PCA : le débat est lancé

Cette page Web a été archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Il y a deux semaines, le gouvernement provincial de la Colombie-Britannique annonçait qu’il rendrait disponible aux résidents de la province un permis de conduire amélioré (PCA). Ces permis – une première au Canada – seraient reconnus comme pouvant servir au lieu d’un passeport à la frontière entre le Canada et les États-Unis.

Qu’est-ce qui les rend « améliorés »? La version britanno-colombienne du PCA arborera un drapeau canadien et contiendra un code spécial qui sera utilisé par les autorités frontalières, mais elle comprendra aussi une puce d’identification par radiofréquence (IRF). Ces puces contiennent des numéros d’identification uniques qui peuvent être lus par des lecteurs d’IRF aux postes frontaliers américains.

Bien que les puces d’IRF dans les PCA de la Colombie-Britannique ne contiendront que des numéros d’identification uniques, il est tout de même possible de stocker d’autres types de renseignements personnels sur ces puces. Grâce à cette technologie, il sera également possible de suivre les déplacements des personnes qui possèdent un permis de conduire amélioré par une puce d’IRF.

Le potentiel d’utilisation abusive de renseignements personnels ou d’atteinte à la sécurité est réel et, à mesure que d’autres provinces envisagent la mise en application de leur propre PCA, il y a lieu de tenir un débat public au sujet de ces risques.

Aujourd’hui, les commissaires canadiens à l’information et à la protection de la vie privée ont lancé ce débat en émettant une résolution commune énumérant les mesures qui devront être prises afin que la confidentialité et la sécurité de nos renseignements personnels soient protégées si des programmes de PCA devaient être mis en oeuvre. (On peut lire le communiqué aussi.)

Date de modification :