
Niveau de préoccupation (échelle de sept points) % Répondants
Beaucoup (7) 31 %
(6) 13 %
(5) 16 %
(4) 10 %
(3) 7 %
(2) 6 %
Pas du tout (1) 16 %

78 % des répondants ont indiqué que les incidents avaient à tout le moins relativement influé.

Base : Tous les répondants; n=1 519

Ne sait pas / Pas de réponse=1 %

La proportion de répondants dont la disposition à communiquer des renseignements personnels a diminué en raison des incidents signalés est beaucoup plus élevée parmi ceux de 35 ans ou plus que chez ceux de moins de 25 ans : 26 % des répondants de 16 à 24 ans, 46 % de ceux de 35 à 54 ans et 52 % de ceux de 55 ans ou plus.

Les Canadiens sont plus enclins à refuser de fournir leurs renseignements personnels qu'à demander comment ils sont utilisés.

Il était déjà arrivé à environ les trois quarts (77 %) des répondants de refuser de fournir leurs renseignements personnels à une organisation. La proportion de répondants qui ont refusé est plus élevée parmi ceux de la Colombie-Britannique (86 %) et ceux de 35 à 54 ans (83 %).

Lorsqu'on les a invités à indiquer s'ils avaient demandé à une entreprise au cours de l'année précédant le sondage comment elle utilisait leurs renseignements personnels ou protégeait leur vie privée avant de faire affaire avec elle, seulement 29 % ont répondu par l'affirmative. Selon une analyse démographique, la proportion de répondants qui avaient demandé de l'information à une entreprise concernant ses pratiques en matière de protection de la vie privée est plus élevée parmi ceux des Prairies (40 %), le groupe de 16 à 24 ans (40 %) et les femmes (32 %).

Parmi ceux qui avaient demandé à une entreprise comment elle utilisait leurs renseignements personnels ou protégeait leur vie privée, une forte minorité (43 %) a décidé à terme de ne pas faire affaire avec elle en raison de ses pratiques en matière de protection de la vie privée.

Figure 31 : Gestion des renseignements personnels


Figure 31 : Gestion des renseignements personnels

Version textuelle de la figure 31

Figure 31. Gestion des renseignements personnels

Question 1 : Vous est-il arrivé de refuser de fournir vos renseignements personnels à une organisation?
Table 31(a) : Pourcentage de répondants qui ont refusé de fournir leurs renseignements personnels
Réponse % Répondants
Oui 77 %

Base : Tous les répondants

Ne sait pas / Pas de réponse=1 %-5 %

Question 2 : Au cours de la dernière année, avez-vous demandé à une entreprise comment elle utilisait vos renseignements personnels ou protégeait votre vie privée avant de faire affaire avec elle?
Table 31(b) : Pourcentage de répondants qui ont demandé à une entreprise comment elle utilisait leurs renseignements personnels ou protégeait leur vie privée
Réponse % Répondants
Oui 29 %
Question 3 : Qu’est-il arrivé... Avez-vous choisi de faire affaire avec cette entreprise en raison de ses pratiques en matière de protection de la vie privée ou avez-vous choisi de ne pas faire affaire avec elle en raison de préoccupations liées à la protection des renseignements personnels?
Table 31(c) : Gestion des renseignements personnels - Outcome
Réponse % Répondants
N'ONT PAS fait affaire avec l'enterprise 43 %
ONT fait affaire avec l'enterprise 52 %

Base : Tous les répondants

Ne sait pas / Pas de réponse = 1 %-5 %

La réputation d'une entreprise est plus importante que ses pratiques en matière de collecte des renseignements personnels.

Les Canadiens interrogés ont été plus nombreux à affirmer qu'ils choisiraient de faire affaire avec une entreprise spécifiquement parce qu'elle a bonne réputation quant à ses pratiques en matière de protection de la vie privée (81 %) plutôt qu'en raison du fait qu'elle ne recueille pas de renseignements personnels (53 %).

Figure 32 : Facteurs influant sur la décision de faire affaire avec une entreprise


Figure 32 : Facteurs influant sur la décision de faire affaire avec une entreprise

Version textuelle de la figure 32

Figure 32. Facteurs influant sur la décision de faire affaire avec une entreprise

Question : Choisiriez-vous de faire affaire avec une entreprise spécifiquement parce qu’elle…
Table 32 : Facteurs influant sur la décision de faire affaire avec une entreprise
Question % Répondants
… a bonne réputation quant à ses pratiques en matière de protection de la vie a bonne réputation quant à ses pratiques en matière de protection de la vie privée? 81 %
… ne recueille pas vos renseignements personnels? 53 %

Base : Tous les répondants n=;1 519

Ne sait pas / Pas de réponse = 3 % ou moins

Selon une analyse démographique, la proportion de répondants qui choisiraient de faire affaire avec une entreprise en raison de sa bonne réputation quant à ses pratiques en matière de protection de la vie privée ou du fait qu'elle ne recueille pas leurs renseignements personnels est moins élevée parmi ceux du Québec que parmi les Canadiens des autres régions du pays.

Figure 33 : Facteurs influant sur la décision de faire affaire avec une entreprise


Figure 33 : Facteurs influant sur la décision de faire affaire avec une entreprise

Version textuelle de la figure 33

Figure 33. Facteurs influant sur la décision de faire affaire avec une entreprise

Question 1 : Choisiriez-vous de faire affaire avec une entreprise spécifiquement parce qu’elle a bonne réputation?

Total : 81 % influencé par une entreprise avec une bonne réputation

Table 33(a) : Facteurs influant sur la décision de faire affaire avec une entreprise - a bonne réputation (par région)
Région % Influencé par une entreprise avec une bonne réputation
Atlantique 85 %
Québec 78 %
Ontario 84 %
Prairies 82 %
Colombie-Britannique 76 %
Question 2 : Choisiriez-vous de faire affaire avec une entreprise spécifiquement parce qu’elle ne recueille pas vos renseignements personnels?

