De jeunes ratisseurs font part de leurs commentaires concernant la protection de la vie privée sur les sites Web et les applications mobiles

Cette page Web a été archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Commissioner Daniel Therrien visits with children during Kids Privacy Sweep.

Le commissaire Daniel Therrien sur les lieux du ratissage du Global Privacy Enforcement Network où quelques enfants nous prêtent main-forte.

 

Pourrait-on imaginer faire un ratissage pour la protection de la vie privée des enfants… sans enfants? « Ils sont fous ces Romains! », s’exclamerait Obélix.

C’est donc fort de cette grande sagesse que le Commissariat à la protection de la vie privée du Canada a organisé le premier ratissage des enfants.

Un matin de mai, pendant la semaine du ratissage international de 2015, neuf enfants d’employés du Commissariat qui ont eux-mêmes pris part au ratissage sont venus au 30, rue Victoria.

Motivés par la promesse de pizza et de biscuits, ces garçons et filles âgés de 7 à 13 ans se sont installés devant l’ordinateur portable ou la tablette de leur choix. Leur mission? Utiliser leurs applications et leurs sites Web préférés pour recréer l’expérience de l’utilisateur sous le regard vigilant de leurs parents, qui prenaient des notes sur la façon dont leur enfant naviguait dans les paramètres de confidentialité ou se comportait en l’absence de ces paramètres, comme ce fut le cas pour certains sites Web.

On trouvera ci-après une transcription révisée de ce que les jeunes – et leurs parents – avaient à dire au cours d’une séance de rétroaction organisée après le ratissage… et avant que l’odeur du fromage fondu et du pepperoni n’embaume la pièce et n’accapare leur attention.

Vous êtes-vous amusés?

« Ouiiiiiii »! (Les jeunes ont crié à l’unisson.)

Y a-t-il des choses que vous avez trouvées difficiles ou décourageantes?

« Il était difficile de lire les politiques de confidentialité; elles étaient très longues et ennuyeuses. »

Était-il difficile de s’inscrire sur certains sites Web?

« Les jeunes de moins de 13 ans sont redirigés (vers la section du site Web destinée aux enfants). » (La mère a ensuite expliqué que son fils avait néanmoins trouvé une façon de contourner cet obstacle.)

Citez quelques questions que le site Web ou l’application vous a posées ou quelques renseignements personnels qu’il a demandés.

« Quel est le nom de ton école? Quelle est ton adresse? »

« On t’a demandé si tu étais un élève ou un enseignant. »

« On t’a demandé si tu étais un garçon ou une fille. »

« Quelle est ta date de naissance? »

« (Sur un des sites Web), si nous entrions notre vrai nom, le système le refusait. Il rejetait aussi toute forme plus courte de notre nom. »

« On m’a demandé ma photo. » (La mère a ajouté : « Je ne l’ai pas laissé envoyer sa photo et j’ai rapidement mis fin à la session. »)

« On m’a demandé en quelle année je suis. »

« (Sur un site Web) on m’a demandé une photo, mais nous avons utilisé la photo d’un pingouin qui était déjà sauvegardée sur l’ordinateur. » (La mère a ajouté : « Mais on nous a ensuite encouragés à envoyer une vraie photo. »)

Boy at computer.

« Lorsque je naviguais (sur un site Web), je pensais qu’il y avait des jeux créés par d’autres personnes que je pouvais utiliser mais en fait, on les vendait. C’est là qu’il y avait des énoncés longs et ennuyeux. »

Est-ce que des sites Web ou des applications vous demandaient de solliciter l’aide d’un parent?

« Avant d’autoriser l’accès (à un site Web), ils envoient un courriel à un des parents. » (La mère a ajouté : « Et le parent doit envoyer une confirmation. »)

« Dans un des sites Web, les utilisateurs de moins de 13 ans ne peuvent changer les paramètres de protection de la vie privée. Et s’ils veulent modifier leur âge, il faut le demander à un parent par courriel. »

Avez-vous cliqué sur des liens qui vous ont dirigés vers un site Web tout à fait différent?

« Sur un site Web où j’étais, il y avait en haut de la page un court message demandant si j’étais un garçon ou une fille. Ça ne ressemblait pas vraiment à une annonce. C’était juste une petite chose avec une image et, bien sûr, on a cliqué dessus. Le lien menait à un autre site de jeu, où une bande-annonce s’est affichée. « (La mère a ajouté que la bande-annonce était classée « Adolescents » et comprenait un avertissement indiquant que le contenu comportait des éléments de violence, des représentations de sang, de la nudité partielle et de l’alcool.)

Lorsque vous deviez créer un compte, le site Web ou l’application vous permettait-il de le supprimer rapidement à la fin de la session?

« J’étais sur un site Web et il y avait une option qui permettait de supprimer le compte. J’ai pu le supprimer tout de suite. »

Certains d’entre vous ont-ils eu de la difficulté?

