Stratégies de formulation de politiques sur la protection de la vie privée compréhensibles pour les enfants

Cette page Web a été archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Organisation

Université Western Ontario

Publication

2007

Sommaire

Cette recherche visait à dégager des directives pour la rédaction de politiques sur la protection de la vie privée que les enfants et les adolescents pourraient interpréter avec relativement d’aisance et de précision. La poursuite de cet objectif nécessitait une stratégie en trois volets. En premier lieu, les auteures ont analysé la documentation pertinente sur la capacité de lecture et la compréhension de texte au sein des groupes d’âge cibles. En deuxième lieu, elles ont créé des groupes de discussion avec des enfants et des adolescents pour examiner leur expérience et leur pratique de consultation et d'interprétation de politiques en matière de protection de la vie privée sur les sites préférés qui leur étaient destinés. À partir des résultats obtenus, les auteures ont établi un ensemble de directives éventuelles pour la rédaction de politiques sur la protection de la vie privée, dont on a fait l’essai empirique dans la troisième phase de la recherche. Le résultat final est un ensemble de directives pour la rédaction de politiques sur la protection de la vie privée qui, selon les auteures, améliore la donne en rehaussant fortement l’intelligibilité des politiques sur la protection de la vie privée dont prennent connaissance les enfants et adolescents canadiens lorsqu’ils naviguent sur Internet.

La recherche que les auteures et d’autres ont menée antérieurement indique qu’il est difficile de trouver des politiques sur la protection de la vie privée, que ces dernières sont longues et souvent écrites à un niveau d'intelligibilité non accessible à la plupart des adultes. Cette recherche antérieure a permis aux auteures d’apprendre que 49 des 50 principaux sites pour les enfants contiennent des politiques sur la protection de la vie privée. Toutefois, il est souvent difficile de trouver ces politiques. En outre, elles tendent à être longues (1 902 mots en moyenne) et leur niveau de lecture moyen est à mi-chemin entre la 11e et la 12e année. (Le niveau de 8e année est celui qu’on recommande pour les documents destinés aux adultes, selon le test Flesch.)

Bien qu’on ait habituellement recours aux formules de lisibilité pour évaluer le niveau d’intelligibilité des politiques sur la protection de la vie privée, les auteures préviennent que la rédaction de politiques en fonction des formules de lisibilité n’est pas en soi une garantie de compréhension. L’essentiel du rapport porte sur un ensemble de directives proposées pour aborder la rédaction des politiques sur la protection de la vie privée, la structure du texte et la conception globale des politiques. Il existe 14 directives précises regroupées sous ces trois catégories. À titre d’exemple, l’une des directives fait valoir qu’il faudrait éviter la construction avec double négation. Ces directives reposent sur la rétroaction du lecteur et la recherche antérieure concernant les facteurs qui influent sur la compréhension de textes. La description prolongée de chaque directive comporte des constatations de recherche pertinentes, des observations formulées par des jeunes qui sont pertinentes à la directive, et des exemples pratiques d’application positive et négative de la directive. Pour tester l’efficacité des directives, les auteures ont comparé les versions originales et révisées des politiques mêmes en ligne (avec des dénominations maquillées). En tout, 35 participants âgés de 11 à 17 ans ont participé au test. Les politiques révisées ont amélioré le degré de compréhension, et les participants étaient mieux en mesure de faire rapport avec précision sur l’information recueillie par l'entremise du site. En outre, les participants ont très majoritairement préféré les versions remaniées. Le rapport inclut un tableau utile résumant les directives.

Les auteures se sont également rendu compte que les jeunes se souciaient de la protection de leur vie privée. Dans les groupes de discussion dirigés par les auteures, il est devenu évident que, bien que la protection de la vie privée ne soit pas un objectif premier de l’activité en ligne (à cet égard, les auteures considèrent que les enfants ne sont pas différents des adultes), il va de soi que les enfants et les adolescents ne se sentent pas à l’aise avec l’omniprésence de la surveillance en ligne, mais ont le sentiment de n’avoir aucune prise sur la question. Comme le disait si bien une jeune fille: « Il y a des portes sur Internet, mais elles sont brisées ».

Les auteures ont également constaté que les enfants et les adolescents se méfient généralement des organisations qui recueillent des renseignements personnels sur Internet, et que cette méfiance imprègne leurs attentes vis-à-vis des politiques sur la protection de la vie privée dont ils prennent connaissance en ligne. Selon eux, ces politiques visent à compliquer les efforts pour découvrir ce qui se produit avec leurs renseignements, et ils prêtent aux rédacteurs de ces lois une mauvaise volonté. Selon un adolescent de 17 ans, ils exploitent les jeunes parce qu’ils savent qu’ils n’ont pas une capacité de lecture de niveau universitaire.

Ce document est disponible dans la (les) langue(s) suivante(s) :

Anglais seulement

Recherche subventionnée par le CPVP

Ce projet a reçu un soutien financier dans le cadre du Programme des contributions du Commissariat à la protection de la vie privée du Canada. Les opinions exprimées dans les rapports et les sommaires sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement l’opinion du Commissariat à la protection de la vie privée du Canada. Les sommaires ont été fournis par les auteurs des projets. Veuillez noter que les projets sont publiés dans leur langue d’origine.

Renseignements

Western University,
London, Ontario,
Canada,
N6A 3K7

Website: http://www.uwo.ca/ 
Tel: (519) 661-2111

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes (obligatoire) : Erreur 1 : Ce champ est obligatoire.

Remarque

Date de modification :