La vidéosurveillance au Canada : atelier de recherche

Cette page Web a été archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Organisation

Université Queen’s

Publication

2010

Sommaire

Dans bon nombre de pays, la surveillance par caméra est courante, et les citoyens et consommateurs sont de plus en plus conscients qu’ils font l’objet d’une surveillance dans leur vie de tous les jours. De fait, la surveillance par caméra est habituellement perçue comme l’archétype des technologies et processus de surveillance modernes. Même si on assiste parfois à des débats vigoureux sur leur introduction, beaucoup d’autres tiennent les caméras pour acquis ou même applaudissent leur installation. Toutefois, les résultats concrets de la présence de caméras de surveillance font toujours l’objet de beaucoup de débats. Les données internationales indiquent qu’elles ont très peu d’effet sur la réduction des infractions et particulièrement qu’elles n’améliorent pas la sécurité des gens. En revanche, elles permettent de soumettre certains groupes à une plus grande surveillance officielle et d’étendre la portée des « sociétés de surveillance » d’aujourd’hui.

En janvier 2010, le Surveillance Camera Awareness Network (SCAN) a organisé un atelier de deux jours pour discuter de la surveillance par caméra au Canada. Cet atelier visait à approfondir les constatations du Rapport sur la surveillance par caméras au Canada (la première partie a été publiée en janvier 2009 et la deuxième partie, en décembre 2009) préparé par SCAN et financé par le Commissariat à la protection de la vie privée en vertu du Programme de contributions 2008-2009 (disponible au http://www.sscqueens.org/projects/scan), en dégageant de nouvelles constatations, précises et indépendantes, sur la surveillance par caméra au Canada, ainsi qu’à avoir une discussion ouverte et publique sur les enjeux liés à la protection de la vie privée et à la surveillance par caméra. L’atelier a traité des sujets suivants : les perceptions du public à l’égard de la surveillance par caméra au Canada (Dawson), l’élaboration d’un code de signalisation CCTV canadien (Clement et Ferenbok), et ce que le Canada peut tirer de l’expérience de la vidéosurveillance dans d’autres pays (Murakami-Wood).

SCAN prévoit publier un livre sur l’atelier, qui regroupera les articles et les présentations de l’événement.

Ce document est disponible dans la (les) langue(s) suivante(s) :

Anglais seulement

Recherche subventionnée par le CPVP

Le Programme des contributions du CPVP finance la recherche et les projets indépendants portant sur la protection de la vie privée. Les opinions exprimées dans les rapports et les sommaires sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement l’opinion du Commissariat à la protection de la vie privée du Canada. Les sommaires ont été fournis par les auteurs des projets. Notez que les projets sont publiés dans leur langue d'origine.

Renseignements

Queen's University
99 University Avenue
Kingston, Ontario
Canada
K7L 3N6

Site Web : http://www.queensu.ca/
Tél. : (613) 533-2000

Date de modification :