Article sur TELUS AVERTIMD : Document de travail du Commissariat à la protection de la vie privée (CPVP) du Canada sur la protection de la vie privée et de la réputation en ligne

TELUS

Août 2016

Remarque : Ce document a été présenté par les auteurs ou auteures au Commissariat à la protection de la vie privée du Canada dans le cadre de la consultation sur la réputation en ligne.

Avertissement : Les opinions exprimées dans ce document sont celles des auteurs ou auteures et ne reflètent pas nécessairement celles du Commissariat à la protection de la vie privée du Canada.


Tout d’abord, merci d’offrir à TELUS cette occasion de participer à la discussion sur la protection de la vie privée et de la réputation en ligne, un sujet qu’elle prend au sérieux. C’est pourquoi elle a lancé TELUS AVERTI (un programme sur l’utilisation sécuritaire d’Internet et des téléphones intelligents) en 2013. Ce programme a pour but de montrer gratuitement aux Canadiens comment garantir leur sécurité en ligne, et protéger leur vie privée et leur réputation. Dans les pages suivantes, vous trouverez des réponses sommaires à quatre des cinq questions posées ci dessous, ainsi que de plus amples renseignements sur le programme TELUS AVERTI.

TELUS a lu et comprend les procédures de consultation.

Qui sont les principaux acteurs et quels sont leurs rôles et leurs responsabilités?

À TELUS, nous croyons que chaque personne joue un rôle clé dans la protection de sa vie privée et de sa réputation en ligne et doit se responsabiliser sur ce plan. Pour ce faire, il est crucial que chaque Canadien comprenne le fonctionnement des produits et services en ligne qu’il utilise et ce qu’implique le partage ou la publication d’information sur lui et les autres. À TELUS, nous croyons aussi qu’un grand éventail de groupes et d’organisations (l’industrie, le gouvernement, les services policiers, le secteur de l’éducation et les experts en la matière) doivent collaborer pour éduquer les Canadiens sur ce sujet important. À titre d’exemple, TELUS collabore avec bon nombre de groupes et d’organisations pour éduquer les Canadiens dans le cadre de son programme TELUS AVERTI. À ce jour, le programme a permis de sensibiliser près d’un million de Canadiens.

Quelles solutions pratiques, techniques, stratégiques ou juridiques faudrait il envisager pour atténuer les risques d’atteinte à la réputation en ligne?

Il est essentiel d’établir un dialogue permanent avec les Canadiens de tous les âges sur la sécurité sur Internet, y compris la protection de la vie privée et de la réputation en ligne, grâce à des séminaires donnés en personne et à du matériel éducatif multimédia (p. ex. le web, les médias imprimés et les jeux). Nous croyons que les médias interactifs constituent le meilleur moyen d’encourager ce type d’apprentissage et qu’ils doivent être utilisés dans la mesure du possible. Le fait de parler avec les Canadiens plutôt que de parler aux Canadiens favorise la participation et interpelle davantage. Nous croyons aussi qu’en plus de recourir à plusieurs médias, il est efficace d’agir sur plusieurs plans. Les outils permettant aux parents de parler de ce sujet avec leurs enfants, le matériel à inclure dans le programme scolaire, les occasions pour la population de participer à la discussion, l’éducation par des membres de l’industrie, l’éducation par les fournisseurs des produits et services concernés et les campagnes d’éducation gouvernementales : voilà des outils qui peuvent contribuer considérablement à habiliter les individus à faire des choix éclairés sur la façon dont ils partagent leurs renseignements et les endroits où ils le font, les types de renseignements qu’ils partagent et la façon d’utiliser, de partager et de transmettre les renseignements des autres. Nous croyons que les solutions juridiques, stratégiques et techniques ont aussi leur place, mais qu’elles ne peuvent entièrement remplacer la responsabilisation individuelle et la prise de décisions éclairées.

Quelles sont les autres lacunes?

Bon nombre de groupes et d’organisations ne disposent pas des fonds nécessaires afin de créer les ressources éducatives pour leurs parties constituantes (p. ex. les écoles). En collaborant (le gouvernement, l’industrie, etc.) à la création et au partage de ressources éducatives pertinentes, nous pouvons accroître considérablement les connaissances des Canadiens sur le sujet.