Total : 53 % influencé par une entreprise qui ne recueille pas vos renseignements personnels

Table 33(b) : Facteurs influant sur la décision de faire affaire avec une entreprise - ne recueille pas vos renseignements personnels (par région)
Région % Influencé par une entreprise qui ne recueille pas vos renseignements personnels
Atlantique 50 %
Québec 46 %
Ontario 55 %
Prairies 57 %
Colombie-Britannique 56 %

Base : Tous les répondants; n=1 519

Ne sait pas / Pas de réponse=3 % ou moins

6. Gouvernement, sécurité nationale et sécurité publique

Les Canadiens sont modérément au courant d'activités de surveillance et de collecte de renseignements.

Près de la moitié (49 %) des Canadiens ont vu, lu ou entendu quoi que ce soit à propos des activités de surveillance et de collecte de renseignements aux fins de la sécurité nationale au cours de l'année précédant le sondage. Une autre tranche de 7 % ont affirmé avoir peut-être vu, lu ou entendu quoi que ce soit, mais ils n'en avaient pas la certitude. Dans l'ensemble, 56 % des Canadiens sont au courant dans une certaine mesure d'activités de surveillance et de collecte de renseignements. Selon une analyse démographique, la proportion de répondants qui avaient vu, lu ou entendu quoi que ce soit à propos des activités de surveillance et de collecte de renseignements aux fins de la sécurité nationale est la moins élevée parmi les répondants du Québec et la plus élevée parmi les titulaires d'un diplôme d'études universitaires.

Figure 34 : Répondants ayant vu, lu ou entendu quoi que ce soit à propos des activités de surveillance et de collecte de renseignements


Figure 34 : Répondants ayant vu, lu ou entendu quoi que ce soit à propos des activités de surveillance et de collecte de renseignements

Version textuelle de la figure 34

Figure 34. Répondants ayant vu, lu ou entendu quoi que ce soit à propos des activités de surveillance et de collecte de renseignement

Question : Au cours de la dernière année, avez-vous vu, lu ou entendu quoi que ce soit à propos des activités de surveillance et de collecte de renseignements aux fins de la sécurité nationale?

Total : 49 % de répondants ayant dit oui

Table 34(a) : Répondants ayant vu, lu ou entendu quoi que ce soit à propos des activités de surveillance et de collecte de renseignements (par région)
Région Pourcentage de répondants ayant dit oui
Atlantique 53 %
Québec 33 %
Ontario 54 %
Prairies 53 %
Colombie-Britannique 58 %
Table 34(b) : Répondants ayant vu, lu ou entendu quoi que ce soit à propos des activités de surveillance et de collecte de renseignements(par l'éducation)
Niveau d'éducation Pourcentage de répondants ayant dit oui
Études secondaires 51 %
École de métiers 48 %
Études collégiales 56 %
Études universitaires 61 %

Base : Tous les répondants; n=1 519

Parmi ceux qui se rappelaient quelque chose, 53 % ont affirmé comprendre dans une certaine mesure quels renseignements sont recueillis, utilisés ou communiqués par les activités de collecte de renseignements au Canada (seulement 7 % le comprennent dans une large mesure). La proportion de répondants qui comprennent dans une mesure modérée ou dans une large mesure quels sont ces renseignements est plus élevée (68 %) parmi les jeunes Canadiens (de 16 à 24 ans).

Figure 35 : Niveau de compréhension des activités de collecte de renseignements au Canada


Figure 35 : Niveau de compréhension des activités de collecte de renseignements au Canada

Version textuelle de la figure 35

Figure 35. Niveau de compréhension des activités de collecte de renseignements au Canada

Question : Quand vous réfléchissez à cette question, dans quelle mesure comprenez-vous quels renseignements sont recueillis, utilisés ou communiqués par des activités de collecte de renseignements au Canada?
Table 35(a) : Niveau de compréhension des activités de collecte de renseignements au Canada
Beaucoup Modérément Pas beaucoup Pas du tout
7 % 46 % 40 % 7 %

53 % ont moyennement à beaucoup de compréhension.

Table 35(b) : Pourcentage qui ont moyennement à beaucoup de compréhension (par âge)
Âge Pourcentage qui ont une compréhension des activités de collecte de renseignements au Canada
16-24 ans 68 %
25-34 ans 53 %
35-54 ans 48 %
55 ans ou plus 54 %

Base : Répondants qui avaient ou pourraient avoir vu, lu ou entendu quelque chose; n=872*

Ne sait pas / Pas de réponse=1 %

*En raison d’un problème de traduction, seules les réponses des Canadiens ayant fait l’entrevue en anglais (n=736) sont présentées dans les graphiques.

La grande majorité (89 %) des répondants qui avaient vu, lu ou entendu quoi que ce soit à propos des activités de surveillance du gouvernement pensent que les organismes de surveillance ou les agences de renseignement devraient expliquer leurs activités aux Canadiens. La proportion de répondants de cet avis est plus élevée parmi ceux du Québec et ceux de moins de 35 ans.

Les Canadiens ont plutôt confiance que le gouvernement prend au sérieux leurs préoccupations liées aux renseignements personnels mais sont peu nombreux à comprendre comment le gouvernement traite leurs renseignements.

La moitié des Canadiens sont certains que le gouvernement prendra au sérieux leurs préoccupations concernant le traitement de leurs renseignements personnels le cas échéant (52 %) et que les renseignements personnels qu'ils lui communiquent ne seront pas utilisés de manière malveillante, perdus ou volés (51 %). Toutefois, seulement 27 % des répondants estiment bien comprendre ce que fait le gouvernement avec les renseignements personnels qu'il recueille.