« Un peu. Il fallait envoyer un courriel à la compagnie pour supprimer le compte. »

Quelques jours après le ratissage par les enfants, nous avons reçu un commentaire fort utile d’une mère heureuse que ses enfants se dénoncent mutuellement lorsque l’autre ne lisait pas les politiques de confidentialité. Elle a ajouté :

« Ils se sont beaucoup amusés et ont vraiment appris à faire preuve d’esprit critique lorsqu’il s’agit de leurs renseignements personnels. Si, au bout du compte, ils font ne serait-ce qu’un seul choix plus éclairé en ce qui concerne leurs propres renseignements personnels, ça valait tout à fait le coup d’après moi. »

C’est précisément ce commentaire qui est à l’origine de l’une de nos activités de suivi après le ratissage. Le Commissariat a créé, à la lumière du ratissage de 2015, une activité que les enseignants de 7e et 8e année (1re et 2e secondaire au Québec) de tout le Canada peuvent faire en classe.

Nous avons simplifié le formulaire de ratissage utilisé pour examiner les communications sur la vie privée dans les applications et les sites Web et nous encourageons les enseignants à effectuer avec leurs élèves des ratissages pour la protection de la vie privée en utilisant les formulaires pour amorcer une discussion sur la confidentialité et la protection des renseignements personnels en ligne.

Nous encourageons les élèves à ratisser, seuls ou en groupe, leurs applications et leurs sites Web préférés, à apprendre comment lire les politiques de confidentialité, à se renseigner sur le suivi et sur les différents types de renseignements personnels qui pourraient être recueillis et à discuter de leurs observations avec leur professeur et leurs camarades. Nous avons également fourni aux élèves et à leurs parents une feuille de conseils intitulée Conseils de professionnels : Protégez votre vie privée en ligne.

Note aux enseignants : Vous trouverez les feuilles d’activité en classe sur le site Web du Commissariat. Quant aux parents et gardiens, si le sujet n’est pas abordé à l’école de votre enfant, songez à adapter le plan de la leçon pour en faire une activité à réaliser par un dimanche après-midi pluvieux.

Quelques jours après le ratissage par les enfants, nous avons reçu un commentaire fort utile d’une mère heureuse que ses enfants se dénoncent mutuellement lorsque l’autre ne lisait pas les politiques de confidentialité. Elle a ajouté :

« Ils se sont beaucoup amusés et ont vraiment appris à faire preuve d’esprit critique lorsqu’il s’agit de leurs renseignements personnels. Si, au bout du compte, ils font ne serait-ce qu’un seul choix plus éclairé en ce qui concerne leurs propres renseignements personnels, ça valait tout à fait le coup d’après moi. »

C’est précisément ce commentaire qui est à l’origine de l’une de nos activités de suivi après le ratissage. Le Commissariat a créé, à la lumière du ratissage de 2015, une activité que les enseignants de 7e et 8e année (1re et 2e secondaire au Québec) de tout le Canada peuvent faire en classe.

Nous avons simplifié le formulaire de ratissage utilisé pour examiner les communications sur la vie privée dans les applications et les sites Web et nous encourageons les enseignants à effectuer avec leurs élèves des ratissages pour la protection de la vie privée en utilisant les formulaires pour amorcer une discussion sur la confidentialité et la protection des renseignements personnels en ligne.

Nous encourageons les élèves à ratisser, seuls ou en groupe, leurs applications et leurs sites Web préférés, à apprendre comment lire les politiques de confidentialité, à se renseigner sur le suivi et sur les différents types de renseignements personnels qui pourraient être recueillis et à discuter de leurs observations avec leur professeur et leurs camarades. Nous avons également fourni aux élèves et à leurs parents une feuille de conseils intitulée Conseils de professionnels : Protégez votre vie privée en ligne.

Maman et fille a l'ordinateur.

Note aux enseignants : Vous trouverez les feuilles d’activité en classe sur le site Web du Commissariat. Quant aux parents et gardiens, si le sujet n’est pas abordé à l’école de votre enfant, songez à adapter le plan de la leçon pour en faire une activité à réaliser par un dimanche après-midi pluvieux.

Les photos et commentaires intimes, controversés ou embarrassants peuvent avoir une incidence durable sur la réputation d’une personne. Aujourd’hui, avoir une bonne culture numérique est aussi important que de connaître l’alphabet et les enfants qui comprennent et adoptent des pratiques sûres de protection de la vie privée en ligne sont moins à risque de commettre des erreurs qui viendraient les hanter plus tard.

Cliquez ici pour en savoir davantage sur les résultats du ratissage international de 2015 pour la protection de la vie privée des enfants. s

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes (obligatoire) : Erreur 1 : Ce champ est obligatoire.

Remarque

Date de modification :