Faudrait-il prendre des mesures spéciales pour les groupes vulnérables?

Nous devons adapter l’information que nous transmettons sur la sécurité en ligne à de nombreux groupes, notamment les Premières nations, les lesbiennes, gais, bisexuels, transgenres et allosexuels (LGBTA), les jeunes à risque (p. ex. ceux qui quittent leur famille d’accueil) et les personnes âgées du Canada.

Si vous avez des questions sur ces réponses, n’hésitez pas à communiquer avec moi.

Bien à vous,

Pam Snively
Chef des données et du Bureau des relations de confiance, TELUS
Shelly Smith
Directrice générale, TELUS AVERTI

TELUS AVERTI (programme sur l’utilisation sécuritaire d’Internet et des téléphones intelligents) — Aperçu du programme

TELUS AVERTI est un programme éducatif unique. Axé sur la sécurité dans l’utilisation d’Internet et des téléphones intelligents, il vise à protéger les Canadiens contre les activités criminelles en ligne comme la fraude financière et la cyberintimidation. Offert gratuitement aux Canadiens, il comprend trois sous-programmes uniques.

  • TELUS AVERTI est un programme conçu pour les adultes et donne accès à ce qui suit.
    • Séminaires — Les ambassadeurs TELUS AVERTI animent des séminaires publics d’une heure afin de discuter avec les participants de la sécurité dans l’utilisation d’Internet et des téléphones intelligents. Ces séminaires sont aussi offerts sur demande aux clients d’affaires et aux partenaires d’investissement communautaire de TELUS, aux groupes de parents et aux associations communautaires.
    • Communauté virtuelle TELUS AVERTI — Le site web sécurisé offre aux utilisateurs un accès continu à des ressources, à des articles et à des formations utiles sur l’utilisation sécuritaire d’Internet et des téléphones intelligents dans leur famille.
    • Centres de formation TELUS — Dans plus de 400 magasins TELUS désignés, des spécialistes de l’apprentissage du Centre de formation TELUS offrent aux clients des formations personnalisées et individuelles sur la sécurité dans l’utilisation d’Internet et des téléphones intelligents.
  • TELUS CyberFuté est un programme de citoyenneté numérique destiné aux jeunes Canadiens de 7 à 14 ou 15 ans. Il leur offre une expérience multidimensionnelle sur la façon de devenir de bons citoyens numériques et de protéger leur empreinte numérique. Il permet aussi aux jeunes d’amasser des fonds pour les programmes de littératie numérique de leur école tout en apprenant. Nous avons récemment mis sur pied des séminaires TELUS CyberFuté que nous donnons dans les écoles pour suggérer aux jeunes des moyens de protéger leur empreinte numérique.
  • TELUS AVERTI Plein contrôle vise à sensibiliser les étudiants des niveaux secondaire et postsecondaire à l’importance de protéger et de rehausser leur réputation en ligne.

À ce jour, TELUS a sensibilisé près d’un million de Canadiens avec TELUS AVERTI. Le programme ne serait pas possible sans la collaboration fidèle de nos partenaires. Nous sommes notamment honorés que l’Association canadienne des chefs de police (ACCP) ait donné son appui au programme TELUS AVERTI. Avec l’aide de nos partenaires, nous avons créé d’importants documents de sensibilisation que vous trouverez ci-dessous.

Recherche sur la cyberintimidation

Au cours de l’été 2015, TELUS s’est associée à PREVNet et à Habilomedia pour mener un sondage à l’échelle nationale auprès de 800 jeunes âgés de 12 à 18 ans, afin d’en apprendre davantage sur leurs expériences et sur l’attitude qu’ils adoptent devant l’intimidation par voie électronique. Comme très peu de recherches ont été faites à ce sujet, nous avons voulu découvrir les facteurs qui influencent les jeunes à intervenir ou à ne pas intervenir lorsqu’ils sont témoins de cyberintimidation et connaître leur point de vue sur l’utilité de différentes manières d’agir.