Figure 36 : Attitude concernant la collecte et l'utilisation de renseignements personnels par le gouvernement


Figure 36 : Attitude concernant la collecte et l'utilisation de renseignements personnels par le gouvernement

Version textuelle de la figure 36

Figure 36. Attitude concernant la collecte et l’utilisation de renseignements personnels par le gouvernement

Question : Veuillez indiquer dans quelle mesure vous êtes d’accord ou en désaccord avec les énoncés suivants.
Table 36 : Attitude concernant la collecte et l’utilisation de renseignements personnels par le gouvernement
Déclaration D'accord (5-7) Neutre (4) En désaccord (1-3)
Je ne comprends pas bien ce que fait le gouvernement avec les renseignements personnels qu’il recueille. 53 % 20 % 27 %
Si j’ai des préoccupations concernant le traitement de mes renseignements personnels par le gouvernement, je suis certain(e) que ce dernier les prendra au sérieux. 52 % 17 % 31 %
Je suis convaincu(e) que lorsque je communique mes renseignements personnels au gouvernement, ils ne seront pas utilisés de manière malveillante, perdus ou volés. 51 % 17 % 32 %

Base : Tous les répondants; n=1 519

Ne sait pas / Pas de réponse=2 %

Les demandes de renseignements en l'absence de mandat sont en tête de liste des préoccupations.

Les Canadiens sont à l'aise dans une mesure variable avec l'idée que des ministères et organismes, y compris des agences de renseignement, recueillent ou communiquent leurs renseignements personnels. Ils sont généralement peu à l'aise avec l'idée que le gouvernement demande à des entreprises de télécommunications de fournir les renseignements personnels qu'elles détiennent sur des personnes sans qu'un mandat soit délivré. Un peu plus de la moitié (57 %) ne sont pas à l'aise avec les demandes de renseignements en l'absence de mandat. Les répondants restants sont un peu (26 %) ou très (16 %) à l'aise avec cette pratique.

Les Canadiens sont généralement plus à l'aise avec l'utilisation de caméras de surveillance vidéo ou audio dans des lieux publics à des fins d'application de la loi ou de sécurité publique. Près de la moitié (47 %) des répondants se sont dits très à l'aise avec ce type de surveillance et une autre tranche de 37 %, relativement l'aise. Dans l'ensemble, 84 % des Canadiens sont à tout le moins modérément à l'aise avec la surveillance vidéo ou audio aux fins d'application de la loi et de sécurité publique.

Figure 37 : Sentiment d'aise concernant la collecte ou la communication de renseignements par le gouvernement


Figure 37 : Sentiment d'aise concernant la collecte ou la communication de renseignements par le gouvernement

Version textuelle de la figure 37

Figure 37. Sentiment d’aise concernant la collecte ou la communication de renseignements par le gouvernement

Question : Jusqu’à quel point êtes-vous à l’aise face à des ministères et organismes il pourrait s’agir d’agences de renseignement, qui feraient ce qui suit…?
Table 37 : Sentiment d’aise concernant la collecte ou la communication de renseignements par le gouvernement
Question Très à l’aise (6-7) Relativement à l’aise (3-5) Pas du tout à l’aise (1-2)
Utiliser la surveillance vidéo ou audio dans des lieux publics 47 % 37 % 15 %
Utiliser des véhicules aériens sans pilote pour effectuer une surveillance frontalière* 39 % 35 % 24 %
Communiquer les renseignements personnels recueillis aux postes frontaliers au gouvernement du Canada* 36 % 38 % 25 %
Communiquer les renseignements personnels recueillis aux postes frontaliers et dans les aéroports au gouvernement des États-Unis 33 % 36 % 31 %
Utiliser des véhicules aériens sans pilote pour effectuer une surveillance générale* 30 % 36 % 31 %
Communiquer les renseignements personnels recueillis aux postes frontaliers et dans les aéroports à des gouvernements étrangers 28 % 33 % 37 %
Demander à des entreprises de télécommunications de fournir des renseignements personnels sans qu’un mandat soit délivré 16 % 26 % 57 %

*Échantillon fragmenté; question posée à la moitié des répondants

Base : Tous les répondants; n=1 519

Ne sait pas / Pas de réponse= 2 % ou moins

En ce qui a trait aux autres modes de collecte d'information, les Canadiens sont généralement plus à l'aise avec l'utilisation de véhicules aériens sans pilote, ou drones, pour effectuer une surveillance frontalière (74 % sont à tout le moins relativement à l'aise) que pour effectuer une surveillance générale de manifestations (66 %). Quant aux renseignements personnels recueillis aux postes frontaliers et dans les aéroports, les Canadiens sont plus à l'aise avec leur communication au gouvernement du Canada (74 %) ou des États-Unis (69 %) qu'à des autorités ou à des gouvernements étrangers (61 %).

Annexes

Annexe 1 : Méthode détaillée

Pour atteindre les objectifs de la recherche, la société Phoenix Strategic Perspectives Inc. a mené un sondage téléphonique à composition aléatoire auprès d'un échantillon de 1 519 résidents canadiens âgés de 16 ans ou plus représentatifs de la population. La durée des entrevues était de 16 minutes.

Échantillonnage

Une base d'échantillonnage double avec chevauchement (numéros de téléphone résidentiel et de téléphone cellulaire) a été utilisée pour assurer une couverture maximale et atténuer le risque de biais de non-réponse.

La société Phoenix a constitué pour chaque région une base d'échantillonnage non proportionnelle à la population afin d'améliorer l'exactitude des résultats régionaux.

