Interception des communications électroniques et protection de la vie privée : peut-on concilier les exigences de la protection de la vie privée et de la sécurité nationale?

Cette page Web a été archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Organisation

Université d’Ottawa

Publication

2012

Sommaire

Cette étude est fondée sur l’examen des développements récents et contemporains dans le domaine de la sécurité nationale du Canada qui portent sur la pratique d’interception des communications et qui ont de graves conséquences sur la protection des renseignements personnels.

La Partie A examine les rapports publics du commissaire du Centre de la sécurité des télécommunications (CST), le guichet unique par le biais duquel la population canadienne peut prendre connaissance des activités de l’un des principaux organismes du Canada pour la collecte des communications électroniques.

La Partie B examine la stratégie nationale de cybersécurité, publiée en 2010. Comme il est indiqué dans la stratégie, un nouveau bureau a été créé au sein de la Sécurité publique, le Centre canadien de réponse aux incidents cybernétiques (CCRIC), dont le mandat et les capacités ne sont que généralement définis et qui fonctionnera sans aucune forme d’évaluation externe.

La Partie C se penche sur l’insistance fortement ancrée dans le Plan d’action sur la sécurité du périmètre et la compétitivité économique (annoncé le 11 décembre 2011) qui vise l’atteinte d’un échange d’information accru sur une grande variété de sujets, y compris la cybersécurité.

Le dernier volet de l’étude, la Partie D, examine le controversé projet de loi sur l’ « accès légal ». L’étude examine le mérite relatif pour la sécurité nationale et la protection de la vie privée des plans réglementés par rapport aux plans non réglementés visant la capacité à intercepter des « fournisseurs de services de télécommunications » (FST) du secteur privé et des agents gouvernementaux.

Dans la Conclusion, le chercheur démontre comment l’accroissement de l’interception des communications électroniques, une caractéristique de l’époque du renseignement de l’après 11 septembre 2001, peut cohabiter avec les mesures de protection en matière de vie privée en adoptant le cadre approprié.

Ce document est disponible dans la (les) langue(s) suivante(s) :

Anglais seulement

Recherche subventionnée par le CPVP

Ce projet a reçu un soutien financier dans le cadre du Programme des contributions du Commissariat à la protection de la vie privée du Canada. Les opinions exprimées dans les rapports et les sommaires sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement l’opinion du Commissariat à la protection de la vie privée du Canada. Les sommaires ont été fournis par les auteurs des projets. Veuillez noter que les projets sont publiés dans leur langue d’origine.

Renseignements

75 Laurier Avenue East
Ottawa ON K1N 6N5
Canada

Courriel : uOttawaInfo@uOttawa.ca
Site Web : http://www.uottawa.ca/welcome.html
Tél. : 613-562-5700
Téléc. : 613-562-5323

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes (obligatoire) : Erreur 1 : Ce champ est obligatoire.

Remarque

Date de modification :