Les réponses des jeunes participants dressent un portrait complexe du rôle des témoins et des choix qu’ils font dans de telles situations. Elles nous offrent également de précieux renseignements sur la façon dont les adultes peuvent leur offrir un meilleur soutien. Ces résultats, de même que leurs conséquences, seront présentés de façon détaillée dans le rapport complet.

Les points suivants présentent les résultats clés de la recherche.

Expériences de cyberintimidation

  • Il y a énormément de cyberintimidation. Au cours des quatre semaines précédant le sondage, 42 % des jeunes ont été victimes de cyberintimidation et 60 % ont été témoins de situations de cyberintimidation.
  • Les garçons et les jeunes issus des minorités étaient plus susceptibles d’avoir subi ou exercé de l’intimidation en ligne.
  • Les jeunes plus âgés étaient plus susceptibles d’être victimes de cyberintimidation que les jeunes moins âgés.
  • Les jeunes qui sont victimes de cyberintimidation sont également plus enclins à faire subir à d’autres de la cyberintimidation.

Intervention en cas de cyberintimidation

  • La bonne nouvelle, c’est que les jeunes veulent aider : 71 % des jeunes qui ont été témoins d’intimidation en ligne sont intervenus à au moins une occasion.
  • L’âge et le sexe ne font pas de différence dans la volonté d’intervenir.

Facteurs qui motivent les jeunes à intervenir ou qui les retiennent

  • La volonté des jeunes d’intervenir lorsqu’ils sont témoins d’une situation de cyberintimidation dépend de la relation qu’ils entretiennent avec la victime. En effet, 90 % d’entre eux ont indiqué qu’ils interviendraient si un membre de leur famille était victime de cyberintimidation, alors que seulement 37 % le feraient dans un cas où ils ne connaissent pas la victime personnellement.
  • On a demandé aux participants de classer 17 stratégies d’intervention dans une situation de cyberintimidation. La majorité d’entre eux croit qu’il serait utile de réconforter la victime en privé, de parler de la situation à un adulte de confiance et de discuter de la manière de gérer la situation avec un parent ou des amis.
  • Ils ont indiqué que les stratégies les moins efficaces seraient de lire le message d’intimidation et de ne rien faire, ou d’en rire.
  • Lorsqu’on les a interrogés au sujet des facteurs qui les inciteraient à intervenir, les participants ont indiqué qu’ils seraient davantage motivés à poser un geste si l’intimidation était clairement méchante ou blessante.
  • Il est également important pour les jeunes de pouvoir agir de façon anonyme et de croire que leur intervention donnera des résultats et changera réellement les choses.
  • Les récompenses et les éloges reçus à la suite d’une intervention ne sont pas perçus comme un facteur important.
  • Lorsqu’on leur a demandé s’ils étaient en accord ou en désaccord avec un certain nombre d’énoncés à propos des obstacles qui freineraient leur intervention, la plupart des jeunes ont indiqué qu’ils croyaient qu’il était possible de contrer l’intimidation en ligne. Ils ne sont toutefois pas persuadés que leurs inquiétudes seront prises au sérieux ou que les adultes les aideront. Ils ont également peur d’empirer les choses pour la victime ou de devenir eux-mêmes des victimes.
  • Contrairement aux jeunes qui n’avaient pas subi de cyberintimidation, les jeunes qui en avaient été victimes au cours des quatre semaines précédant le sondage étaient plus susceptibles de croire qu’il y aurait des conséquences négatives s’ils intervenaient.

Passer à l’action

La cyberintimidation demeure un problème important et beaucoup trop de jeunes en sont victimes. Des messages clairs ressortent du sondage :

  1. Les jeunes doivent pouvoir agir de façon autonome et participer pleinement à la prévention de la cyberintimidation et à la démarche d’intervention.
  2. Les adultes doivent agir davantage et encourager les jeunes à faire face au problème en éliminant les obstacles perçus et en les incitant à intervenir.
  3. L’entretien de relations saines et fondées sur le respect de la diversité garantira que les droits de tous les jeunes seront respectés et soutenus de façon active.

Consultez le rapport complet.

Consultez les graphiques.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes (obligatoire) : Erreur 1 : Ce champ est obligatoire.

Remarque

Date de modification :