Strate Nombre d'entrevues réalisées
Provinces de l'Atlantique 204
Québec 351
Ontario 403
Prairies 357
Colombie-Britannique 204
Total 1 519

Avec un échantillon de cette taille, on peut considérer que les résultats globaux sont précis à ±2,5 %, 19 fois sur 20. La marge d'erreur est plus grande pour les résultats se rapportant à des sous-groupes de l'échantillon.

Prétest

Un prétest a été effectué par téléphone, soit 10 entrevues en français et 10 en anglais (conformément aux normes du gouvernement du Canada). On trouvera sous pli séparé un rapport sommaire du prétest.

Travail de terrain

En qualité de sous-traitant de Phoenix, la société Elemental Data Collection Inc. (EDCI) s'est chargée de la collecte des données du 21 octobre au 10 novembre 2014. Le taux de réponse global a été de 9 %Note de bas de page 1 (10 % pour l'échantillon par téléphone résidentiel et 5 % pour celui par téléphone cellulaire).

Pondération

Les données du sondage ont été pondérées afin que les résultats soient représentatifs de la population canadienne de 16 ans ou plus. Plus précisément, les données ont été pondérées par région, par sexe et par âge en fonction du plus récent recensement de la population mené par Statistique Canada.

Répartition des appels

Appels Total Numéros de
téléphone
résidentiel
Numéros de
téléphone
cellulaire
Nombre total de tentatives d'appels 33 664 18 109 15 555
Non admissible - Invalide 11 493 2 944 8 549
Non résolu (U) 13 216 8 280 4 936
Pas de réponse ou répondeur 13 216 8 280 4 936
Admissible - non-réponse (IS) 7 062 5 369 1 693
Barrière linguistique 230 221 9
Impossibilité de faire l'entrevue (maladie ou décès) 90 82 8
Rappel (répondant non disponible) 883 648 235
Refus 5 755 4 335 1 420
Le répondant a raccroché 104 83 21
Admissible - réponse (R) 1 893 1 516 377
Entrevue menée à bien 1 519 1 213 306
Inadmissibilité - Quota complet - sexe 254 230 24
Inadmissibilité - Industrie 93 62 31
Inadmissibilité - Âge 27 11 16
Taux de réponse 8,54 10,00 5,38

Annexe 2 : Questionnaire

Bonjour/bonsoir, je m'appelle [Nom] et je travaille pour Phoenix, une maison de recherche sur l'opinion publique. Nous réalisons pour le gouvernement du Canada un sondage sur des questions qui intéressent la population. L'entrevue durera environ 15 minutes. Vous êtes libre d'y participer ou non. Vos réponses demeureront anonymes.

POUR L'ÉCHANTILLON PAR CELLULAIRE, SAUTER " A " ET PASSER À LA QUESTION CS1

A. J'aimerais parler à un membre de votre foyer âgé d'au moins 16 ans. Est-ce votre cas?

    Oui                       1     CONTINUER 
    Non                       2     DEMANDER À PARLER À UNE PERSONNE ADMISSIBLE. 

    Refus (RÉPONSE SPONTANÉE) 3     REMERCIER ET METTRE FIN À L'ENTRETIEN

ÉCHANTILLON PAR CELLULAIRE SEULEMENT

CS1. Vous ai-je appelé(e) sur votre téléphone cellulaire?

    Oui            1                   CONTINUER 
    Non            2                   PASSER À B

CS2. Avez-vous 16 ans ou plus?

    Oui            1                   CONTINUE
    Non            2                   REMERCIER ET METTRE FIN À L'ENTRETIEN

CS3. Êtes-vous à un endroit où vous pouvez parler en toute sécurité au téléphone et répondre à mes questions sans problème?

    Oui                                   PASSER À B
    Non                                   CONTINUER

CS4. Quel est le meilleur moment pour vous rappeler?

	
	Si possible, fixer un rendez-vous (heure/jour) :                  

B. Est-ce qu'un membre de votre famille ou de votre foyer, y compris vous-même, travaille dans l'un des domaines suivants? [LIRE LA LISTE]

  La publicité ou les études de marché      1  REMERCIER ET METTRE FIN À L'ENTRETIEN
  Les médias (par exemple : 
    télévision, radio, journaux)            2  REMERCIER ET METTRE FIN À L'ENTRETIEN
  Un(e) représentant(e) élu(e)              3  REMERCIER ET METTRE FIN À 

* AUX PERSONNES NON ADMISSIBLES : Merci de votre intérêt pour ce sondage. Malheureusement, vous ne répondez pas aux critères d'admissibilité de cette étude.

NOTES À L’INTENTION DE L’INTERVIEWEUR ET DU PROGRAMMEUR :

VALIDITÉ DE L'ÉTUDE : SI LE/LA RÉPONDANT(E) S'INTERROGE SUR LA VALIDITÉ DE L'ÉTUDE, INVITEZ-LE/LA À TÉLÉPHONER AU SYSTÈME NATIONAL D'ENREGISTREMENT DES SONDAGES (VOIR LA NOTE CI-DESSOUS).

SYSTÈME NATIONAL D'ENREGISTREMENT DES SONDAGES : AU BESOIN, RENSEIGNEZ LE/LA RÉPONDANT(E) AU SUJET DU SYSTÈME NATIONAL D'ENREGISTREMENT DES SONDAGES.

Le système d'enregistrement a été créé par l'industrie de la recherche par sondage pour permettre au public de vérifier la légitimité d'un sondage, d'obtenir des renseignements sur l'industrie des sondages ou de déposer une plainte. Le numéro de téléphone sans frais du système d'enregistrement est le 1-888-602-6742, poste 8728. (www.mria-arim.ca)

SI IL OU ELLE S'INTERROGE À PROPOS DE LA LISTE NATIONALE DE NUMÉROS DE TÉLÉCOMMUNICATION EXCLUS : Les appels qui sont faits pour de la recherche ou des sondages ne sont pas considérés comme des appels de télémarketing et les organisations qui font ce type d'appels ne sont pas assujettis à la liste nationale de numéros de télécommunication exclus. Pour plus d'information sur la liste nationale de numéros exclus, vous pouvez composer sans frais le 1-866-580-3625.

