Gérer le risque de repersonnalisation des dossiers à grande diffusion

Cette page Web a été archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Organisation

Institut de recherche CHEO : Laboratoire des dossiers de santé électroniques

Publication

2011

Sommaire

La demande est très forte pour les données. Il peut s’agir de données associées aux finances, à la santé, aux transactions en ligne (parcours de navigation) ou aux déplacements. De telles données peuvent être utilisées pour concevoir ou améliorer de nouveaux produits et services, à des fins de recherche ou de santé publique et pour connaître, ou même modifier, le comportement des citoyens. Il a été démontré qu’un meilleur accès aux données présentait de nombreux avantages pour la société. Par exemple, il peut faciliter la création de richesse et améliorer la santé de la population.

Dans ce rapport, les chercheurs s’intéressent à la communication des renseignements d’une personne. Toute communication de renseignements personnels soulèvera des préoccupations sur le plan de la protection de la vie privée si ces renseignements sont rendus publics. Les gens seront inquiets d’apprendre que leurs renseignements personnels de nature médicale ou financière, par exemple, sont accessibles au public.

Le rapport traite en détail des principes, paramètres et méthodes pouvant être utilisés pour gérer les risques d’atteinte à la vie privée associés à la communication de données et pour s’assurer que la possibilité de repersonnaliser les données contenues dans les dossiers à grande diffusion est faible, tout comme la probabilité de trouver des renseignements sensibles au sujet d’une personne. Les chercheurs font état de méthodes pour évaluer ce qui constitue un risque « faible » et pour déterminer les niveaux adéquats de limitation de l’accès aux données publiques. L’objectif consiste à outiller les responsables des données afin qu’ils puissent prendre des décisions éclairées quant à la meilleure façon de communiquer ces données, tout en assurant la protection de la vie privée des personnes concernées.

Le présent rapport et d’autres recherches du Laboratoire des dossiers de santé électroniques seront regroupés dans un livre à paraître en 2012.

Ce document est disponible dans la (les) langue(s) suivante(s) :

anglais seulement

Recherche subventionnée par le CPVP

Le Programme des contributions du CPVP finance la recherche et les projets indépendants portant sur la protection de la vie privée. Les opinions exprimées dans les rapports et les sommaires sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement l’opinion du Commissariat à la protection de la vie privée du Canada. Les sommaires ont été fournis par les auteurs des projets. Notez que les projets sont publiés dans leur langue d'origine.

Renseignements

CHEO Research Institute
401 Smyth Road
Ottawa, Ontario
Canada

Courriel : info@ehealthinformation.ca
Site Web : http://www.ehealthinformation.ca/

Date de modification :