Les technologies de localisation : mobilité, surveillance et protection de la vie privée

Cette page Web a été archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Organisation

Université Queen's

Publication

2005

Sommaire

Ce rapport examine les nouvelles préoccupations à l’égard de la protection de la vie privée qui découlent des services axés sur l’emplacement, les technologies sous-jacentes à ces derniers et l’avènement du repérage en temps réel. L’objet de la recherche est d’attirer l’attention sur les préoccupations courantes que suscitent la localisation des personnes utilisant de telles technologies, y compris les mesures que prennent les fabricants et les fournisseurs de services pour assurer la conformité aux lois sur la protection de la vie privée au Canada. Les auteurs se penchent également sur la question de savoir si les stratégies intégrées répondent aux attentes du public à l’égard de tels services.

L’information provient notamment d’entrevues qui se sont déroulées en 2005, essentiellement en Ontario, avec des experts de l’industrie. Au nombre des sources d’information secondaires, mentionnons les reportages des médias, les sites Web des industries, les enquêtes publiées et les politiques des industries sur la protection de la vie privée.

Les auteurs définissent les technologies de localisation comme celles pouvant dégager des coordonnées de façon continue et en temps réel. Les principales technologies du genre prises en compte dans le rapport sont les technologies de localisation par téléphone cellulaire, dont certaines fonctionnent par réseau et d’autres nécessitent un combiné muni d’un système mondial de localisation (GPS). Les auteurs se penchent également sur d’autres technologies activées par GPS comme les systèmes de navigation automobile. Sont exclues les technologies de repérage comme les étiquettes d’identification par radiofréquence (IRF) et les systèmes de télévision en circuit fermé puisqu’elles ne sont pas en mesure de produire des données de localisation précises, en temps réel et de façon continue sur une personne.

Les auteurs examinent les prévisions du marché, les facteurs du marché et les obstacles à la croissance des services axés sur l’emplacement, de même que les enjeux liés à la protection de la vie privée liés à de tels services. Selon eux, les principaux transporteurs sans fil et fournisseurs de services axés sur l’emplacement au Canada se montreront probablement proactifs en prévoyant et abordant les préoccupations juridiques et publiques à propos de la collecte, de l’utilisation et de la communication pertinentes des renseignements personnels des clients, mais ils pourraient ne pas investir les ressources nécessaires pour parer aux problèmes éventuels en matière de sécurité des données.

Selon les auteurs, la nature des renseignements de localisation permettra de brosser un tableau plus détaillé des schémas de mouvement individuels et collectifs lequel invitera à la création de nouveaux algorithmes visant à déduire les rapports possibles entre la mobilité et l’identité. Ils indiquent également que les données de localisation sont stockées à des fins de marketing futur pour cibler des publics de consommateurs et recueillir de l’information concernant la mobilité des populations, ce qui implique bien souvent l’utilisation évoluée de données anonymes et groupées pour classer les consommateurs en groupes cibles précis. Les auteurs soulignent que, même si les lois sur la protection de la vie privée telles que la LPRPDE sont sans l’ombre d’un doute nécessaires pour protéger les droits des personnes, elles ne sont pas conçues pour donner suite aux pratiques commerciales de tri social rendues possibles par l’utilisation de données groupées anonymes.

Le rapport comporte des recommandations concernant la recherche future sur plusieurs variables qui influent sur les attitudes qu’ont les gens à l’égard des technologies de localisation et de leurs répercussions sur la protection de la vie privée, y compris le rôle joué par le gouvernement, l’industrie et les médias. Les auteurs estiment qu’on a besoin d’études comparatives sur les technologies de localisation pour les mettre en parallèle avec celles d’autres pays ayant des populations urbaines plutôt denses qui font un usage généralisé des téléphones cellulaires. Ils proposent également de poursuivre les recherches sur la précision des prédictions faites au sujet des développements commerciaux et technologiques par les entreprises de recherche en marketing; les vulnérabilités du stockage et de la gestion des données des secteurs privé et public, y compris les données de localisation; et les enjeux relatifs à la convergence des médias en tenant compte des approches politiques traditionnelles qu’applique le gouvernement devant divers médias de masse et médias des communications.

Ce document est disponible dans la (les) langue(s) suivante(s) :

Anglais seulement

Recherche subventionnée par le CPVP

Ce projet a reçu un soutien financier dans le cadre du Programme des contributions du Commissariat à la protection de la vie privée du Canada. Les opinions exprimées dans les rapports et les sommaires sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement l’opinion du Commissariat à la protection de la vie privée du Canada. Les sommaires ont été fournis par les auteurs des projets. Veuillez noter que les projets sont publiés dans leur langue d’origine.

Renseignements

Queen's University
99 University Avenue
Kingston, Ontario
Canada
K7L 3N6

Site Web : http://www.queensu.ca/
Tél. : (613) 533-2000

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes (obligatoire) : Erreur 1 : Ce champ est obligatoire.

Remarque

Date de modification :