NE PAS LIRE LE TITRE DES SECTIONS AUX RÉPONDANTS.

RÉVÉLER LE NOM DE L'ORGANISME CLIENT QUI A COMMANDÉ LE SONDAGE - LE COMMISSARIAT À LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE - À LA FIN DE L'ENTREVUE, SI LE/LA RÉPONDANT(E) LE DEMANDE.

SAUF INDICATION CONTRAIRE, TOUTES LES QUESTIONS PERMETTENT LE CHOIX DE RÉPONSE " NE SAIS PAS/PAS DE RÉPONSE ".

LES QUESTIONS DE SUIVI SONT DÉSIGNÉES COMME SUIT : T11 = QUESTION POSÉE EN 2011; T12 = QUESTION POSÉE EN 2012.

Connaissances et perceptions générales

Un grand nombre des questions abordées dans le présent sondage portent sur le respect de la vie privée et sur la protection des renseignements personnels. Par renseignements personnels, on entend non seulement votre nom, votre âge, votre adresse, votre revenu et votre adresse électronique, mais également vos opinions, vos habitudes d'achat et vos activités en ligne, entre autres.

(SI LE RÉPONDANT NE COMPREND PAS BIEN CE QU'ON ENTEND PAR " RENSEIGNEMENTS PERSONNELS ", PRÉCISER AU MOYEN DES RENSEIGNEMENTS SUPPLÉMENTAIRES CONTENUS DANS LES NOTES À L'INTENTION DE L'INTERVIEWEUR.)

Pour commencer, j'aimerais vous poser quelques questions au sujet du droit à la vie privée.

1. Connaissez-vous des institutions fédérales qui aident les Canadiens à protéger leur vie privée et leurs renseignements personnels contre toute collecte, utilisation et communication inappropriées? Diriez-vous que vous les connaissez… [LIRE LA LISTE] T11

  • Très bien
  • Vaguement
  • Pas du tout

SAUTER LA PROCHAINE QUESTION SI LE/LA RÉPONDANT(E) NE CONNAÎT PAS D'INSTITUTION

2. Dans l'affirmative, de quelles institutions fédérales s'agit-il? [NE PAS LIRE. NE PAS SUGGÉRER] T11

  • Commissariat à la protection de la vie privée du Canada/CPVP
  • Se souvient d'un organisme, mais ne peut en préciser le nom
  • Organismes de justice (p. ex. le ministère de la Justice, les tribunaux)
  • Organismes d'application de la loi et agences de sécurité (p. ex. GRC/police/SCRS)
  • Agence du revenu du Canada
  • Organismes de protection des consommateurs
  • Ombudsman du gouvernement
  • Emploi et Développement social Canada (autrefois RHDCC)
  • Banques (en général)
  • Commission(s) des droits de la personne
  • Statistique Canada
  • Organismes gouvernementaux du domaine de la santé (p. ex. Santé Canada)
  • Loi sur l'accès à l'information et Loi sur la protection des renseignements personnels/loi sur le respect de la vie privée/liberté d'accès à l'information/lois
  • CRTC (Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes)
  • Autre. Veuillez préciser :

3. Comment évalueriez-vous votre connaissance du droit à la vie privée à l'égard des lois qui protègent vos renseignements personnels? Veuillez répondre au moyen d'une échelle de sept points, où " 1 " signifie très mauvaise et " 7 ", très bonne. T11 MODIFIÉE

4. En général, dans quelle mesure vous préoccupez-vous de la protection de votre vie privée? Veuillez répondre au moyen d'une échelle de sept points, où " 1 " signifie que vous n'êtes aucunement préoccupé(e) et " 7 ", que vous êtes extrêmement préoccupé(e). T12

5. Quand vous songez aux risques pour la protection de votre vie privée, selon vous, quelle est la probabilité que chacune des situations suivantes se produise? Veuillez répondre au moyen d'une échelle de sept points, où " 1 " signifie tout à fait improbable et " 7 ", extrêmement probable. [LIRE/ASSURER LA ROTATION DES ÉLÉMENTS DE LA LISTE]

  1. Vol d'identité, c'est-à-dire que quelqu'un se fait passer pour vous dans plusieurs situations, dans le monde réel ou en ligne.
  2. Quelqu'un utilise votre carte de crédit ou de débit pour effectuer des achats non autorisés.
  3. Quelqu'un a accès à vos renseignements personnels sur votre ordinateur ou un appareil mobile sans votre autorisation.

6. La technologie évolue constamment, ce qui crée de nouvelles menaces pour la protection de la vie privée. Un certain nombre d'appareils et de services commencent à faire leur apparition, et nombre d'entre eux pourraient rapidement devenir courants au Canada. Lorsque vous songez aux risques pour la protection de votre vie privée, dans quelle mesure êtes-vous préoccupé(e) par ce qui suit? [LIRE/ASSURER LA ROTATION DES ÉLÉMENTS DE LA LISTE] Veuillez répondre au moyen d'une échelle de sept points, où " 1 " signifie que vous n'êtes aucunement préoccupé(e) et " 7 ", que vous êtes extrêmement préoccupé(e).

  1. Utilisation par des particuliers ou des entreprises de véhicules aériens sans pilote, appelés drones, capables de prendre des photos et d'enregistrer des vidéos dans votre quartier.
  2. Accessoires intelligents, comme des montres intelligentes, des podomètres et des moniteurs cardiaques, qui recueillent des renseignements personnels sur vous.
  3. Enregistreurs de données routières utilisés par les compagnies d'assurance automobile pour consigner vos habitudes au volant en vue d'établir le coût de votre assurance.
  4. Résultats de tests génétiques utilisés à des fins non reliées à la santé, par exemple pour déterminer l'admissibilité à une assurance ou à un emploi.

