Vous êtes ici!

Cette page Web a été archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Savez-vous comment sont utilisées vos données de localisation? Dans le cadre d'un récent sondage commandé par Webroot, une entreprise de sécurité, 1 645 réseauteurs sociaux des États-Unis et du Royaume-Uni possédant un appareil mobile muni d'un dispositif de localisation ont été questionnés sur leur utilisation de services et d'outils géodépendants. Trente-neuf pour cent des répondants ont indiqué recourir au système de géolocalisation de leur appareil mobile et plus de la moitié d'entre eux (55 pour cent) se disent inquiets qu'on porte atteinte à leur vie privée.

Quelques préoccupations relatives à la sécurité et à la protection de la vie privée : 49 pour cent des femmes (contre 32 pour cent des hommes) sont très inquiètes à l'idée qu'un harceleur criminel sache où elles se trouvent, et près de la moitié (45 pour cent) des répondants sont très inquiets à l'idée qu'un cambrioleur sache quand ils s'absentent de la maison (un risque véritable, comme l'a si bien souligné Pleaserobme.com).

La popularité croissante des outils et services de géolocalisation (y compris ceux offerts par les géants de l'industrie, comme Twitter, Apple, Facebook et Google), signifie que la collecte de données de localisation se déroule à une échelle colossale, et on commence à peine à découvrir toutes les utilisations possibles de cette information — des photos prises d'un iPhone, marquées de coordonnées GPS aux plateformes de jeux géodépendantes telles que Scvngr, qui permettent aux utilisateurs d'appareils mobiles de créer leurs propres jeux géolocalisés.

L'accroissement de la collecte et de l'utilisation de données de localisation entraîne des risques particuliers pour les utilisateurs. Selon le résumé du sondage, un nombre surprenant de répondants se sont adonnés à certains comportements, comme échanger des données de localisation avec des personnes autres que leurs ami(e)s, une pratique à risque pour eux-mêmes et pour la protection de leur vie privée. Récemment, une blogueuse a traité d'une mésaventure liée à l'échange de données de localisation, et il y a quelques semaines, Foursquare a été réprouvé pour fuite involontaire de données par le truchement de leur populaire service géodépendant.

Nous avons récemment soumis nos observations à Industrie Canada dans le cadre de la consultation sur la Stratégie sur l'économie numérique. Nous faisions valoir que de bonnes pratiques en matière de protection de la vie privée peuvent soutenir l’innovation en renforçant chez les utilisateurs l’idée qu’ils ont le droit de contrôler leurs renseignements personnels et que la technologie qu’ils utilisent est sécuritaire. Quand il est question de données de localisation, les préoccupations usuelles abondent et ce, chaque fois qu'un nouveau service fait son apparition sur le marché. Nous employons une grande part de notre temps à conscientiser les consommateurs aux risques. Si on tenait compte des préoccupations relatives à la protection de la vie privée et aux données de localisation à l'étape de conception des nouveaux services, les entreprises seraient plus en mesure d'éviter de rectifier le tir a posteriori, une situation souvent coûteuse au plan financier et pour la réputation de l'entreprise. D'ailleurs, les entreprises qui se soucient de la protection de la vie privée se dotent d'un avantage concurrentiel considérable.

Date de modification :