7. Avez-vous déjà recherché activement des renseignements au sujet de votre droit à la vie privée, par exemple en communiquant avec une organisation, en visitant un site Web ou en consultant une publication afin d'obtenir des conseils? T11

  • Oui [PASSER À LA QUESTION 7a]
  • Non [PASSER À LA QUESTION 7b]

7a. Où vous êtes-vous adressé pour obtenir ces renseignements? [NE PAS LIRE LA LISTE; ACCEPTER DEUX RÉPONSES]

  • Commissariat ou commissaire fédéral à la protection de la vie privée
  • Commissariat ou commissaire provincial à la protection de la vie privée
  • Gouvernement (mention générale)
  • Site Web du gouvernement
  • Police / maintien de l'ordre
  • Téléchargement d'une application sur la protection de la vie privée
  • Moteur de recherche (p. ex. Google)
  • Internet ou sites Web (mention générale)
  • Amis, famille, collègues
  • Médias (mention générale)
  • Médias sociaux
  • Autre [PRÉCISER]

7b. Si vous aviez besoin d'information sur votre droit à la vie privée, à qui vous adresseriez-vous ou comment feriez-vous pour obtenir cette information? [NE PAS LIRE; ACCEPTER DEUX RÉPONSES]

  • Commissariat ou commissaire fédéral de protection à la vie privée
  • Commissariat ou commissaire provincial à la protection de la vie privée
  • Gouvernement (mention générale)
  • Site Web du gouvernement
  • Police / maintien de l'ordre
  • Moteur de recherche (p. ex. Google)
  • Internet ou sites Web (mention générale)
  • Avocat
  • Amis, famille, collègues
  • Médias (mention générale)
  • Médias sociaux
  • Autre [PRÉCISER]

8. Veuillez évaluer la mesure dans laquelle vous êtes d'accord ou en désaccord avec les énoncés suivants, en utilisant une échelle de sept points, où " 1 " signifie que vous êtes tout à fait en désaccord et " 7 ", que vous êtes entièrement d'accord. (LIRE/ASSURER LA ROTATION DES ÉLÉMENTS DE LA LISTE) T11 MODIFIÉE

  1. Je suis d'avis que mes renseignements personnels sont moins protégés dans le cadre de mes activités quotidiennes qu'il y a 10 ans.
  2. J'ai confiance que je dispose de suffisamment de renseignements pour savoir comment les nouvelles technologies peuvent affecter la protection de ma vie privée.
  3. J'ai peu d'attente concernant la protection de la vie privée à l'heure actuelle, que ce soit en ligne ou dans le monde réel en raison du nombre de choses qui peuvent y porter atteinte.
  4. J'ai subi un préjudice par suite de l'utilisation malveillante, de la communication ou de la perte de mes renseignements personnels par une organisation.
  5. Lorsque je communique mes renseignements personnels à une organisation, je suis sûr(e) de comprendre l'utilisation qu'elle en fera.

ASSURER LA ROTATION DES DEUX PROCHAINES QUESTIONS

9. Selon vous, dans quelle mesure les entreprises prennent-elles au sérieux leur responsabilité de protéger les renseignements personnels des consommateurs? Veuillez utiliser une échelle de sept points, où " 1 " signifie que l'entreprise ne prend pas du tout au sérieux cette responsabilité, " 7 ", qu'elle la prend très au sérieux et " 4 ", qu'elle prend cette responsabilité un peu au sérieux. T11

10. Selon vous, dans quelle mesure le gouvernement fédéral prend-il au sérieux sa responsabilité de protéger les renseignements personnels qui concernent les citoyens? Veuillez utiliser une échelle de sept points, où " 1 " signifie que le gouvernement ne prend pas du tout au sérieux cette responsabilité, " 7 ", qu'il la prend très au sérieux et " 4 ", qu'il prend cette responsabilité un peu au sérieux. T11

Protection de la vie privée en ligne et sur un appareil mobile

11. Lesquels des appareils suivants utilisez-vous pour accéder à Internet? [LIRE LA LISTE; ACCEPTER TOUT CE QUI S'APPLIQUE]

  • Un ordinateur de bureau ou un ordinateur portable
  • Un téléphone intelligent
  • Une tablette

  • RÉPONSE SPONTANÉE : Un autre type d'appareil mobile
  • RÉPONSE SPONTANÉE : N'utilise pas Internet [SAUTER CETTE SECTION]

Les prochaines questions portent sur des problèmes ayant trait à la protection de la vie privée en ligne ou sur un appareil mobile.

12. Plusieurs services Internet, par exemple des sites de médias sociaux, des blogues ou d'autres sites Web, permettent aux gens d'afficher de l'information sur eux-mêmes. Dans quelle mesure vous préoccupez-vous de l'affichage en ligne des types de renseignements personnels que voici? Veuillez répondre au moyen d'une échelle de sept points, où " 1 " signifie que vous n'êtes aucunement préoccupé(e) et " 7 ", que vous êtes extrêmement préoccupé(e). T12 MODIFIÉE

  1. Vos coordonnées, comme votre nom, votre numéro de téléphone, votre adresse ou votre adresse électronique.
  2. Des photos ou vidéos personnelles.
  3. Des renseignements au sujet de vos activités sociales.
  4. Des renseignements au sujet du lieu où vous vous trouvez, par exemple où vous vous trouvez à un moment donné, ou le moment et l'endroit où une photo a été prise.
  5. Vos opinions personnelles au sujet de personnes, d'enjeux ou de choses.

13. Lorsque vous songez à l'information accessible en ligne vous concernant, dans quelle mesure êtes-vous préoccupé(e) par chacun des points suivants? Par exemple, dans quelle mesure êtes-vous préoccupé(e) par la possibilité que...? (LIRE/ASSURER LA ROTATION DES ÉLÉMENTS DE LA LISTE) Veuillez répondre au moyen d'une échelle de sept points, où " 1 " signifie que vous n'êtes aucunement préoccupé(e) et " 7 ", que vous êtes extrêmement préoccupé(e). T11 MODIFIÉE

  1. des sociétés de marketing utilisent ces renseignements pour analyser ce que vous aimez et n'aimez pas.
  2. des entreprises ou des organisations utilisent ces renseignements pour établir si vous satisfaites aux critères établis pour un poste ou une promotion;
  3. des entreprises ou des organisations utilisent ces renseignements pour prendre des décisions vous concernant, par exemple pour une demande de règlement auprès d'une compagnie d'assurance ou une protection en matière de santé.
  4. des gouvernements utilisent ces renseignements à d'autres fins, par exemple pour vérifier des demandes de prestations sociales ou le paiement d'impôts.
  5. des organismes d'application de la loi ou des agences de sécurité les recueillent à des fins de surveillance par le gouvernement.
  6. il y ait une incidence sur votre réputation personnelle à mesure que des entreprises ou organismes recueillent et réunissent de plus en plus de renseignements et les utilisent pour établir votre profil.

14. Avez-vous consulté un site Web où apparaissaient des publicités qui semblaient correspondre à vos intérêts?

  • Oui
  • Non [SAUTER LA PROCHAINE QUESTION]

15. Qu'avez-vous pensé de ces publicités en ligne ciblées? Veuillez évaluer dans quelle mesure vous êtes d'accord ou en désaccord avec les énoncés suivants au moyen d'une échelle de sept points, où " 1 " signifie que vous êtes entièrement en désaccord et " 7 ", que vous êtes entièrement d'accord.

  1. Les annonces publicitaires m'ont été utiles.
  2. En raison des publicités, j'ai eu l'impression que ma vie privée était moins protégée en ligne.
  3. Je préfère des publicités en ligne aléatoires et non ciblées.

POSER AUX UTILISATEURS D'APPAREILS MOBILES (SELON LA RÉPONSE À LA Q11) LES TROIS QUESTIONS SUIVANTES

Les téléphones intelligents et les tablettes ont la capacité d'enregistrer divers renseignements vous concernant, depuis vos courriels et vos messages textes jusqu'à vos photos et vidéos, en passant par vos renseignements bancaires et même le lieu où vous vous trouvez.

16. Compte tenu des renseignements personnels stockés sur votre téléphone intelligent ou votre tablette, en cas de vol ou de perte, dans quelle mesure seriez-vous préoccupé(e) par la possibilité que quelqu'un utilise vos renseignements personnels d'une manière qui vous porte préjudice à vous ou à quelqu'un que vous connaissez? Veuillez répondre au moyen d'une échelle de sept points, où " 1 " signifie que vous n'êtes aucunement préoccupé(e) et " 7 ", que vous êtes extrêmement préoccupé(e).

17. Veuillez me dire si vous faites l'une des choses suivantes. Est-ce que vous…? (LIRE/ASSURER UNE ROTATION DES ÉLÉMENTS DE LA LISTE. ACCEPTER " OUI/NON " POUR CHAQUE ÉLÉMENT) T11 MODIFIÉE

  1. utilisez votre appareil technologique personnel comme une tablette, une clé USB ou un disque dur amovible, un ordinateur portable ou un téléphone intelligent à des fins professionnelles.
  2. utilisez un mot de passe sur votre téléphone intelligent ou votre tablette.
  3. ajustez les paramètres sur votre téléphone intelligent ou votre tablette afin de limiter la quantité de renseignements personnels qui sont partagés avec d'autres.

18. Vous est-il arrivé… : [ACCEPTER OUI OU NON POUR CHAQUE ÉLÉMENT]

  1. de décider de ne pas installer une application voire de la désinstaller en raison de vos préoccupations concernant la quantité de renseignements personnels qu'il aurait fallu présenter? T12 MODIFIÉE
  2. d'arrêter la fonction de géolocalisation de votre appareil mobile parce que vous vous préoccupiez du risque que d'autres puissent avoir accès à ces renseignements? T12

Gestion des renseignements personnels

19. Récemment, les médias ont signalé un certain nombre d'incidents où des renseignements personnels sensibles, comme des photos privées et des renseignements sur le débit et le crédit, avaient été perdus, volés ou rendus publics. Dans quelle mesure ces nouvelles ont-elles influé sur votre disposition à communiquer des renseignements personnels à des organisations? Veuillez répondre au moyen d'une échelle de sept points, où " 1 " signifie pas du tout et " 7 ", beaucoup.

20. Vous est-il arrivé de refuser de fournir vos renseignements personnels à une organisation?

  • Oui
  • Non

21. Au cours de la dernière année, avez-vous demandé à une entreprise comment elle utilisait vos renseignements personnels ou protégeait votre vie privée avant de faire affaire avec elle?

  • Oui
  • Non [SAUTER LA PROCHAINE QUESTION]

22. Qu'est-il arrivé... Avez-vous choisi de faire affaire avec cette entreprise en raison de ses pratiques en matière de protection de la vie privée ou avez-vous choisi de ne pas faire affaire avec elle en raison de préoccupations liées à la protection des renseignements personnels?

23. Choisiriez-vous de faire affaire avec une entreprise spécifiquement parce qu'elle… : [ACCEPTER OUI OU NON POUR CHAQUE ÉLÉMENT]

  • …ne recueille pas vos renseignements personnels?
  • …a bonne réputation quant à ses pratiques en matière de protection de la vie privée?

NE PAS POSER AUX PERSONNES QUI N'UTILISENT PAS INTERNET

24. Est-il déjà arrivé que quelque chose qui était affiché en ligne par vous, un parent, un membre de votre famille ou un ami à votre sujet ait des répercussions négatives dans votre vie, d'une façon ou d'une autre? Il peut s'agir de quelque chose que vous auriez vous-même affiché sur Internet ou que quelqu'un d'autre aurait publié à votre sujet, tant une photo qu'un texte ou un autre genre d'affichage sur Internet.

  • Oui
  • Non [SAUTER LES DEUX PROCHAINES QUESTIONS]

25. Qu'avez-vous fait ou qu'a fait le responsable de l'affichage en ligne? [NE PAS LIRE LA LISTE]

  • Rien
  • Supprimé l'affichage en ligne
  • Demandé à la personne qui a affiché l'information de la supprimer
  • Demandé au site Web où l'information était affichée de la retirer
  • Cherché de l'information en ligne
  • Communiqué avec la police
  • Appelé un avocat
  • Autre [PRÉCISER]

26. Le problème a-t-il été résolu à votre satisfaction?

  • Oui
  • Non

Gouvernement, sécurité nationale et sécurité publique

Changeons de sujet.

27. Jusqu'à quel point êtes-vous à l'aise face à des ministères et organismes ? il pourrait s'agir d'agences de renseignement ? , qui feraient ce qui suit? [LIRE LA LISTE ET ASSURER LA ROTATION DES ÉLÉMENTS DE LA LISTE] Veuillez répondre au moyen d'une échelle de sept points, où " 1 " signifie pas du tout à l'aise et " 7 ", tout à fait à l'aise.

  1. Communiquer les renseignements personnels recueillis aux postes frontaliers et dans les aéroports [ÉCHANTILLON FRACTIONNÉ : au gouvernement des États-Unis ou à des autorités ou gouvernements étrangers].*
  2. Communiquer les renseignements personnels recueillis aux postes frontaliers et dans les aéroports à d'autres ministères et organismes canadiens.
  3. Utiliser des véhicules aériens sans pilote, ou drones, pour effectuer une surveillance frontalière.
  4. Utiliser des véhicules aériens sans pilote, ou drones, pour effectuer une surveillance générale de manifestations.
  5. Demander à des entreprises de télécommunications de fournir les renseignements personnels qu'elles détiennent sur des personnes sans qu'un mandat soit délivré.
  6. Utiliser des caméras de surveillance vidéo ou audio dans des lieux publics à des fins d'application de la loi ou de sécurité publique.

28. Au cours de la dernière année, avez-vous vu, lu ou entendu quoi que ce soit à propos des activités de surveillance et de collecte de renseignements aux fins de la sécurité nationale?

  • Oui
  • Non [PASSER LES DEUX PROCHAINES QUESTIONS]


  • RÉPONSE SPONTANÉE : peut-être

29. Quand vous réfléchissez à cette question, dans quelle mesure comprenez-vous quels renseignements sont recueillis, utilisés ou communiqués par des activités de collecte de renseignements au Canada? Diriez-vous… qu'on en recueille énormément, moyennement, pas beaucoup ou pas du tout?

30. Pensez-vous que ces organismes devraient expliquer leurs activités aux Canadiens et leur incidence sur la protection de leur vie privée?

  • Oui
  • Non

Enfin,

31. Veuillez indiquer dans quelle mesure vous êtes d'accord ou en désaccord sur les énoncés suivants, en utilisant une échelle de sept points, où " 1 " signifie que vous êtes tout à fait en désaccord et " 7 ", que vous êtes entièrement d'accord. [LIRE; NE PAS ASSURER LA ROTATION DES ÉLÉMENTS DE LA LISTE]

  1. Je ne comprends pas bien ce que fait le gouvernement avec les renseignements personnels qu'il recueille.
  2. Je suis convaincu(e) que lorsque je communique mes renseignements personnels au gouvernement, ils ne seront pas utilisés de manière malveillante, perdus ou volés.
  3. Si j'ai des préoccupations concernant le traitement de mes renseignements personnels par le gouvernement, je suis certain(e) que ce dernier les prendra au sérieux.

Données démographiques

Les dernières questions ne serviront qu'à des fins de classification.

32. Quelle est votre année de naissance? Inscrire l'année :

33. Quelle langue parlez-vous le plus souvent à la maison?

  • Anglais
  • Français
  • Autre

34. Parmi les diplômes suivants, quels sont ceux que vous avez obtenus? [LIRE LA LISTE; ACCEPTER TOUTES LES RÉPONSES]

  • Diplôme d'études secondaires ou l'équivalent
  • Apprentissage enregistré ou diplôme ou certificat d'une école de métiers
  • Diplôme d'études collégiales (p. ex. cégep), ou certificat ou diplôme non universitaire
  • Grade, certificat ou diplôme universitaire
  • Aucun
  • [NE PAS LIRE] Refus

POSER À L'ÉCHANTILLON PAR TÉLÉPHONE CELLULAIRE

C1. En plus de votre téléphone cellulaire, est-ce que vous avez une ligne téléphonique traditionnelle ou terrestre à votre résidence?

  • Oui
  • Non

POSER À L'ÉCHANTILLON PAR TÉLÉPHONE RÉSIDENTIEL

C2. En plus de votre ligne téléphonique résidentielle, est-ce que vous ou une autre personne qui habite avec vous utilisez également un ou plusieurs numéros de téléphones cellulaires?

  • Oui
  • Non

Voilà qui met fin à l'entrevue. Nous vous remercions de vos commentaires.

Nous apprécions votre collaboration.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes (obligatoire) : Erreur 1 : Ce champ est obligatoire.

Remarque

Date de modification :